Ruines Gallo-Romaines – Drevant (18)

Drevant se situe dans le Cher, à quatre kilomètres de Saint-Amand-Montrond. Cette petite commune est riche en patrimoine historique. Nous allons parler ici en quelques mots des vestiges de son important site gallo-romain. (Lire l’article du prieuré Saint-Julien)

La visite se déroule en trois étapes, nous commençons par le théâtre antique, le musée et l’on termine par les thermes. Pour plus de facilité, on vous conseil de vous garer sur le grand parking en bas de la rue du Forum, le long du canal du Berry. Suivez le canal en direction de Drevant, et au bout d’une centaine de mètres, vous apercevrez les ruines du Théâtre antique.

Théâtre Gallo-Romain :

C’est après la guerre des Gaules que l’on érige ici un théâtre. Nous sommes au 1er siècles après J-C, et l’agglomération antique s’appelait “Derventum”, devenu Drevant. Il mesure environ 85 mètres de longueur (cavea) et pouvait accueillir jusqu’à 5000 spectateurs. L’arène quant à elle, mesure 27 mètres. Les gradins sont soutenues par des arches (contrefort) d’une hauteur de 16 mètres. Le mur de podium mesurait 2,60 mètres de hauteur. Sous le mur de podium existait trois petites pièces servant de sanctuaire appelé “Sacellum”. Avant de débuter un spectacle, on plaçait des statues ou statuettes d’un dieu que l’on vénérait, puis on rejoignait le gradin.

Le type de spectacle que l’on applaudissait à Derventum ? des pièces de théâtre, de la musique, des combats avec des animaux sauvages et locaux.

Le théâtre a été construit sur la rive droite du Cher. Depuis 5 années, il est en cours de restauration. Le site est protégé par des grillages, mais il est aisé d’en faire le tour. (visite guidée possible à certaines périodes de l’année).

On contourne le théâtre et on remonte la pente comme si on allait au centre du village. Un panneau indique une exposition gallo-romaine. Curieux comme pas deux, on se retrouve dans un mini-musée en libre accès. On y voit des représentations, des reproductions et des panneaux pédagogiques. On salue le projet ! Cela complète parfaitement la visite qui ne se limite pas à des ruines, et permet ainsi de comprendre le mode de vie de cette époque où pour le moins, d’en avoir un aperçu.

Le sanctuaire “Forum”:

L’agglomération de Derventum était habité par le peuple gaulois appelé “Bituriges Cubes” (les Roi du monde), ils faisaient partie des peuples de Gaule Celtique dont la capitale était Bourges (Avaricon). Le site de Drevant a été remarqué lors de la construction du canal du Berry en 1830.

En 1834, un certain M.Hazé est chargé de s’occuper des fouilles. Il découvre une vaste enceinte qui protège un fanum (temple) de plan carré. Ce temple mesure presque 9 mètres de chaque côtés et était composé d’une cella. Il existait un portique et deux entrée pour pénétrer dans l’enceinte du sanctuaire. Des constructions intrigantes ont été repérées, il pourrait s’agir de boutiques d’ex-voto. M.Hazé fait une découverte majeure : une tête de statue d’adolescent. D’autres fouilles et campagnes de restauration s’attarderont en ce haut-lieu, de 1901 à 1906, puis dans les années 1970, puis en 1994, 1996, en 2007, et plus récemment en 2017.

Les thermes :

Elles ont été découvertes durant la même période que le sanctuaire. Elles ont été fouillé de 1831 à 1834 puis réenfouis afin de protéger l’édifice des pillards. L’eau était acheminé par deux aqueducs dont les tracés exact reste à définir. L’eau des thermes était chauffé par un système appelé “le praefurnium”, c’est à dire une pièce avec un accès direct au fourneau, qui était ravitaillé par des esclaves. L’ensemble des thermes est constitué de deux principaux et grands bâtiments qui ne sont pas directement liés (l’un pour les hommes et l’autre pour les femmes?).

L’agglomération comptait de nombreuses habitations, mais aussi des complexes d’hôtelleries et d’artisanats. Cette petite ville remplie de vie cessera d’exister au 4ième siècle pour une raison inconnue. Plusieurs siècles plus tard, les pierres sont récupérées et utilisées comme réemploi pour de nouvelles habitations, et aussi, par accident, lors de construction de baraquement afin de loger les soldats qui travaillent sur le chantier du canal du Berry en 1823.

Photo ci-dessus : Vous aussi vous pensiez à un puits ? Hé bien non, il s’agit d’un bidental ! C’est un monument qui servait à pratiquer des sacrifices. Soit avec un jeune animal, soit avec tout autre victime. Bidental, on pense à “deux dents”, il est possible d’imaginer que les victimes étaient donc très très jeunes (2 ans). Le bidental n’était pas construit n’importe où,. C’est un lieu qui correspond toujours à un impact de foudre lors d’un violent orage. Une fois le bidental constuit, on effectue des sacrifices quand de nouveaux éclairs sont perçus dans le ciel.

Bonne visite !

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis le centre de Drevant, prendre rue du Bourg, puis tourner rue de l’Ecole., rue du Forum, la Noierie et descendre sur le parking le long du canal.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.