Cusance – Doubs

Cusance est une commune dans le doubs proche de baume les dames. La seigneurie/baronnie de Cusance tirerait son origine de la légende de Saint Ermenfroy de Cusance et de son frère Vandelin.

La légende d’Ermenfroy.

La légende commence dans l’une des maison de Cusance lors de la naissance d’Ermenfroy et de Vandelin, vivant tous deux au viie siècle. Ils étaient fils d’Ermenricus et de Waldalina qui vivaient près de Clerval, neveux d’Isérius, seigneur varasque de Stadwangue, et tous deux pages du roi Clotaire II. Quand ils apprennent le décès de leur père ils décident de quitter la cour pour se rendre auprès de leur mère à la villa de Raunstel. Ermanfroy ne devait pas rester longtemps dans la maison familiale, il vend tous ses biens et distribue le bénéfice aux pauvres, puis il décide de rendre la liberté à ses « esclaves » et s’en va pour se rendre à l’abbaye de Luxeuil où il se distingue par sa discipline religieuse.

Le prieur de l’abbaye lui permet de fonder en 631 en la terre de Cusance, un couvent pour remplacer celui élevé par ses parents douze années auparavant  ; il sera le premier abbé et il y reçevra jusqu’à plus de 300 religieux. Ermanfroy meurt le 25 septembre 670 et a été inhumé avec son frère dans l’église de Cusance. Saint Ermendroi est alors canonisé et devient le patron des laboureurs.

 

P1000199

Chapelle de Saint Ermanfroy de Cusance, surplombant la source du Cusancin.

LE BASILIC DE CUSANCE

Le monastère de femmes de Cusance abritait un basilic selon une légende (avant de devenir une abbaye pour hommes, il était utilisé exclusivement par des religieuses). Plusieurs nonnes meurrent alors qu’elles croisent le regard du monstre. Une seule reussi a survivre, la dernière. Quand elle aperçut le basilic, elle tourna un miroir vers lui. Il se voit et meurt instantanément, foudroyé par son propre regard.

Basilisk_aldrovandiBasilic par Ulisse Aldrovandi, en 1642.

Le basilic était une créature fantastique, une sorte de serpent avec des ailes, il naissait d’un oeuf de coq couvé par un crapaud et il nichait dans les combles ou résidait dans les murs de pierre un peu comme les lézards. Malheur à ceux qui osaient l’héberger, le basilic apportait bien souvent la misère, voir même parfois la mort a ceux qui le confrontait. Il pouvait foudroyer les personnes en un seul regard.

 

P1000200

 

 

Photo proche de la source bleu à cusance

 

 

 

 

Les miracles d’ermenfroy :

Dans les Vitae Ermenfredi et Valdalini, publiées un demi siècle après la mort d’Ermenfroy, le moine Egilbert relate plusieurs miracles, que lui auraient rapportés des témoins.

En voici la liste :

  • L’huile d’une lampe, suspendue près du tombeau d’Ermenfroy brûle sans jamais se consumer, voire débordant de quoi en entretenir une seconde.
  • Un serviteur du prieuré, qui, devenu aveugle, retrouve la vue après s’être prosterné devant le tombeau d’Ermenfroy.
  • Une jeune fille possédée par un démon recouvre la paix intérieure, après avoir prié près de la dite sépulture.
  • Un jour un étranger qui parcourait les monastères, les fers aux mains en signe de pénitence, est libéré de ses chaînes après avoir prié devant le tombeau d’Ermenfroy. Selon l’auteur, les ces dernières auraient même été conservée au-dessus de la porte de l’église pour témoigner de la protection du saint.
  • Une veille de Pâques, les cloches de l’église sonnent plusieurs fois pour appeler les religieux à la prière, en dehors des heures habituelles.

 

Quelques photos du site :

 

 

 

 

Pour s’y rendre : Depuis Baumes les dames, suivre Pont-les Moulins, puis Cusance.

A proximité :

  • Ruines d’un château du XIII siecles, pris et démantelé lors des guerres de Bourgogne. On y distingue les vestiges du donjon carré protégeant la poterne.
  • La source bleue (voir photo d’illustration), près de la source du Cusancin.
  • Chapelle St-Ermenfroi
  • Source du Cusancin

 

Sur la carte :

cartecusance

 

 

 

 

 

(Cliquez sur la carte pour agrandir)

 

cusaninfo

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *