Site Néolithique de Fort Bevaux – Andelot-Blancheville (52)

 

Le site néolithique de Fort Bevaux se situe sur le territoire de la commune d’Andelot-Blancheville en Haute-Marne. Attention toutefois ! L’indication IGN n’est pas la bonne (sauf si correction ultérieure) puisqu’elle indique le site néolithique à l’endroit même où le Fort Bevaux a été construit, sur une butte, au pied du cimetière. Nous avons donc monté cette rude côte, sans rien retrouver au sommet à notre grand étonnement ! Heureusement, nous avons pu chercher d’une autre manière, et l’indication que l’on donne sur cette page est la bonne (voir indications en bas de page).

 

Une fois garé, il faut passer à gauche du panneau, et suivre un sentier qui descend et qui s’enfonce dans le bois. Plus bas, tournez à droite en respectant le balisage bleu et jaune et suivre le chemin qui longe la paroi rocheuse. Droit devant un panneau indique le circuit des Sites Néolithiques, nous sommes sur la bonne voie…

Après avoir monté un petit escalier, nous arrivons au pied d’un dolmen. Autour de ce dolmen, on peut déceler plusieurs tumuli. Sur une distance de presque 1500 mètres, il y aurait une centaine de tumuli, certains avec des coffres de pierre.

Le site est découvert en 1928 par Georges Loberot. Mais fut fouillé pour la première fois par Jean-Claude Etienne en 1973. Sur la carte IGN, cherchez “la pierre qui tourne”. Ces pierres qui “virent, qui tournent, ou branlantes” appartiennent à de nombreuses légendes. Ces mégalithes devaient questionner nos anciens. Aujourd’hui, on sait que le principe de ces constructions était de placer les corps des défunts.

Ici on remarque donc, une chambre funéraire (le dolmen) qui mesure environ 1,40 mètre de longueur pour 1 mètre de largeur. Elle était au centre d’un tumulus ovalaire. A l’intérieur du dolmen, le fond aurait été matérialisé par un cailloutis et par des plaquettes de calcaire. La dalle qui recouvre la chambre pèserait 2 tonnes, rien que ça !

Lors des fouilles de 1973, divers éléments ont été retrouvés :

  1. Au niveau du dolmen : De nombreux fragments d’os, des dents, une armature de flèche à pédoncule, quelques tessons de céramique, des fragments d’un vase daté de l’âge du Bronze.
  2. Au niveau des tumulus : Quelques outils en silex et des tessons de céramique, racloir en silex, un petit bloc d’hématite…

Ces éléments permettent de donner une datation d’utilisation allant de -3000 ans avant J.C. jusqu’au Moyen Âge (Néolithique ⇒ Age de Bronze ⇒ Moyen Âge).

Quant aux nombreux tumulus (tumuli), ils sont de tailles variées, de formes différentes (ovale, rectangulaire…), orienté pour la plupart est-ouest, certains ont des coffres mégalithiques, d’autres sont enfouis ou invisible. Nombreux sont ceux qui ont été cassés ou pillés. Sur les photographies ci-dessous, on peut voir ces coffres constitués de dalles en pierre. Lors de leurs emplois, on recouvrait les coffres de monticules de pierres.

 

Sources : Panneaux sur site, O.N.F, Tourisme Haute-Marne, Tourisme Champagne-Ardenne, Wikipedia

 

Quelques photos :

 

Pour s’y rendre : Depuis Andelot-Blancheville, prendre la D322 (rue de Signeville), passer à droite de la croix, et continuer de monter jusqu’au prochain croisement, tourner à gauche et emprunter le chemin carrossable mais non goudronné. Continuer toujours tout droit jusqu’à atteindre un petit parking et un panneau.

A proximité :

  • Ancienne Abbaye de Septfontaine (se visite)
  • Le cul du Cerf (curiosité géologique)
  • Site antique de Grand
  • Château ruiné de Lafauche

 

Sur la carte : 

 

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.