Ruines médiévales de Dracy – Baubigny (21)

Nous partons sur les traces d’un village abandonné sans trop savoir à quoi nous attendre. Nous filons direction la Côte d’Or, du côté de Beaune en direction de la Rochepot. Ce village perdu est très difficile à localiser, aucunes marques sur la carte IGN. La seule indication restant, un panneau planté à côté du lavoir (en haut à gauche). S’en suit une côte relativement sévère qui mène jusqu’à l’entrée d’un bois. Il faut prendre le sentier qui part sur la droite, on se retrouve alors sous les falaises et après quelques centaines de mètres, on aperçoit enfin les premières ruines.

Le site est très connu des archéologues (surtout des médiévistes). La première mention du village de Dracy date de l’année 1285. Ce petit village bourguignon dépendait de la seigneurie de Saint-Romain.

Au 14ième siècle, la vie était plutôt paisible au bourg. Mais les choses n’allaient pas tarder à changer. En juillet 1348, la peste arrive en Bourgogne, elle atteint le village de Givry et tue le tiers du village. Dracy subit quelques vagues de la peste. Mais douze années plus tard, vers 1360, des mercenaires (ou pillard tel que ceux appartenant aux Grandes compagnies, aux Écorcheurs, aux Brabançons ou aux Tard-Venus) installés à Chagny passent par Dracy, ils détruisent une dizaine de maisons, tout en violentant les habitants. Certaines maisons sont incendiés.

Ces tragédies n’ont pas découragées quelques habitants qui décident de rester à Dracy jusqu’en 1420. Mais elles ont assurément accéléré le déclin du village, peut être trop isolé, sous les falaises, et manquant de moyens de défenses. On notera quatre foyers en 1393 puis deux foyers après 1400.

En 1423, le village de Dracy est officiellement déserté. Il reste encore quelques maisons debout. Une mention de 1460 décrit un village devenu inhabitable et désertique.

A son apogée, le village comptabilisait une centaine d’habitants et une vingtaine de bâtiments. Le bourg était traversé par deux routes. Certaines maisons avaient leurs propres jardins. Le site a été oublié durant 800 ans pour voir à nouveau le jour dans les années 1960 avec les premières campagnes de fouilles qui s’étendront jusqu’en 1977. (11 fouilles entre 1964 et 1977)

Les fouilles ont permis de mettre à jour un site primitif d’origine celtique, mais aussi un cimetière mérovingien du 7ième siècle. Jean-Marie Pesez, Françoise Piponnier et leurs équipes ont fait plusieurs découverte notable qui ont permis de mieux comprendre la vie rural et l’habitat paysan du 13 et 14ième siècle. A noter que lors de ses fouilles, les archéologues ont trouvé de nombreuses céramiques, des outils de vignerons, et du textiles.

Sources : Archéologie du village et de la maison rurale au Moyen Âge - Page 293, panneaux sur site. Archaeologia Polona - Volume 13 - Page 44

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Beaune, prendre la D973, traverser Pommard, continuer, traverser Monthelie, Auxey-Duresses, puis, au petit bourg nommé “Melin” tourner à droite “rue d’Amont”, faire un kilomètre, puis au croisement, tourner à gauche, traverser Baubigny et tourner à droite sur la D17i direction Orches. Se garer au niveau du lavoir et prendre la route qui monte juste à côté, au bout du chemin, tourner sur la droite.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.