Le sentier sculptural du Mont Rivel – Champagnole (39)

Le sentier sculptural :

Le Mont Rivel est un sommet qui domine de 812 mètres d’altitude la petite ville de Champagnole dans le Jura. Le mont cache bien des trésors que nous allons vous présenter ici, trésors artificiels mais aussi trésors naturels. L’histoire a laissé de nombreuses traces à différentes époques. Mais nous allons tout d’abord emprunter l’ascension depuis l’ancienne cimenterie et admirer les différentes œuvres. Onze sculptures en pierres et en bétons d’onze artistes différents, elles sont placées le long de la petite route qui monte en lacet. Elles ont été posées lors du Symposium international de 2008.

Le canyon :

Les anciennes carrières du Mont Rivel ressemble a un canyon, elles ont été exploitées jusqu’en 1995. La faune et la flore ont repris le dessus et l’on peut avoir parfois quelques belles surprises et admirer chamois ou lièvres… Mais elles constituent un véritable trésor pour les spécialistes des minéraux qui trouvent des calcites, des fossiles, des coraux fossilisés, des ammonites, des oursins, des petites géoles de calcite rose et des dolomites.

La ferme du Replain :

La parcelle de la ferme du Replain aurait été achetée en 1688. Aujourd’hui, elle sert surtout d’abri pour les randonneurs. L’aménagement est idéal même pour les familles qui désirent pique-niquer à l’extérieur. En 1722, les supposés premiers habitants ont gravé une pierre et très certainement placé une statuette dans une niche sur le dessus de l’entrée afin de protéger la demeure. On peut lire “Mon Dieu, ayé pitié de ceux qui en 1722 firent construire cet édifice Seigneur préserve les du malheur (?) Claude Girot et sa chère moitié en ce monde et dans l’autre“.

Le château :

Il reste un bien maigre vestige de ce château. Des pans de murs prêts à s’écrouler. Bien sur l’accès est totalement interdit. Le site n’est donc pas aménagé et un périmètre sécurise les randonneurs qui passe a proximité. La date exacte de la construction du château est à ce jour inconnue, mais une mention stipule que Humbert IV de Salins aurait faire construire ce château autour de 1130. A son apogée, le château était imposant, il était composé d’un donjon, de tours et d’une enceinte qui suivait la ligne de l’éperon barré. Le château est en partie détruit par les Français en 1479 puis, est incendié l’année suivante.

Le Temple Gallo-Romain :

Au sommet du Mont Rivel, un bâtiment métallique protège un site archéologique. Il s’agit là d’un fanum, autrement dit, un temple Gallo-Romain. Il faisait parti d’un ensemble composé de deux temples (l’un de plan octogonal, l’autre de plan rectangulaire). Tout deux formaient le noyau du sanctuaire. Entre les deux temples, une immense aire sacrée, des bâtiments d’hébergement, ainsi que d’autres constructions pour les montures et attelages. A l’ouest, on trouvait des installations artisanales. A l’est, des habitations avec sous-sol. Il est possible que d’autres vestiges de cette agglomération aient été détruits lors de l’exploitation de la carrière. Les fouilles ont permises de nombreuses trouvailles : monnaies, fibules de Nauheim, rouelles, amphores Dressel. Le site du Mont Rivel aurait été occupé à l’âge du Fer, à la Tène finale, jusqu’au Haut-Empire.

Le site est classé aux Monuments Historique depuis 1988.

La catastrophe du Mont Rivel :

Depuis 1840, on exploite la pierre du Mont Rivel. Les ouvriers ont travaillé durant 150 années dans la difficulté des tâches et dans la précarité. Il fallait tirer des wagons, porter des sacs pendant 16 heures par jour. Le 27 juillet 1964, Quatorze mineurs de la carrière souterraine de la cimenterie BOUVET PONSARD sont ensevelis sous le Mont Rivel. Neuf ont pu être sauvés après une semaine d’impressionnantes opérations, mais malheureusement cinq  mineurs et un sauveteur seront retrouvés morts. Depuis, un mémorial dédié aux victimes de la catastrophe a été édifié.

Le 27 janvier 1995, la carrière cesse d’être exploité menant à la perte de 73 emplois.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Champagnole, prendre la rue Stephen Pichon. Arriver dans la Zone Industrielle, prendre chemin du Mont Rivel puis rue de la Cimenterie. Possibilité de se garer vers le Monument de la catastrophe de 1964.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.