Les chandeliers à Eternoz – Doubs (25)

 

 

Les chandeliers d’Eternoz se situe le long d’un sentier reliant Chiprey à Eternoz dans la région Bourgogne-Franche Comté, aux abords de falaises surplombant le Lison. La visite se déroule au mois de Janvier, ceci explique le manteau neigeux recouvrant le sol et les « monuments ».

Un panneau nous met en alerte, la présence de tiques est omniprésente principalement du printemps jusqu’à l’automne. En hiver ou lorsque les températures sont négatives, la tique se réfugie dans le sol, pour reprendre surface lorsque les conditions climatiques le permette, et de se dissimuler dans la végétation pour s’agripper à une hôte. Il fait -3° degré, 10 centimètres de neige à certains endroits, cette fois, nous serons épargné.

 

 

 

 

 

Une boucle de 6 kilomètres débute à Chiprey, elle mène droit à la combe des prêtres réfractaires. C’est en ce lieu-dit « la Chênaie », très reculé, que trois abbés de la région, ont dû se cacher pour célébrer leurs messes. Sous la croix du christ, un panneau nous renseignes un peu mieux sur cette histoire : « Mr l’abbé SIMON originaire de Coulans, curé de Malans, avant, pendant et après la Révolution, Mr l’abbé J.B MENETRIER, originaire de Lizine, vicaire d’Eternoz,  Mr l’abbé LALOUE, originaire d’Ornans, curé de Coulans après la Révolution, demeurèrent cachés et célébrèrent la messe en ce lieu et dans les environs pendant 9 années de 1793 à 1802″.

On reprend le chemin, direction la source de Brue (ou fontaine de Brue), on y trouve un point information, des tables de pique nique, un terrain de pétanque, on imagine alors le fidèle et agréable lieu de rendez-vous qui s’offre aux villageois lors de fortes chaleurs en été. La source est canalisée jusqu’à un bassin construit à la main de l’homme, mais une déroute mène a une marre naturelle.

 

Le site naturel des chandeliers d’Eternoz est exceptionnel. Ci-dessous, le premier chandelier.

 

Après avoir fait une pause à la source de Brue, à la moitié de la boucle,  nous entamons le chemin du retour. Une descente douce sur un chemin de randonnée agréable et bien marqué. Alors que nous progressons, nous remarquons une géologie changeante. De petits amas de pierres, un possible abris sous roche, puis nous arrivons à un point de vue magnifique donnant sur la vallée du Lison. En face de nous, perdu dans les bois, on y trouve les vestiges gaulois d’Alaise. Ce belvédère marque en quelques sortes le point de départ des chandeliers d’Eternoz.

Les quelques chandeliers se trouvent le long du sentier, en bordure de ravin, il peut être dangereux de passer par là à certaines saisons de l’année ou si l’on souffre de vertige (surveillance des enfants fortement recommandé). La formation des chandeliers est dû à la magie de l’érosion par l’eau, formant de grandes et hautes colonnes. Le plateau étant calcaire, l’eau s’infiltre et bascule de l’état de gel en dégel, la roche la plus résistante affronte cette force naturel, dont le résultat est cette particularité géologique.

 

 

 

 

 

 

Le second parcours est plus long, 13 kilomètres au total au départ du centre d’Eternoz, tout autant intéressant, il permet de longer le ruisseau de Vau pour ensuite rejoindre les méandres du Lison, on peut y voir les hautes falaises, et l’on remonte par un sentier très escarpé qui mène directement à la fontaine de Brue.

 

Quelques photos : 

 

 

 

Pour s’y rendre : Depuis Eternoz, circuler dans la Grande Rue et trouver la rue des Bornes à un embranchement (indice : sortie d’Eternoz, D15 direction Coulans-Sur-Lison),  aller jusqu’au bout de la rue des Bornes, la route goudronnée devient un chemin de bois, il vous mène à un parking et a une aire de pique nique au pied de la source de Brue. C’est ici que débute deux variantes de sentier de randonnées.

A proximité :

 

Sur la carte : 

 

 

 

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *