Château de Montby – Gondenans-Montby (25)

Le château de Montby se situe dans le hameau de Montby rattaché à la commune de Gondenans-Montby dans le Doubs en Bourgogne Franche-Comté. Les propriétaires ont créé une association « Les amis de Montby » en 2008, et peuvent ainsi obtenir de l’aide de bénévoles afin de restaurer le site et d’y organiser quelques manifestations dans l’année. Nous avons eu la chance de pouvoir visiter les lieux lors d’une fête médiévale (été 2016), ce qui explique les stands et le publique venu nombreux ce jour là.

 

 

En ce week-end particulier de Juillet, il était possible de déambuler à travers les échoppes présentant des objets artistiques, des bijoux, des produits exclusivement médiévaux ou lié à l’univers du fantastique. Nous avons arpenter un chemin bien défini qui nous a fait traverser les camps des guerriers venus très certainement assiéger le château.

 

Nous assistons à un combat devant l’entrée du château :

Parlons un peu du château, une première construction date du 11ième siècle, son architecture reste inconnue, mais on sait qu’au 14ième siècle, la forteresse prend forme, elle sert également de résidence seigneuriale à cette époque. Elle a subi de bien nombreuses attaques, tout d’abord en 1351 d’après les écrits d’un document ancien pointant la première mention du château.

C’est grâce au soutien des habitants des environs que cette maison-forte a pu être édifier, et reconsolider à la suite de ces assauts. Jusque là, ces villageois ont toujours pu s’y réfugier lors des invasions, amenant leurs bétails avec eux.

La forteresse est attaqué à trois autres reprises, en 1475 par l’armée Suisse, en 1543, puis en 1637, cette fois, le château subit de lourds dommages, les villageois venus s’y réfugier sont obligé de fuir et de se cacher dans les grottes du secteur (on parle hypothétiquement de la grotte de la Tuillerie par exemple qui fût habité depuis le néolithique).

 

Ces attaques répétées ont eu raison du château malgré ces éléments de défenses tels que plusieurs canonnières, de douves, d’un pont-levis, de tours élevées et de barbacanes. Si on considère la maison forte dans un état moyen depuis 1637 à cause des multiples pillages et de violents incendies, le dernier seigneur qui a occupé l’ouvrage était Pierre-Charles, il y vécut jusqu’à sa mort en 1748. Par la suite, le château est mis en vente comme bien national à partir de 1789 lors de la révolution. La partie Est est détruite en 1870 lors de l’occupation prussienne.

 

De 1795 jusqu’au 20ième siècle, il servit de lieux d’exploitation agricole, ce n’est pas rare de retrouver d’anciennes forteresses devenu corps de ferme, servant de grange, de zone de stockage pour le rangement du matériel, ou bien d’étable.

 

La torture au Moyen-Âge :

 

 

 

 

 

Depuis la nuit des temps, l’homme utilise des moyens violents pour punir, faire parler ou pour tuer à petit feu. Ici, nous avons la démonstration de ce qui se faisait au Moyen-Âge. Les tortures étaient monnaie courante à cette époque et l’on exploitait toujours des sévices plus sordides. On fait référence au chevalet qui servait à écarteler les membres de la victime, la poire d’angoisse qui se plaçait dans la bouche et qui s’ouvrait à l’aide d’une clef, la cage qui consistait a enfermer la victime dans celle-ci, suspendue dans les airs, finissant par être dévoré par les rapaces. Il existe un nombre impressionnant d’instruments de torture, et il n’est pas possible de tout énumérer, mais on pense plus simplement au fouet (nommé également le chat à neuf queues) et au supplice de l’eau dont l’idée était de faire suffoquer la victime.

Les mythes, contes & légendes :

 

 

 

 

 

Plus agréable que la torture, dans la littérature du Moyen-Âge apparaît petit à petit le mythe de la fée mélusine. Si la Bretagne n’est pas avare de ses nombreuses légendes du Roi Arthur et de Merlin l’enchanteur, la Franche-Comté n’est pas en reste. Il faut dire que cette région de France offre parfois de bien curieux recoins, dégageant une dose de mystère. Comme cette légende parlant du Sire de Mathay, tombant éperdument amoureux d’une bien jolie demoiselle, celle-ci demanda une contre-partie afin d’accepter de se marier. La belle femme demanda au Sire d’obtenir la liberté de s’absenter le vendredi soir, et de ne pas discuter, ni de poursuivre cette volonté. Si le Sire accepta, quelque temps après le mariage, il rompt le vœux de sa bien aimée et la poursuivi un vendredi soir. Son épouse se prélassait dans l’eau du Doubs, elle y nageait comme un poisson, à vrai dire, le Sire, surprit, vit une queue de poisson à la place des jambes de sa chérie. Depuis ce jour, le malheur s’acharne sur le Sire de Mathay et la légende de la sirène se perpétua.

 

Quelques photos :

 

 

Pour s’y rendre : Depuis Clerval, prendre la D25 en direction de Fontaine-Lès-Clerval, traverser la commune et continuer toujours sur la D25 en direction de Gondenans-Montby. Traverser Gondenans et continuer tout droit. A la sortie du village, on perçoit le château sur le plateau de Montby (photo de couverture). Prendre la première, la deuxième ou la troisième à droite, ces routes vous mènes tout droit au château.

A proximité : 

  • Grotte de la Tuilerie (même secteur)
  • Gouffre de Pourperelle
  • Dolmen de Santoche
  • Château de Bournel (privé) à Cubry

 

Sur la carte :

 

 

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *