Ermitage de Barcan – Darney (88)

 

Nous sommes dans un coin paisible des Vosges, à seulement un petit kilomètre à vol d’oiseau de la commune de Darney, Autour de Bonvillet, Belmont-lès-Darney et de Relanges.
Pour situer le lieu, je vous conseille au préalable de vous documenter par l’intermédiaire de fascicules touristiques, ou grâce à la carte IGN, car il n’est pas aisé de le trouver. <<C’est tout à fait normal puisque le but de ces ermites était de s’isoler et de vivre une partie de leur vie en solitaire.>>

Nous descendons dans un vallon en empruntant un sentier indiqué par un seul panneau et marqué d’une croix (photo ci-dessus), une fois en bas, il faut traverser un petit pont de bois (et là, nous avons tous en tête la chanson d’Yves Duteil) enjambant le ruisseau du bois le Comte.

Face à nous, un immense bloc de pierre taillé par l’ermite pour en faire son habitation et une sorte de grotte artificielle peu profonde creusée à main de l’homme. On se pose alors énormément de questions qui demeurent sans réponses : Quand a t’il commencé ? A-t’il reçu de l’aide ? Combien de temps est-il resté ? Au final, on ne sait que très peu de choses. On est bien obligé de faire un lien entre ce site et ceux environnant, à noter : L’ancien ermitage de Chèvre-Roche à Thuillières, l’ermitage Sainte-Anne de Godoncourt, ou bien l’ermitage Saint-martin à Vioménil. Celui de Thuillières a été fondé au XIième siècle, ce qui peut être un début de réponse.

On se met à visiter l’ermitage dans ces moindres recoins et en prenant le temps. Devant l’entrée et sur le côté, on observe deux bassins, l’un est divisé en deux parties, alors que celui sur le côté a été creusé sous une casquette rocheuse. Un escalier permet d’accéder au-dessus de l’ermitage. De là, on constate une tranchée creusée, menant droit à un réservoir en pierre de forme carré, placé sur le toit juste au dessus de l’un des bassins.

Après investigation, il s’agit d’un atelier de rouissage.

Le rouissage est la macération que l’on fait subir aux plantes textiles telles que le lin, le chanvre, l’ortie… pour faciliter la séparation de l’écorce filamenteuse d’avec la tige. On fait rouir le chanvre ou le lin dans un routoir. Il fallait également une broie pour broyer les tiges, un peigne et un rouet.
Pour compléter l’installation, l’eau était nécessaire. Pour ce faire, l’ermite a du détourné l’eau provenant d’une source, ce qui explique la tranchée et le réservoir au sommet de l’ermitage.

Si vous souhaitez poursuivre la quête de silence et de solitude de ces hommes, c’est un lieu à conseiller, encore que, à notre époque moderne, existe-il encore cette possibilité ?

 

Quelques photos :

 

Pour s’y rendre : Depuis Darney, il faut emprunter la rue Stanislas, passer devant la maison de retraite, puis la caserne des pompiers, suivre la route de Vittel, jusqu’au croisement à la sortie du village. De là, prendre la route de Contrexeville, jusqu’au petit croisement ou se situe une aire de pique-nique. Se garer là et continuer à pied sur cette petite route, au croisement, prendre à droite sur le chemin puis, plus loin, à gauche pour descendre dans le vallon.

 

A proximité :

  • Monument Franco-Tchécoslovaque à Darney
  • Pierre des 12 apôtres à Relanges
  • Les tours de séchelles à Relanges
  • Ermitage de Chèvre-Roche à Thuillières

 

Sur la carte :

 

 

 

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *