Village abandonné de Clédat – Grandsaigne (19)

Aujourd’hui, nous ne vous présentons pas un village pittoresque comme les autres. Cette fois-ci, il s’agit d’un village abandonné au cœur de la forêt de Larfeuil en Corrèze. Lo vialatge abandonat de Cledat, si l’on parle l’occitan.

Clédat se situe sur la commune de Grandsaigne et on peut le rejoindre par deux accès ; une route de forêt qui part de Grandsaigne et une autre de Bonnefond. C’est sur le versant sud du plateau de Millevache, au milieu d’une clairière que se cache le village.

Les premières traces du village remonte au 12ème siècle. C’est d’abord un lieu d’accueil pour les pèlerins que le prieuré Saint Géraud de Limoge va fondé. Il y avait une maison des pauvres ainsi qu’une chapelle dédiée à Sainte Magdeleine. Vers 1340 Clédat devint une paroisse. Elle fut plus tard rattaché à la paroisse de Grandsaigne.

Jusqu’au 17ème siècle, le village de Clédat était une halte pour les voyageurs et les pèlerins sur la route de Saint-Jacques. Les paysans s’installèrent aux alentours et cultivèrent les terres environnantes, malgré le terrain très rocheux.

La légende de Sainte Magdeleine

Il y avait autrefois une source qui coulait non loin du village de Clédat. Son gardien était un taureau furieux enfermé dans une remise servant de séchoir à châtaignes. Il était tellement en colère qu’il piétinait rageusement le sol ou se trouvait la source. Il tapa et rua tant qu’une femme en jaillit. Le taureau, surprit par l’apparition de Marie Madeleine, se recula et laissa la sainte nettoyer les souillures de sa robe dans la source qui aussitôt redevint limpide. Madeleine s’éloignât vite du taureau et vint sur un gros rocher pour implorer la Sainte Vierge qui ému lui promit que des hommes bâtirait une église pour elle tout près du rocher.

Depuis, la chapelle et la Bonne Fontaine, toutes deux dédiées à Sainte Magdeleine devinrent des lieux de pèlerinage et de culte pour les personnes soufrant de maladies de peau. En 1954, on célébra la dernière messe dans la chapelle.

Le village de Clédat prospéra jusque dans les années 1960. Malheureusement, l’évolution des techniques agricoles sonna le coup de grâce pour le lieu ; en effet, aucun engin agricole moderne ne pouvait se frayer un chemin parmi les chaos rocheux qui jonchaient les cultures. Petit à petit les habitants quittèrent le village et le dernier à partir le fit en 1963.

Les terres de Clédat furent racheter d’abord par un particulier puis par l’ONF en 1989 pour en faire une plantation de résineux.

En 1998, les communes de Grandsaigne, Bonnefond et Pradines se regroupent en un syndicat intercommunal et avec l’aide de l’association “Renaissance des Vieilles Pierres entre Millevache et Monédières” font revivre le village abandonné.

L’association a permit la restauration du fournil, de la chapelle de la Maison des Pauvres, de la Bonne Fontaine Sainte Magdeleine, de la fontaine du village et de la chaumière et son four.

Lors de la visite du village, on peut profiter des sculptures de l’artiste plasticien Michel Kirsch.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Bonnefond : Prendre la D128 en direction de Pradines. A environ 3,5 kms, tourner à gauche au panneau indiquant Clédat et suivre la route forestière jusqu’au parking à l’entrée du village.

A proximité :

  • Cascades de la Tines à Pradines
  • Moulin de Chadebec à Bonnefond
  • Fontaine Saint-Médard à Bonnefond
  • Site gallo-romain des Jaillants à Pradines

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.