Le Tombeau de Merlin – Paimpont (35)

Dans la littérature Arthurienne, Myrddin ou Merlin en Français était un prophète magicien. Il pouvait se métamorphoser (en enfant, vieillard, femme…), ou encore contrôler les animaux, l’eau, le feu et tout autre élément naturel. Son apparence a été dessinée en 1493, on y voit un vieil homme, avec une barbe blanche, des cheveux blancs, et un chapeau conique. Dans un manuscrit du 13ième siècle, il porte une robe bleue foncée. A quelques détails près, on pourrait croire qu’il était le druide d’une époque Celtique. Hé bien justement, il est possible que les poètes du Haut-Moyen-Âge se soient inspiré d’histoires encore plus anciennes. Merlin l’enchanteur était bon ami avec le Roi Uther Pendragon (Pen dragon = tête de dragon). C’est grâce au magicien qu’Arthur peut dans la légende accéder au trône et créer la table ronde. C’est grâce à lui aussi qu’il part en quête du Graal.

Comment un homme avec autant de pouvoirs, né de la rencontre d’un démon et d’une vierge pourrait-il mourir ? Dans la légende, il perd la raison quand il voit la fée Viviane et en tombe éperdument amoureux. Il faut aussi noter qu’il est le fruit d’un démon incube (le mal) et d’une vierge abusée (le bien), et qu’il ait par conséquent, deux facettes.

Merlin aurait donc fréquenté ou plutôt, devrais-je dire, habité la forêt de Brocéliande au 5ième siècle. Il y vivait en homme sauvage jusqu’à la fin de sa vie. Et c’est donc ici que s’achève son périple à travers les écrits. Les légendes veulent que Merlin soit emprisonné ici par Viviane, d’autres expliquent qu’elle l’aurait plutôt enfermé dans une grotte à Brocéliande. Depuis des siècles, des pilleurs tentent de trouver un quelconque trésor.

Le folklore populaire : sur la pierre pousse un houx sur les branches duquel les visiteurs déposent toutes sortes d’objets. Ils laissent des couronnes de fleurs et de petits papiers où ils écrivent les vœux qu’ils souhaitent voir exaucés par Merlin. Parfois même des fidèles viennent déposer les cendres de leurs proches défunts.

Une offrande afin de libérer Merlin…

Petit retour à la réalité ? Je ne veux pas vous décevoir, la réalité n’enlève rien à la légende. Une grotte pouvait à l’époque être confondue avec une allée couverte, qu’on ne savait expliquer. Il s’agit donc de trois dalles de schiste rouge, le reste d’une allée couverte. Il n’y a donc pas de contradictions car une allée couverte était une sorte de tombe. Sa première mention date de 1820 par Jean-Côme-Damien Poignand, qui évoque pour la première fois l’emplacement du tombeau de Merlin. Cette tombe date de l’époque du Néolithique (-2500 à -2000 avant J.-C). A l’origine, elle faisait un peu plus de dix mètres de longueur, et un mètre soixante de largeur. Elle a été très gravement abîmée en 1892 lorsque des pilleurs sont venus dynamiter le monument.

Merci de respecter ce Haut lieu sacré en forêt de Brocéliande !

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Paimpont, prendre la Départementale 71, traverser la Boulaie, la Chênais, les Rues de la Lande, traverser la forêt jusqu’à le Buisson, puis tourner à gauche, passer la Marette, puis, se garer sur le parking au prochain croisement. De là, partir à pied sur le sentier direction le tombeau de Merlin de l’autre coté de la route.

A proximité :

  • La fontaine de Jouvence
  • L’allée couverte proche des Brousses Noires
  • L’ancienne Abbaye de Paimpont
  • Les forges de Paimpont

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.