Maison natale de Saint Bernard – Fontaine-lès-Dijon (21)

Moine Bourguignon connu sous les noms de Bernard de Fontaine, abbé de Clairvaux ou Saint-Bernard ou même Bernard de Clairvaux. Il est né en 1090 ou 1091 dans cette impressionnante maison forte construire au 11ième siècle, et aujourd’hui, toujours debout (même s’il y a eu depuis de grands changements). Bernard de Fontaine deviendra officiellement saint Bernard de Clairvaux lors de sa canonisation en 1174, soit 21 années après sa mort.

Le château se situe donc à Fontaine-lès-Dijon, commune qui flirte avec la ville de Dijon. La maison forte domine la ville, ses récents centres commerciaux et pôles industriels. Autrefois, elle servait tout simplement à surveiller la route allant de Dijon à Paris. Le seigneur du château n’était autre que Tescelin le Roux (Tescelin le Saur, Tescelin de Fontaine, Tescelin Sorus), le père de Bernard de Clairvaux. Tescelin se marie avec Aleth de Montbard (Alith, Alix, Elizabeth), elle était la fille de Bernard 1er, seigneur de Montbar. Ensemble, ils eurent 7 enfants, dont Bernard.

La mère de Bernard de Fontaine, Aleth deviendra Sainte Alèthe de Montbard. Elle consacre sa vie à aider les plus nécessiteux. Elle meurt en 1105 et est enterré à l’abbaye de Saint-Bénigne à Dijon. Il est dit qu’elle avait fait graver les visages de ses enfants sur sa tombe.
En 1250 ses reliques sont transférées à l’abbaye de Clairvaux à côté du tombeau de son fils Saint Bernard de Clairvaux. Le père de Bernard, Tescelin le Roux meurt quelques années plus tard, en 1116. Vers la fin de sa vie, il deviendra moine. Il fut enterré en même lieu que son épouse. Ombeline de Jully est la sœur de Bernard de Clairvaux, elle est née une ou deux années après Bernard. Elle épouse un riche seigneur, mais finit par se convertir à la religion catholique. Son frère Bernard, refusant de la voir, elle devient nonne et part vivre à l’Abbaye de Jully-les-Nonnains dans l’Yonne avec l’accord de son mari. Elle deviendra Sainte également. Les autres frères de Bernard de Clairvaux se sont retirés à l’abbaye de Cîteaux à Saint-Nicolas-lès-Cîteaux en Côte d’Or.

La vie de Bernard de Clairvaux serait très longue à raconter. Nous allons donc parler des grandes lignes. Il convertit l’ensemble de ses frères charnels et sa sœur, mais aussi ces parents. Il est un réformateur, mais aussi un conservateur de la vie religieuse catholique.

A 20 ans, il entre à l’Abbaye de Citeaux accompagné d’une trentaine d’amis. L’homme qui a fondé Citeaux, Robert de Molesme désirait restaurer la règle bénédictine, c’est Bernard qui s’y colle. Le successeur de Rober de Molesme, l’abbé Étienne Harding, devant l’efficacité de Bernard de Fontaine, demande à celui-ci de partir avec ces camarades fonder un monastère. Le groupe trouva un vallon boisé, avec de l’eau, situé à une quinzaine de kilomètres de Bar-sur-Aube en Champagne. Ainsi, ils bâtissent Clairvaux.

Dans un élan surprennant, le groupe de bâtisseur religieux continua de construire d’autres Abbayes (appelées Abbayes filles).

Si Bernard de Clairvaux est un grand fondateur, il participe également à la création de l’ordre du Temple. Il rédige le statut de l’ordre du Temple au concile de Troyes, en 1128. Il lutte également pour la sauvegarde de l’enseignement catholique, lutte contre le catharisme et les violences antijuives. A 56 ans, Il prend la parole le 31 mars 1146 devant de nombreux seigneurs au pied du versant nord de la colline de Vézelay. Il prêche clairement pour que ses grands seigneurs participent à la seconde croisade en évoquant Édesse (en Turquie) profané et le tombeau du Christ menacé. Bernard de Clairvaux a toujours respecté les templiers, leur demandant à rester des moines avant d’être des soldats.

Bernard meurt en 1153, à soixante-trois ans, il aura fondé 72 monastères en Europe.

A propos de la maison natale de Saint Bernard : l’endroit précis où Bernard de Clairvaux a vu le jour est indiqué par un petit panneau à l’intérieur de la basilique. Cette basilique du 19ième siècle, non consacrée, a été accolée au château. Son lieu de naissance a donc été restauré et transformé de 1881 à 1897. Le château a par la suite, été tenu pendant trois siècles par la famille Sombernon, descendance de Tescelin dans la lignée féminine.
Sous le règne de Louis XIII de France (1609-1643), le château fut transformé en couvent.
Le couvent a été détruit lors de la Révolution française et le bâtiment est utilisé comme forge.

Le site comporte donc les éléments suivant : Château, basilique, couvent, église Saint-Bernard, un parc, et une grotte artificiel à l’arrière du site dans la partie boisée. Des sentiers peuvent y être librement parcouru. La basilique et le couvent Saint-Bernard sont classés Monuments Historiques en 1988. Ce site est devenu un haut lieu de pèlerinage pour les fidèles de saint Bernard.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

A Fontaine-lès-Dijon, chercher la rue Saint-Bernard, monter cette rue (le château et la basilique se situent sur une butte dominant la ville). Puis tourner à droite “Allée Etienne Poitau dit Capitaine Stéphane”. Peu avant le cimetière, tourner à gauche sur le grand parking.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.