Sorcellerie : La croix Boguet – Noroy-Le-Bourg (70)

Difficile de trouver cette croix quand on n’est pas du coin ! A moins d’avoir le privilège d’avoir un guide. Laissez-moi être le vôtre et vous raconter l’histoire de ces lieux maléfiques.

Il faut donc dans un premier temps se rendre à Noroy-le-Bourg, puis chercher le stade. Ne vous attendez pas à un grand stade bien démarqué avec des tribunes et toute la panoplie qui va avec. Mais plutôt à un terrain plat qui faisait office de terrain de foot à une autre époque et qui a sans doute été laissé à l’abandon faute de budget.

Une fois la voiture laissée au croisement près du stade, vous allez vous engager sur un chemin forestier en ligne droite qui mène au bois de l’Engorgie. Sur ce chemin, vous apprécierez tout un tas de choses à voir, et nous allons commencer par un haut lieu de sorcellerie en Haute-Saône.

La croix Boguet :

Visible sur la droite du chemin.

La croix Boguet (s’écrit aussi Bauguet ou Boguey) n’a rien d’un lieu enchanteur où l’on peut y rencontrer des fées et autres créatures légendaires qui peuvent être contées aux enfants. On pourrait aussi dire qu’il s’agit de l’emplacement du point de départ d’une belle légende, d’une tradition locale ou d’une belle histoire à caractère religieux mais ce n’est pas non plus le cas. La croix est placée dans une combe que l’on appelait autrefois la combe du diable. Ce qui plante direct le décor.

Cette croix marque donc l’emplacement d’un lieu où étaient pratiqués des sabbats. On invoquait le diable dans cette combe. Il y avait dans les alentours de Noroy de nombreux sorciers et nombreuses sorcières qui venaient là et passaient la nuit entière à vénérer l’ange exterminateur.

Sur la face antérieure de cette croix grecque, on trouve trois instruments représentant la passion : le fouet, la lance, et le clou.

Au Moyen-Âge, un homme en a fait les frais. Il vivait à Noroy, et ne prenait que très rarement cette route (qui était autrefois la route du sel). Mais voilà, il dut se rendre à Baume-les-Dames pour visiter la foire et y faire ses achats. A l’époque c’était une sortie exceptionnelle qui permettait d’accéder à des biens que l’on ne trouvait pas dans les marchés.

Après avoir acheté trois chevaux, l’homme compte bien rentrer chez lui, à Noroy. Les kilomètres s’enchaînent et la nuit tombe. Il arrive à la combe au diable et s’ensuit un déferlement d’événements très étranges. Il était aux alentours des deux heures du matin. Il prétend voir des gens complètement dénudés, danser autour d’un grand brasier. Au centre du feu, une immense créature cornue. Un lièvre blanc sort alors d’une broussaille et fait fuir les trois chevaux de notre homme. L’habitant de Noroy ne reconnaît plus les lieux, il est totalement perdu et en même temps effrayé, il prend la fuite avec la sensation d’avoir été repéré et poursuivi. Après avoir couru et s’être caché toute la fin de nuit, il arrive enfin chez lui au petit matin, les trois chevaux l’attendaient devant l’écurie.

Cette affaire déclenche des procès en sorcelleries dans le secteur. Henry Boguet était démonologue, mais aussi juge, juriste et avocat, très réputé dans la région entre 1596 à 1616. Il est né à Pierrecourt en Haute-Saône. Il fera étrangler puis brûler plus de 1500 personnes, accusées de sorcellerie dans la région.

Vous l’aurez bien compris, la croix protège le site, car on dit que depuis son érection, le diable n’apparaît plus. Son nom est en l’honneur du célèbre inquisiteur.

La croix Replan :

La croix du Reban ou la croix Boban est liée à l’histoire d’anciennes fermes datant du moyen-âge. Cette croix date de 1686. Une statuette devait être placée dans un socle, au pied de la croix.

Sur place, on trouve un texte, accroché à un arbre. Il raconte l’histoire d’un bossu qui passait par la combe aux sorcières : (Cliquez sur la photo pour agrandir)

Vous remarquerez une certaine ressemblance avec l’histoire de la croix Boguet. On peut en conclure qu’une légende débute toujours par un fait réel.

La ferme Boban :

Il ne reste plus que les bases des murs de fondations de cette très ancienne ferme. En 1636, les villageois fuyant la guerre (troupes de Lorraines et troupes Françaises), se réfugient dans cette forêt. Ils défrichent le terrain pour la culture (jusqu’à 1500 hectares) et un peu d’élevage.

Il existait deux exploitations agricoles. Elles ont toutes deux été abandonnées peu de temps après la Révolution Française, aux alentours de 1780. Le nom Boban était tout simplement le nom de famille d’un des exploitants. Ils étaient très pauvres, mais leurs fermes ont tout de même existé durant 150 années.

Composition de l’une des deux fermes fouillées et consolidées en 1995 : une citerne, des dépendances, et une maison d’habitation. Dans celle-ci, on trouvait une chambre et une cuisine. Mais également un four à pain et un appentis. A l’extérieur, il y avait deux enclos qui servaient aux cochons.

La Belle-Pierre :

Deux cents mètres après la ferme, on peut voir la “Belle Pierre”. Il s’agit d’une aire de battage. Pour dire vrai, nous avons passé pas mal de temps à chercher une grosse pierre cachée dans les fourailles. Alors qu’elle se trouve sous nos pieds, sur le chemin !

C’est une sorte de plateforme, où l’on posait le blé. On frappait sur les fagots à l’aide d’un fléau afin de séparer les graines de l’épi.

La croix du Redan, les fermes de Boban, et la Belle-Pierre représentent un ensemble complet de vie rurale au Moyen-Âge. On peut concevoir que le chantier de 1995 était composé d’une équipe internationale.

Pour conclure, les anciens fermiers ont quitté ces deux fermes pour redescendre au lieu-dit “les Regardots”. Aujourd’hui, on y trouve une ferme, et quelques maisons.

Bonne balade !

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Vesoul, prendre D13 direction Colombe-lès-Vesoul, continuer sur D13 jusqu’à Noroy-le-Bourg. Au rond-point en entrant sur la commune, prendre première à droite “rue des Remparts”, puis “rue Basse”, à l’embranchement, prendre à gauche, continuer sur route goudronnée, puis tourner à droite sur route goudronnée montante permettant d’aller au stade. Se garer près du stade et continuer à pied sur la route forestière en ligne droite.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.