Menhirs du Fossard – Eloyes (88)

C’est par une belle journée d’été que nous nous rendons dans les Vosges. Dans un premier temps, on découvrait un site archéologique à Archettes, tandis qu’en début d’après-midi, on effectuait une randonnée débutant au Frêne (Lieu-dit d’Eloyes), montant jusqu’à la Tête des cuveaux. La nuit tombe encore tardivement en Juillet, mais en fin d’après-midi, assez épuisé par tous les kilomètres et les dénivelés franchis, on prend la décision de poursuivre et de rechercher les menhirs perdus dans le massif du Fossard, et de délaisser le dolmen de Purifaing (tout du moins, de reporter sa recherche pour une prochaine fois).

Depuis la croix de Groshaut, une petite route goudronnée serpente et croise d’autres chemins, donnant l’impression d’être à l’intérieur d’un véritable labyrinthe à ciel ouvert. C’est à ce moment précis qu’en règle générale, on perd le signal sur le téléphone, vous avez remarqué vous aussi ? Celui-là même qui nous permettait d’avoir accès à la carte IGN pointant sur la position exacte des menhirs. L’astuce la plus simple est, dans ces moments-là, de faire une capture d’écran de la carte IGN avec le smartphone et de pouvoir consulter l’image à n’importe quel endroit, sans réseau.

Nous arrivons donc au lieu où nous devons quitter la route forestière, pour s’enfoncer dans la forêt via un petit sentier à droite. A peine cent mètres plus tard, on se retrouve face à une pierre levée, voisine à une pierre couchée et possiblement brisée en deux fragments. Plus loin, une troisième grosse pierre, nous rappel par sa forme la “Pierre de Kerlinquin”.

Le paysage du massif du Fossard a toujours gardé un aspect enchanteur. Sa mousse au sol bien verte, ces blocs de roches erratiques, ces pierres plus petites parsemées dans les bois, ces arbres tordus et majestueux, la fréquentation de peuples anciens vient appuyer cette sensation magique de bien être. (Alors que c’est peut être tout simplement dû au bon air). Certaines personnes, adepte des énergies et en quête d’ondes positives s’intéressent à ces pierres. Une chose est certaine, au fil des siècles, ce massif a été habité, et de grandes histoires ont débuté ici. Peuple du Néolithique, Celtes, Mérovingiens, Saints et Saintes vivant en ermite ou se cachant des barbares, devenus pour certaines histoires des légendes.

En fouillant bien dans les parages, on trouve une quatrième pierre, de forme rectangulaire, très imposante, isolée du sentier et couchée au sol. Ces menhirs sont une véritable source de mystères. Méconnus et pas spécialement bien indiqués, ils sont sûrement en lien avec la sépulture “le dolmen de Purifaing”, les cuveaux auxquels on attribue une zone de sacrifices, la pierre de lune ou pierre du lièvre, mais aussi la pierre de Kerlinquin et la roche solaire ou encore le cercle de pierres situé vers la Roche du Thin.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Remiremont, prendre la D157 en direction de St-Nabord/Epinal. Tourner à droite en direction d’Eloyes, monter “rue de Relanchatel”, arriver au grand croisement (croix) prendre la petite route qui monte et qui mène à la Tête des cuveaux. Prendre la direction de la Haute-Vacherie. Plusieurs parkings sont facilement trouvables. Pour trouver les menhirs plus facilement, nous vous conseillons d’utiliser l’IGN.

A proximité : (Massif du Fossard)

  • Tête des cuveaux à Eloyes
  • Le dolmen de Purifaing
  • Le mausolée Sainte-Thérèse
  • Roche du Thin
  • Fontaine Saint-Augustin

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.