La grotte du Bel Affreux – Antheuil (21)

 

Quel nom intriguant pour une grotte me direz-vous. Nous sommes ici en Bourgogne (Côte-d’Or) sur le territoire de la petite et charmante commune d’Antheuil. Une fois l’église trouvée, je vous conseille de vous garer vers le lavoir (une table de pique-nique pour accueillir les visiteurs comme il se doit vous attend).


Ici, commence le sentier. Il n’est pas long, il n’y a pas de gros dénivelés. J’ai envie de dire, accessible à tous, et même peut-être aux personnes à mobilité réduite. On ne peut pas s’y perdre puisqu’il suffit de suivre l’eau menant droit à la source. Après avoir marché 200 mètres sur le sentier bordant le ruisseau tout en admirant ces quelques petites cascades de tufs, on voit se dessiner devant nous une grotte (avec des barreaux empêchant l’accès à l’intérieur). Une fois devant l’entrée, on constate un escalier taillé (en partie) sur la droite, et permettant de faire face à son sommet à une seconde cavité (surnommée la grotte Oubliée), fermée elle aussi. On peut lire sur une plaque « Faculté des Sciences  spéléo club de Dijon laboratoire souterrain Entrée interdite ».Malgré l’inaccessibilité des deux grottes, l’endroit reste intéressant. On est dans un cirque rocheux avoisinant Antheuil dont les légendes ne sont connues que par les anciens du village.

Celle de la grotte du Bel affreux date du XVIième siècle et a perduré jusqu’au XVIIIième siècle. On pensait que la grotte était habitée par le diable, oui le diable en personne, c’est bien de lui qu’il s’agit quand on parlait du bel affreux à cette époque. Peut-être est-ce dû au fait que l’on voit une bouche bien ouverte avec deux crocs quand on regarde la grotte principale.

D’autre part, Antheuil était autrefois réputé pour la présence de nombreux sorciers. On disait qu’ils pratiquaient des sabbats à la Combe aux ânes, et qu’ils s’amusaient à détruire la nuit une étrange construction qui n’a jamais pu aboutir. Il s’agit du Château-Mignon. C’est un amas de pierres formant une bute, on pense que c’est possiblement un tumulus. Cependant une autre légende se réfère à cette concentration de pierres, on disait que se serait en fait l’oeuvre des fées. Elles désiraient construire un magnifique château mais n’y arrivaient pas car elles persistaient à chanter « Que Dieu le veuille ou non, Château-Mignon nous bâtirons ». Le créateur, vexé, les empêcha de terminer l’édification du château.

On pensait avoir fait le tour du bestiaire du village… des fées, des sorciers, le diable, dieu, il ne manquait plus que des fantômes et un loup-garou pour compléter le tout. Le fantôme d’une vieille femme hantait les roches pendant que le fantôme d’une femme difforme s’occupait de surveiller les abords de l’eau. On comprend vite alors l’ordre donné de dissuader les enfants de s’approcher de ces secteurs. Le loup-garou quant à lui, était un homme déguisé, il obéissant au sieur de Gissey, et il devait horrifier les villageois. On l’appelait louvairou.

 

Quelques photos : 

 

Pour s’y rendre : Depuis Nuit-Saint-Georges, prendre la D25 direction Meuilley, puis Arcenant. A bruant, prendre la D18. Avant Becoup, tourner à droite sur la D115 en direction Antheuil. Ensuite, chercher l’église, et se garer à coté du lavoir, le sentier débute ici.

A proximité :

  • Site Gallo-Romain de l’Ecartelot à Arcenant
  • Trou du Duc à Arcenant
  • Trou de la Grande Dore à Bouillant
  • Abbaye Sainte-Marguerite à Bouillant

 

Sur la carte : 

 

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *