La fontaine et la pierre Guénachere à St-Emiland (71)

P1020787 P1020791

 

 

 

 

 

 

 

Il y a trois choses bien distinctes à voir sur ce site, séparé d’une centaine de mètres les unes des autres. La fontaine miraculeuse, la pierre Guénachere, et la pierre du sacrifice.

La visite débute par la fontaine :

P1020790 P1020796

 

 

 

 

 

 

 

Un panneau proche de la fontaine indique :

D’après la légende, Saint-Emilien, Evêque de Nantes au VIIIème siècle aurait perdu la vie à cet endroit alors qu’il combattait les troupes sarrasines. Une source aurait jaillit miraculeusement. Plus tard, on attribua au Saint, miracles, faveurs et guérisons. Une procession avait lieu chaque année le 22 août et le pèlerinage a la source attirait de nombreux fidèle pour les bienfaits et vertus surnaturelles de l’eau de la fontaine. Aujourd’hui encore, une messe est célébrée ici, au coeur de la forêt communale, chaque année le dernier dimanche d’août. (Communauté de Commune Autour du Couchois).

La fontaine était autrefois un lieu de pèlerinage païen, on pouvait soigner toutes sortes de maladies grâce à l’eau miraculeuse de la source. Stérilité, problème oculaire, douleur lombaire, parfois le malade ne se déplaçait pas, quelqu’un venait pour lui, trempait le linge dans la fontaine puis le remettait au malade par la suite.

Le récit d’un miraculé :

Je viens, Monsieur, dit Charles V.  vous raconter une guérison dont j’ai été moi-même l’objet. Je n’avais que 16 ans, des bains pris imprudemment dans un étang m’occasionnèrent une cruelle maladie. Mes mains et mes jambes enflèrent, je fus pris des douleurs atroces, je souffrais comme si on m’avait coupé les membres. Il suffisait de me toucher pour m’arracher des cris déchirants. Je ne pouvais me servir de mes pieds ni de mes mains. On était obligé de me porter et de me faire manger comme un enfant. J’ai été deux ans dans cet état, sans qu’aucun des remèdes que j’employai ne m’apportât de soulagement.

Voyant la foi des pèlerins dans la protection du bienheureux saint Emilien, je fus pris de la même confiance et je fis prier M. le curé de vouloir bien exposer les saintes reliques sur l’autel et me permettre de passer quelques heures en prières devant elles.  Après s’y être refusé pendant longtemps, M. le curé consentit enfin. Mon père me conduisit en voiture, du village de La Troche, où je demeurais jusqu’à l’église. Il fut obligé de me porter dans la chapelle. J’y restais 6 heures entières, suppliant le bon saint Emiland de me guérir ou de me faire mourir, tant je souffrais.

Le soir, mon père revint avec la voiture. Mon père, lui dis-je, il me semble que je m’en irai bien seul. En effet, je me levai, je sortis de l’église sans aucun secours et je m’en retournais jusqu’à mon village, sans me servir des bâtons que l’on m’offrait. J’étais guéri ! Depuis lors, en effet, je n’ai plus ressenti de douleurs, ni de difficultés à marcher. Je suis laboureur, je travaille à journées entières, à la terre, sans éprouver plus de fatigue qu’un autre. Je me suis marié à l’âge de 32 ans, j’en ai 38, et j’ai trois enfants bien portants.

Ce n’est pas, du reste, la seule fois, ajouta Charles V.  que j’ai éprouvé d’une manière sensible la protection du Bienheureux, et si je suis venu vous raconter ces choses, ce n’est point par vanité, mais parce que j’ai entendu dire qu’il était question de nous enlever les reliques du bon saint Emiland, chose que nous ne voudrions pas et à la quelle, pour ma part, je ne pourrais consentir. Vous en comprenez bien la raison : c’est mon protecteur, celui de ma famille et de toute la paroisse. Ce sont nos pères qui nous l’on confié et nous ne pourrions permettre qu’on nous l’enlevât.

P1020798 P1020797 P1020795

 

 

 

 

 

La pierre Guénachere, appelée aussi couramment la pierre de Saint Emiland ou bien même la pierre aux pains, a intrigué bon nombre de nos anciens, leur laissant toute imagination fusionnée. En effet, une légende raconte que dans un temps de très dur famine dans ce secteur de la Saône et Loire, après avoir fait face à la mort de nombreux villageois, les habitants de Saint Emiland se rend à la fontaine afin d’implorer Dieu et de faire exaucer leurs prières. Après quelques heures de lamentation, une pluie divine s’enclencha, non pas par des gouttes d’eau, mais par du bon pain chaud. Au total, plus d’une centaine de pains. Les villageois se mirent à danser en plein milieu du bois et remercièrent le ciel pour cette bonté. La légende raconte que par la suite, les villageois ont amasser le restant de pain, et récolté les miettes afin de faire un tas. Ce tas se transforma alors en pierre pour former ce gros rocher, dont le cercle représente la couronne. D’autres pensent que la pierre servait de sabbat des sorciers ou bien que le cercle gravé sur la pierre représente le sein d’une géante.

En réalité, la pierre serait le témoin d’une ancienne pratique utilisant les rochers de la forêt pour en extraire les pierres de meules. Il est vrai qu’une meule garde la forme d’un pain campagnard bien rond.

P1020800 P1020801 P1020802

 

 

 

 

 

 

 

Entre la pierre Guénachere et la fontaine miraculeuse, au bord du ruisseau, on trouve un panneau indiquant une pierre du sacrifice.

P1020803 P1020804 P1020805

 

 

 

 

 

P1020807

 

Pour s’y rendre :  Il y a trop peu d’indication. Depuis Châlons-sur-saône, il faut prendre la direction de Couches par la D978, traverser Couches tout droit, toujours sur la D978 jusqu’à St-Emiland, continuer tout droit jusqu’au hameau “la madeleine”, tourner sur le chemin de hallage tout de suite après la ferme sur la droite, se garer prêt du pylône, suivre le chemin qui part dans le bois, le panneau indicateur se trouve a 1km environ. Le sentier le plus proche pour y accéder débute ici, il y a sûrement d’autres variantes.

A proximité :

  • Château de Brandon et son étang
  • Château de Couches
  • Menhirs d’Epoigny
  • Château d’Epiry

 

Sur la carte : 

pierre guenachere

 

 

 

 

 

 

 

 

 

stemiliand-guernainfo

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *