Musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix (21)

Le musée du Châtillonnais :

Nous sommes dans le pays du Châtillonnais en Côte d’Or, plus précisément à Châtillon-sur-Seine. La petite ville de plus de 5000 habitants est connue pour ses quelques belles curiosités à voir telles que la source de la Douix, le menhir de Châtillon, la tour de Gissey et les vestiges de l’ancien château des Ducs de Bourgogne. Je conseille également de passer sur le pont des Boulanger, de faire un détour par l’Église Saint-Vorles (10ième siècle) pour admirer la mise au tombeau et la base de l’église primitive. Le musée était situé autrefois dans la maison Philandrier, C’est un hôtel particulier du 16ième siècle qui appartenait à des notables (classée à l’inventaire des Monuments Historiques depuis le 18 août 1928). Il est possible qu’elle ait appartenu à Guillaume Philandrier, ce qui explique son appellation. En 1950, elle abritait
le musée du Pays Châtillonnais, et ce, jusqu’en 2009. Depuis 2009, le musée a pris place
dans l’ancienne abbaye Notre-Dame de Châtillon, bâtie au 12ième siècle par Bernard de Clairvaux. Le musée passe donc de 400 mètres carrés à plus de 2000 mètres carrés, et permet d’observer les résultats de fouilles donnant sur des objets datant de la préhistoire, de l’époque protohistorique, de l’époque gallo-romaine, du Moyen Âge, de la Renaissance. Le musée préserve de nombreux trésors : les visiteurs du monde entier se déplacent à Châtillon pour voir le très célèbre vase de Vix, par exemple.

Le vase de Vix :

A quelques kilomètres de Châtillon-sur-Seine se trouve la petite commune de Vix. C’est dans un champ en bas du Mont Lassois que l’on découvre en 1953, une sépulture contenant le trésor de Vix. Il s’agit d’un immense vase (cratère de bronze) datant de l’époque du Hallstatt (540-530 av. J.C) et provenant possiblement des ateliers grecs d’Italie du Sud.

Ce vase est sans doute l’un des plus connus de tous les archéologues, car il reste une pièce unique au monde et dans un état de conservation remarque. Il ne pèse pas moins de 208 kilos, et mesure 1,64 mètre. Pour sa contenance, on pourrait verser 1100 litres de vin. La petite statue de 20 centimètres représente une jeune femme grecque avec un voile sur la tête. Elle tenait une cruche dans une main et une coupe dans l’autre. Elle symbolise la part de vin que l’on donnait aux dieux au début du banquet. Sur l’avant du Vase, on peut voir Méduse, la légende raconte qu’elle avait le pouvoir de pétrifier les hommes d’un seul regard. Ici, on remarque que le but était vraiment de faire peur.

La sépulture appartenait à une princesse, ou à une reine ou à une prêtresse. Ce qui laisse supposer le fait d’avoir découvert une tombe à char, accompagnée d’un fabuleux trésor composé qu’une torque en or (pesant 480 grammes), des vases de bronze, de la céramique grecque antique, et quelques bijoux sur le squelette de la princesse. Les rites funéraires de l’époque celtique consistaient à marquer sa richesse dans sa dernière demeure. On découvre ainsi que le statut de la femme pouvait être d’une grande importance dans la société celtique.

Le mont Lassois :

Le mont Lassois (306 mètres d’altitude) domine la haute vallée de la Seine. La route qui serpente nous mène à son sommet, et on y trouve l’église Saint-Marcel datant du 12ième siècle (bien qu’une abbaye existait avant; en 887). C’est au pied de cette butte, dans un champ, que Maurice Moisson, agriculteur, a trouvé la tombe de Vix. Les recherches ont montré que le mont était déjà occupé au Néolithique. Aujourd’hui, on ne voit plus aucune trace de constructions celtiques. Pour la tombe, un léger monticule et une concentration anormale de pierres marquaient l’emplacement, tandis qu’au sommet du mont Lassois, on trouvait un palais entouré de plusieurs habitations et d’un rempart pour protéger l’ensemble. L’oppidum est en déclin à partir de la Tène II. Mais quelques réoccupations s’effectuent jusqu’au Haut Moyen Âge.

Les seuls éléments restants se situent soit sous terre, en attentent d’être mis à jour, soit au musée de Châtillon-sur-Seine, accessible à tous.

Sources : Wikipedia, musee-vix.fr,  
René Joffroy, La Tombe princière de Vix Côte-d'Or, Boudrot, 1961.
Claude Rolley (dir.), La Tombe princière de Vix, Dijon, Éditions Picard, 2003

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix (D971)
14 rue de la Libération
(D971)
21400 CHÂTILLON-SUR-SEINE

A proximité :

  • La chapelle templière Saint-Thibault à Châtillon-sur-Seine
  • Ruines du château des ducs de Bourgogne à Châtillon-sur-Seine
  • Le Mont-Lassois à Vix (site des fouilles du trésor de Vix)
  • La source de la Douix à Châtillon-sur-Seine

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.