Abbaye Sainte-Marie de Niedermunster – Saint-Nabor (67)

 

Abbaye Sainte-Marie de Niedermunster

Situé au pied du mont Sainte-Odile, à plus de cinq cent mètres d’altitude, l’Abbaye Sainte-Marie de Niedermunster est malheureusement en état de ruines. Nous sommes ici en Alsace, sur le territoire de la commune de Saint-Nabor dans le Bas-Rhin.

Une légende est liée à l’Abbaye :

Hugues de Bourgogne (comte Hugues III dit le Peureux) reçoit la relique de la Sainte-Croix, offert par Carolus Magnus, autrement dit Charlemagne. Hugues de Bourgogne mis la relique dans un coffre bien protégé et fait transporter celle-ci à dos de chameau. (Oui assez inhabituel dans nos contrées n’est ce pas ?). Le chameau, lâché au gré du hasard et escorté par quelques gardes, parti en direction de l’Alsace et atterrissent tous à l’Abbaye Sainte-Marie de Niedermunster. La remarquable relique fut gardée entre de très bonnes mains à l’Abbaye (la relique restera vénérée à Niedermunster jusqu’au 16ième siècle). Tandis que les gardes se posent à l’écart et font construire l’ermitage Saint-Jacques avec sa chapelle. Aujourd’hui, on retrouve à l’intérieur de cette chapelle en ruine, une pierre ressemblant à la bosse d’un chameau. Dans la forêt, il est probable que le randonneur tombe sur une borne où l’on voit gravé un chameau portant une croix. Pour la grande croix, nous avons perdu sa trace après 1789….

 

L’Abbaye aurait été construit vers l’an 700 sous la bienveillance de Sainte-Odile. Sa proximité directe et faisant face au mont Sainte-Odile est expliquée par le fait que les vieillards, ou les grands malades ne pouvant pas se déplacer jusqu’au mont Sainte-Odile n’étaient pas délaissés et pouvaient être accueillis à l’Abbaye pour y être soignés, et prier. De même, Sainte-Odile, désirant ne pas épargner les séniles et les souffrants, décide de faire bâtir une sorte de pensionnat pour recevoir également les pauvres. D’ailleurs, “Niedermunster” signifie “l’Abbaye d’en bas”. Pour atteindre le mont Sainte-Odile, le pèlerin devait atteindre l’altitude de 764 mètres, une fois à Niedermunster, il restait tout de même un dénivelé de 264 mètres.

Une autre légende de Sainte-Odile raconte  :

Alors que Sainte-Odile devait se rendre à l’Abbaye de Niedermunster, elle rencontre un vieil aveugle mourant de soif. La Sainte frappe alors la roche abordant le chemin, et de l’eau se met à jaillir. Le malheureux a pu boire jusqu’à plus soif. En se frottant les yeux avec cette eau, l’aveugle retrouve la vue. A partir de ce moment, la source attire de nombreux malades. Cette source se situe à mi-hauteur et sur le chemin reliant le mont Sainte-Odile à Niedermunster.

 

Le vallon dans lequel se trouve l’Abbaye de Niedermunster semble un peu oublié et loin de tout. Le couvent original qu’a fait construire Sainte-Odile a été rasé en 1115 par les troupes de Frédéric II de Souabe. Edelinde de Landsberg, devenue Abbesse de Niedermunster, signe une charte avec Conrad. L’abbaye fut reconstruite avec l’aide de Relinde et Herrade de Landsberg au 12ième siècle offrant cette apparence romane. Le site mesurait une soixantaine de mètres de longueur, pour vingt-cinq de largeur.

L’abandon de l’Abbaye se fera suite à de nombreux événements tragiques. Tout commence en 1525, lorsque des paysans se révoltent et détruisent quelques bâtiments. Puis des incendies accidentels se déclenchent et mettent à mal ce qu’il en restait. Alors que les quelques chanoinesses reçoivent l’obligation de quitter les lieux, un autre incendie est déclenché en 1572 par la foudre. Tout est détruit.

Laissée à l’abandon, l’Abbaye subira un dramatique sort. Elle servira de carrière de pierres pour les villages alentour, pour l’église du mont Sainte-Odile, pour fortifier Benfeld, et pour bien d’autres constructions… Depuis 1846, l’abbaye fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques.

 

La chapelle Saint-Nicolas

La chapelle Saint-Nicolas

Avec la chapelle Saint-Jacques, la chapelle Saint-Nicolas fait partie des deux petites sœurs de l’Abbaye de Niedermunster. Cette chapelle a été bâtie au 12ième siècle. Elle mesure 14,6 mètres de longueur pour 5,7 mètres de largeur. Elle était, disait-on, au centre de l’ancien hôpital, vous remarquerez qu’elle est aujourd’hui, éloignée des structures existantes. Elle abrite aujourd’hui une tombe de 1512 appartenant à un ancien chanoine. Elle est en état de ruine depuis 1838 mais a été restauré la décennie suivante. La chapelle est classée monument historique depuis 1846.

La chapelle Saint-Jacques 

Ci-dessus, les vestiges de la chapelle Saint-Jacques. Isolée et cachée en plein cœur de la forêt, mais aussi plus proche du centre de vacances “Saint-Jacques”. C’est cette fameuse chapelle que cinq chevaliers auraient fait construire après avoir escorté le chameau jusqu’à Niedermunster. Les ruines cachent un véritable mystère de construction. En visitant les vestiges, on aperçoit deux blocs rocheux à l’intérieur de la chapelle. Les historiens se posent la question, à savoir pourquoi les bâtisseurs ont laissé ces pierres visibles et pouvant causer un accident dans une chapelle si étroite ? Elle exista donc de l’an 803 jusqu’à la Révolution où elle fut détruite. Bien sur, cette chapelle est également classée Monuments historiques depuis 1898.

 

Photo de l’Abbaye de Niedermunster et de la chapelle Saint-Jacques : 

Pour s’y rendre : Depuis Saint-Nabor, prendre la D109 en direction du mont Sainte-Odile. Arrivé au croisement de “Saint-Jacques” (village de vacances), se garer sur le petit parking en bordure de route, et suivre le sentier, avant d’aller à l’Abbaye Sainte-Marie de Niedermunster, il est possible de faire une petite bifurcation sur la droite pour découvrir les ruines de la chapelle Saint-Jacques.

A proximité :

 

Sur la carte : 

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.