Le Roc d’Anglars – Le Lourdou – Belcastel (12)

Avant d’arriver à Belcastel dans l’Aveyron, on aperçoit un panneau qui indique le site du Lourdou, et la présence d’un fort du Xème siècle. C’est pas notre genre de passer à côté sans aller y jeter un œil. On passe une passerelle spécialement aménagée qui traverse la rivière de l’Aveyron. Puis, on arrive directement sur le site du Lourdou :

Pourquoi Lourdou ? Le nom fait référence à Lourdes (le petit Lourdes). L’histoire nous transportes au 19ème siècle, monsieur l’abbé Gély passe par là, et remarque que l’endroit ressemble à la grotte miraculeuse de Lourdes (grotte de Massabielle). Il demande à ce qu’un autel soit érigé au pied du rocher, et qu’une statue de Marie soit installée dans une anfractuosité du rocher surplombant le site. La première messe est célébrée en 1889.

Autrefois, les villageois n’avaient pas d’autres choix que de passer par le vieux pont de Belcastel pour se rendre sur le site du Lourdou, il fallait qu’ils grimpent la crête pour redescendre brusquement de l’autre côté. Aujourd’hui, la passerelle offre un accès simple et direct depuis la route.

On poursuit la visite en partant sur la droite du site du Lourdou, un chemin de croix mène à une cinquantaine de mètres plus haut, au fort du Roc d’Anglars :

Au cœur d’une terre empreinte d’histoire, se dresse le Fort du Roc d’Anglars, un édifice imposant et mystérieux, témoin silencieux des temps anciens. Classé site archéologique, ce lieu fascinant fut jadis une motte castrale habitée du Ve au Xe siècle.

Ce fort, perché telle une sentinelle sur un rocher escarpé, trône fièrement à cinquante mètres au-dessus des eaux tranquilles de l’Aveyron. Son positionnement stratégique était tout sauf accidentel. Il était un gardien vigilant de l’ancienne voie carolingienne, un chemin serpentant dans la vallée, témoignant du flux incessant de voyageurs et de marchands à travers les âges.

L’histoire architecturale du Fort du Roc d’Anglars est un récit d’ingéniosité et d’adaptation. À l’intérieur de ses murs, des compartiments soigneusement agencés se dressent comme autant de témoins du passé. Les “cases-encoches” et les constructions en “arêtes de poisson” ajoutent une complexité intrigante à la structure, révélant la diversité des compétences et des techniques utilisées par ceux qui y ont vécu et défendu leurs terres.

Des fossés soigneusement creusés encerclaient le périmètre de la forteresse, renforçant encore davantage sa protection. Ces fossés servaient à la fois de barrières physiques et psychologiques pour dissuader toute tentative d’intrusion. Les bâtisseurs de cette forteresse avaient compris que la combinaison de la hauteur vertigineuse, des compartiments bien pensés et des fossés infranchissables en faisait un poste de défense d’une efficacité redoutable.

Le destin de cette forteresse ne se limite pas à ses premières années de service. Au fil du temps, elle est devenue un maillon essentiel dans la chaîne de protection de la région. Elle évolua pour devenir un poste avancé, une avant-poste stratégique pour la puissance forteresse de Belcastel.

Bonne découverte !

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis le centre de Belcastel, prendre la D285 qui longe l’Aveyron jusqu’à la D997. Donc, après être sortie de Belcastel, passer le moulin de Paraire. 350 mètres plus loin, se garer en bord de route, le site du Lourdou et du Roc d’Anglars se trouve à gauche.

A proximité :

  • Château et village pittoresque de Belcastel
  • Les chaises du seigneur à Belcastel
  • Site de Mirabel – Rignac

Sur la carte :

Statistiques :

  • 1 636 278
  • 683 834
  • 732
  • 592
  • 23 mai 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Un commentaire

  1. JulienD
    25 septembre 2023
    Reply

    Ca monte rude depuis le lourdou maus ça vaut chaque goutte de sueur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.