Ruines de Toulouse-le-Château – Jura (39)

 

Il ne reste plus qu’un pan de mur de ce qui était autrefois la Tour de Marnix sur le territoire de la commune de Toulouse-le-Château dans le Jura en Bourgogne Franche-Comté. On connaît trop peu le passé lointain de cette colline mais on suppose qu’un temple païen était dressé à l’emplacement de l’actuelle église datant du 15ième siècle. Des tombeaux ont été découverts ainsi que quelques médailles romaines et d’éventuels vestiges de chemins antiques prouvent que le lieu était fréquenté en des temps passés.

Concernant cette tour, les écrits ont totalement disparus. On pense que la tour avait un rôle défensif et on imagine bien les archers ou les arbalétriers protéger le domaine agricole à travers la fente de tir. Cette fente a selon les historiens été remaniée en fenêtre au Moyen-Age, la tour quant à elle, a été transformé en lieu d’habitation à la renaissance.

Jean de Marnix (Jan van Marnix) alors secrétaire de Marguerite d’Autriche obtient ce territoire en 1510 à l’aide de diverses ruses, mais les troupes de Louis XI étaient passé par là bien avant, en 1479 et ont tout ravagé sur leurs passages.

.

Il retrouve alors une tour en ruine, il tente de redresser cette dernière mais il abdique et préfère construire son château en contrebas.

Au Moyen-Age, il y avait deux bourgs bien distincts, le bourg du dessus habité par des bourgeois gentilshommes, on y trouvais l’église, le presbytère et quelques maisons fortes accompagnées de tourelles et de tours, alors qu’au-dessous de la colline, on trouvait le bourg d’en bas, parsemé d’habitations, et on pouvait y voir la demeure féodale.

Jacques de Marnix s’en va rejoindre la gouvernance de Marie de Hongrie avec 3 autres gentilshommes : Jean de Glimes, Charles de Wignacourt, et Claude Bouton. L’un des fils de Jacques, Phillipe de Marnix aurait vécu à Dole, Genève, aux Pays-Bas, il est possiblement l’auteur de l’hymne national des Pays-Bas.

La famille de Marnix avait un attachement particulier à Toulouse-le-Château, elle possédait à Bruxelles, deux demeures, l’une où Philippe de Marnix naîtra, l’autre situé au centre du Quartier Européen de Bruxelles (aujourd’hui disparue), cette demeure était appelée « Hof van Tholouse ou hôtel de Toulouse » en l’honneur de Toulouse-le-Château.

Quelques mots sur l’église, tout comme la tour, elle date du 15ième siècle, prenant place sur une ancienne construction datant de 1083. Cette église construite par maître Gilles en 1436 est consacrée aux saints trijumeaux martyrisés à Langres en Haute-Marne : Eleusippe, Speusippe, et Méleusippe.

L’église est inscrite à l’inventaire des monuments historiques.

Sources : panneaux sur site, dictionnaire GEOGRAPHIQUE, HISTORIQUE et STATISTIQUE Des communes de la Franche-Comté Tome VI d'Alphone Rousset de 1854. Wikipedia

Quelques photos :

 

 

 

Pour s’y rendre : Depuis Lons-le-Saunier prendre direction Besançon, suivre D1083 jusqu’au rond point après avoir passer Monchauvrot, suivre la direction Sellière / Toulouse-le-Château, prendre rue de la mairie puis rue de l’église menant au sommet de la colline.

A proximité : 

  • Musée les Forges Baudin
  • Château fort et reproduction de la grotte de Lourdes à Frontenay
  • Village pittoresque de Château-Chalon
  • Château d’Arlay à Arlay

 

Sur la carte : 

 

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *