Le dolmen de Santoche – Santoche – Doubs

P1030284 P1030285

 

 

 

 

 

Situé sur la commune de Santoche dans le Doubs, ce dolmen appelé également “Dolmen de la châtre” daterait du néolithique finale (3500 ans avant Jésus-Christ).

La structure mégalithique a été signalée en 1963, puis fouillées en 1969. Malgré le fait que les dalles soient renversées et parfois brisées, ce site mégalithique reste le mieux conservé de la région Franche-Comté.

Les fouilles de 1969 ont permis de savoir que ce monument servait de structure funéraire en -2500 Avant J-C dont la chambre aurait abritée plus d’une centaine de corps au totale (22 corps ont été découvert lors des fouilles avec quelques objets : grattoirs en silex, hache en pierre, tête d’épingle en os, fragments de vase en céramique, pointes de flèches et quelques lames).

La structure est longue de 2,50 mètres sur 2 mètres, et la chambre offre une longueur de 2 mètres pour une largeur d’1 mètre 80, elle est composée d’une dalle perforée d’un trou circulaire d’environ 40 cm de diamètre, appelé le trou de l’âme, marquant l’entrée du tombeau.

 

P1030299 P1030316

 

 

 

 

 

 

Les rites funéraires, comme enterrer les morts, existent depuis le paléolithique !

Il y a 5000 ans, lors de l’édification de ce monument funéraire, les hommes et femmes plaçaient leurs morts sous cette dalle, et effectuaient des rituels autour. Dans la région Nord-Est de la France, c’était une pratique courante, les hommes étaient enterré avec des armes alors que les femmes avec des parures. Certaines sépultures retrouver en France incorporait un squelette en forme de fœtus, parfois ils incinéraient les morts.

Cette peuplade est plus évoluée que les hommes préhistoriques qui vivaient plutôt d’un mode de subsistance (chasse, cueillette, et pêche). Le début de l’agriculture, l’amélioration de confort, la céramique allait s’annoncer et se préciser au néolithique finale.

P1030317 P1030319

 

 

 

 

 

Ce caveau collectif de plus de 5000 ans a pu voir au fil des siècles de nombreuses vies défiler, on sait qu’il a été utilisé à l’époque Gallo-romaine comme abris de chasse, puis comme abris de berger. Au 17ème siècle, on la surnommait “la pierre aux mariages”, la tradition populaire de cette époque voulait que les jeunes mariés au jour J de leur célébration devaient venir avec leurs invités jusqu’aux pierres, la mariée devait grimper sur l’une des dalles et sans perdre l’équilibre, se tenir debout sur un seul pied, et à la famille, aux amis de venir embrasser la mariée. Cette superstition laissait supposer que cette pierre portait chance et que les couples allaient être heureux dans leur amour au cours de leurs vies. Mais par nuit de pleine lune, c’était tout autre chose en ce lieu, on voyait parfois d’étranges personnes effectuer des rituels païens. C’est le clergé du village qui, en colère, fit retourner et démolir les pierres.  Au 19ième siècle, les villageois pensaient que ces pierres étaient utilisées par les druides comme autel ou comme pierre a sacrifice.

Le dolmen de Santoche est inscrit au titre des monuments historiques depuis le .

P1030329 P1030332

 

 

 

 

Quelques photo du site :

P1030288 P1030290 P1030291 P1030298

 

 

 

 

 

 

P1030336

 

Pour s’y rendre : Depuis Clerval, prendre la D117 en direction de Santoche, continuer sur la D117, passer sous le pont autoroutier de l’A36, 500 mètres après le pont, prendre à gauche au croisement en direction du Dolmen indiqué par un panneau, 700 mètres plus loin, prendre de nouveau à gauche, continuer sur cette voie jusqu’au parking.

A proximité : 

  • Château de Gondenans-Montby
  • Grotte de la Tuilerie
  • Gouffre de Pourpevelle
  • Grotte de la Baume

 

Sur la carte :

dolmen santoche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

santochedolmeninfo

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *