La pierre des fous de St Dizier l’Évêque – 90

Saint-Dizier-l’Évêque est un charmant petit village située dans le Territoire de Belfort.

P1000736

D’après la légende de saint Dizier, autrefois, on pouvait trouver a l’emplacement de l’actuel village un oratoire dédié à saint Martin. C’est à cet endroit que fut enterré dans les années 670 le futur Saint Dizier et son diacre Regenfroid, Il y aurait effectué quelques miracles avant d’avoir été tué a Croix non loin de là par des brigands. La nouvelle de ces miracles attire vite les foules dans la commune. Le tombeau du Saint aurait été le lieu où de nombreuses guérisons de maladies mentales se sont accomplie, d’où le nom de Pierre des Fous qui lui a été donné depuis.

En 736, le comte Eberhard, fait don à l’abbaye de Murbach de la villa Datira à Delle ainsi que l’église où se trouve le corps de Dizier.

Une église existait donc déjà à l’époque mérovingienne et le tombeau de Dizier faisait l’objet de pèlerinages importants où étaient amenés les malades mentaux ; la thérapie consistait entre autres à faire entrer le malade dans un très étroit passage situé sous le sarcophage du saint.

L’église actuelle fut reconstruite au début du 11ième siècle et inaugurée en 1041. Sa reconstruction fut l’occasion pour les moines de Murbach de transférer dans leur abbaye les restes et les reliques de saint Dizier et de saint Regenfroid.

P1000735Le couvercle du tombeau est soigneusement sculpté d’une ornementaion évoquant des bijoux mérovingiens.

P1000737

Le tombeau de Saint-Dizier

P1000734

La « pierre des fous »

La pierre des fous auraient accomplis des miracles, les patients, hébergés a l’intérieur de  l’église étaient soignés par de véritables actes médicaux : Régimes alimentaires, prise en charge morale des patients, traitements à l’eau thermale dans la toute proche fontaine du Val. Ils étaient libres de circuler dans le village alors qu’ailleurs, à cet époque, les fous étaient enchaînés.


La légende du pas du diable,  

Charles Croix écrivait en 1930 :

« C’est un bloc de forme quadrangulaire de 4 mètres de long sur 3 mètres de large. Il git à quelque distance du village de Villers-le-Sec, à 20 mètres du chemin vicinal qui mène de Delle à Bure (territoire de Belfort). Ce bloc porte cinq empreintes et un trou irrégulier deux d’entre elles ressemblent assez exactement à la trace d’un pied chaussé d’une sandale; elles sont attribuées à saint Dizier (qui a donné son nom à un village voisin) les autres empreintes, qui affectent à peu près la forme d’un sabot de boeuf, traversant la pierre de part en part et sont imputées au diable. […]

P1000743

L’évêque Saint-Dizier allait du village de Bure à celui qui s’appelait alors le Mont et qui s’appelle aujourd’hui Saint-Dizier. Le saint évêque fut rencontré près de ce monolithe par le diable qui voulut se livrer sur lui à des actes de violence. Mais l’ennemi du genre humain fut arrêté dans sa criminelle tentative par un miracle. Les pieds du diable s’enfoncèrent dans la pierre, le maudit resta planté là et ne put s’en tirer que par la grâce du saint évêque tandis que les pieds de saint Dizier ne laissèrent qu’une légère empreinte sur la pierre qui s’amollit sous ses pas.

La paroisse de Villers-le-Sec a élevé une croix de bois à côté de ce monolithe renversé afin de sanctifier ce lieu, où, chaque année, on se rend en procession aux Rogations. »

 P1000742

 

Quelques photos :

P1000738 P1000739 P1000740

 

 

 

 

 

P1000741

A proximité :

  • Le pont « sarrazin » de Vandoncourt
  • Musée Japy à Beaucourt
  • Puits a balancier à Croix

Sur la carte :

cartesaintdizier

 

 

 

 

 

 

 

 

stdizierinfoeveque

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Un commentaire

  1. Virginie
    11 octobre 2015
    Reply

    Article super interressant j habite a côté et je ne connaissais pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *