La commanderie templière d’Avalleur – Bar-sur-Seine (10)

Un lieu incontournable si vous êtes assidu d’histoire de France. Pour visiter cette commanderie templière, il faut se rendre dans le département de l’Aube, à deux kilomètres de Bar-sur-Seine, au bout d’un hameau nommé “Avalleur”.

Une fois sur place, il est aisé de garer son véhicule. Nous sommes accueillis par deux personnes qui nous expliques le déroulement de la visite libre et gratuite. On déambule donc librement dans le bâtiment principal…

L’histoire commence vers 1142, l’Ordre du Temple reçoit en don les terres d’Avalleur par Manassès de Bar-sur-Seine, au titre de comte de Bar-sur-Seine et évêque de Langres (Il repose dans l’église de l’abbaye de Clairvaux). S’en suit la construction de la commanderie autour de 1167. Rappelons que les templiers étaient en quelques sortes des chevaliers religieux qui combattaient au nom du Christ. Leurs rôles diffèrent suivant les ordres, mais ceux de l’ordre du Temple étaient de protéger, de combattre, de reconquérir. Leur mission était également d’assurer le financement de croisades et de guerres Saintes. Le commandeur était le dirigeant, il était assisté en général de deux frères blancs (chevaliers), d’un chapelain, et d’un groupe de frères noirs (chargés de l’exploitation agricole).

On connait les noms de certains commandeurs qui ont pu maintenir la commanderie, il s’agit du commandeur Radulphus , puis Robert, mais aussi Humbert et Chrétien de Bissey (Chrestien de Bissey). Chrétien fût sans doute le dernier templier a avoir vécu là.

Dans l’une des caves de la commanderie, ont été découvert un nombre assez important de pichets de cette période.

A son apogée, la commanderie d’Avalleur devient la seconde plus vaste et riche commanderie de l’Aube après celle de Troyes. Le domaine s’étend jusqu’aux environs de Troyes, ils sont considérés comme les plus grands propriétaires terriens.

En 1306 et 1307, les chevaliers de l’Ordre du Temple sont arrêtés dans toutes a France à la demande du roi Philippe IV le Bel. Le roi avait énormément de dettes et demeurait envieux de la réussite des Templiers.

Après les arrestations, quelques tortures, quelques magouilles, et la complicité d’un pape, s’en suit un faux-procès qui mènera les Templiers à leurs pertes (morts sous la torture ou par le feu). La commanderie d’Avalleur devient en 1312 propriété des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (Ordo Hospitalis Sancti Johannis Hierosolymitani) et ceci perdura jusqu’à la Révolution. Peu après, le site est utilisé comme exploitation agricole. Le Conseil Général achète à des propriétaires privés le corps de logis en 2008 et entreprend des travaux de restauration.

La chapelle d’Avalleur est dédiée à Saint-Jean-Baptiste. Datée de la première moitié du 13ième siècle, elle a gardé son aspect et son état d’origine. C’est en ce lieu que les frères se rendaient huit fois par journée, pour la messe et pour diverses autres raisons (lors de cérémonies par exemple).

La chapelle, de forme rectangulaire, mesure 25 mètres sur 6 mètres. A l’intérieur, on remarque des peintures d’ornement, des sculptures en forme de feuillages et de formes humaines, tous, datant du 13ième siècle également. L’autel a disparu, mais proche de son ancien emplacement, on peut observer l’armoire eucharistique et le lavabo. Un escalier de quarante quatre marches situé dans une tour carré permet d’accéder à la charpente en chêne datant de 1215.

 A l’extérieur, sur la façade nord de la chapelle, on peut voir le blason de Jacques de Souvré, commandeur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1616. En 1998 et en 2013, les campagnes de fouilles ont permis de trouver des sépultures autour de la chapelle datant du Moyen-Age. Depuis le 19 mars 1991, la chapelle d’Avalleur est classée aux Monuments Historique.

Ci-dessus, les ruines du corps de ferme détruit lors d’un incendie le 07 mai 1995. La date de construction n’est pas connue, mais elle apparait déjà sur le plan cadastral de 1836.

Ci-dessus, ce qu’il reste de l’ancienne poterne. Elle aurait été bâti par Jean de Choiseul et servait à protéger l’accès à la commanderie. La tour était circulaire, à l’étage on pouvait accéder directement à la chambre rouge. Cette tour, ainsi que la seconde ont été détruites peu de temps après la Révolution.

L’ensemble est inscrit aux Monuments Historique depuis 1921.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Bar-sur-Seine, prendre la direction de Villemorien via la départementale 443. Après quatre kilomètres, tourner à gauche et traverser Avalleur sur 300 mètres, puis tourner à droite, continuer sur 100 mètres puis tourner à gauche, continuer jusqu’au parking.

A proximité :

  • Vestiges de l’ancien château de Bar-sur-Seine 
  • Porte de Châtillon de Bar-sur-Seine
  • Notre-Dame du Chêne vers Bar-sur-Seine
  • Souterrains refuges datant de l’époque carolingienne à Bar-sur-Seine (Non visitable)

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.