Cervières – Loire (42)

Petite commune de plus de 120 habitants, Cervières se situe dans la Loire (il existe aussi Cervières dans les Hautes-Alpes). Cervières est un point d’intérêt dans la région. Il abrite en son centre, un musée de santons, et un musée qui raconte l’histoire du village. Le village est très touristique et pour améliorer la vie des habitants et pour le confort des visiteurs, des parkings gratuits ont été aménagés aux abords de la commune.

Parking, table de pique-nique, jeux pour enfant.

Le château :

Le comte Guy II de Forez fait construire le château en 1173 (une autre source évoque 1180-1181 mais il s’agirait en fait de travaux de réfection) dans le but de défendre le Forez face à l’Auvergne notamment les seigneurs d’Urfé, mais aussi pour protéger son domaine avant son départ pour la Croisade en Slavonie (actuelle région de Croatie). Une fois le château construit, une petite ville commerciale et artisanale s’installe au pied du château. Cette petite ville deviendra même une place judiciaire et militaire importante. Cervières était une cité florissante, les artisans s’enrichissaient de la chaussetterie, de la draperie (les draps de Cervières étant manifestement appréciés en Auvergne), de la mercerie et du travail du cuir. Un marché est ainsi mentionné à Cervières en 1287. Les années suivantes, une halle est construite. En 1450, le château et la ville sont dessinés par le duc de Bourbon, il ne dessine pas moins de trente-deux tours pour représenter l’ensemble de protection de la cité, dont le rempart. Aujourd’hui la ville a gardé son plan médiéval, on y trouve des portes ogivales et quelques maisons très anciennes. Tandis que le château, détruit en 1634, ne laisse que très peu de traces.

La porte de bise :

Nous arrivons sur la D24 depuis Noirétable, et on se gare sur le parking avant La Porte de Bise
à l’entrée Nord-Ouest du village. La porte de Bise est l’une des quatre portes fortifiées de Cervières, aujourd’hui, seules deux portes subsistent. Celle de Bise servait de repère pour les marchands venant d’Auvergne. Elle est ogivale et elle se nomme “Bise” du fait qu’elle s’ouvre du côté du vent froid dominant.

La porte des Farges :

La porte des Farges est la seconde porte encore “existante”. Elle se situe au Nord-Est de la commune. Tout comme la porte de Bise, elle était surmontée de mâchicoulis et flanquée de deux tours. Les Farges sont une déviation évoquant les forges. En effet, le quartier des Farges correspond au quartier où l’on trouvait des forgerons qui fabriquaient des outils agricoles. Ces forgerons vénéraient Saint-Eloi, et avaient leur propre chapelle dédiée à l’intérieur de l’église.

L’auditorium :

L’Auditorium ou Auditoire est ce grand bâtiment à quatre niveaux couvrant un passage voûté. Un panneau indique : << Un hôtel Renaissance inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1949. Après la démolition du château, sous Richelieu, la justice fut rendue dans la maison des Capitaines-Juges-Châtelains. La salle d’audience était alors appelée “Auditoire”. Des trois hôtels habités par les générations de Juges, seul celui-ci a conservé l’appellation “Auditoire”. >>

C’est dans cette maison, que Fortunat Strowski (1866-1952), historien, essayiste et critique littéraire écrira “La Flèche d’Or” édité en 1917. L’action se passe à Cervières et elle raconte la première invasion des Baltes en France. C’est aussi dans ce récit qu’il fait référence à la pierre branlante située en direction de Noirétable. (Autel de la Baronnie)

La maison des grenadières :

L’atelier-musée évoque la vie des grenadières. Ce sont les brodeuses de fil d’or de l’ancien canton de Noirétable. Leur savoir-faire a permis à plus d’un millier de femmes du territoire de travailler pendant plus d’un siècle. Dans les années 1950, plus de 500 de ces brodeuses travaillaient à domicile, et effectuaient de la broderie en série, ainsi elles réalisaient des commandes de plus de 10.000 écussons, et plus de 100.000 pour la Marine.

Leur technique était bien spécifique, car elle consistait à utiliser un fil contenant une certaine quantité de matériaux précieux tel que du cuivre, de l’argent et un peu d’argent et d’or.

Mais ne dévoilons pas ici leur secret, pour le découvrir, on vous invite à visiter la maison de la Broderie de Cervières.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Noirétable, prendre la D24, suivre direction Les Salles, passer la Baronnie, les Chassagnes, puis tourner à la deuxièmes à droite en direction du centre du bourg, des parking visiteurs se situe aux entrées de la commune. Le centre est interdit aux véhicules (hormis ceux autorisés).

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.