Le château de Druyes-les-Belles-Fontaines (89)

Le château de Druyes, un témoin de l’histoire médiévale

Les origines du château et du village

Remontons aux temps de l’Antiquité romaine, époque où une voie romaine reliant Clamecy à Thury traversait ces terres. Aux alentours de 543, un monastère voit le jour, marquant le début du développement d’un village. Druyes est mentionnée comme paroisse d’Auxerre en 596, sous le nom de “Drogia”. Cette implantation se situe vraisemblablement à proximité des sources, une zone difficile à sécuriser, et elle est abandonnée lors des incursions normandes au IXe siècle. À cette période, la population aurait probablement cherché refuge sur le plateau rocheux surplombant la rivière. Le nouveau village ne bénéficie alors que d’une protection modeste, peut-être une simple palissade, dont aucune trace n’a perduré.

L’apogée du château au XIIIe siècle

L’empreinte de Pierre II de Courtenay est visible à travers la construction de la galerie romane qui ornait le logis seigneurial, aujourd’hui l’un des rares vestiges de cette époque. Il entreprit également la création du canal de Druyes, alimentant le château en eau. Le château de Druyes était souvent le lieu de résidence de Pierre II, où il tenait sa cour et accueillait des hôtes illustres tels que le roi de France Philippe Auguste, son frère, en 1214, après la victoire de Bouvines.

Mathilde de Courtenay, la fille de Pierre II de Courtenay et d’Agnès de Nevers, hérita des comtés de Nevers, d’Auxerre et de Tonnerre. Elle épousa Hervé IV de Donzy, seigneur de Gien et de Château-Renard. Mathilde, une femme au caractère fort, sut défendre ses droits et ses terres contre les prétentions de ses voisins, en particulier le duc de Bourgogne. Femme pieuse, elle contribua à la fondation de l’église romane du village, abritant son tombeau et celui de son mari. Elle fit également des dons de terres et de reliques à diverses abbayes et églises. Son décès survint en 1257, sans descendance directe, laissant derrière elle un héritage significatif.

Le déclin du château du XIVe au XVIIIe siècle

Le déclin du château de Druyes débuta au XIVe siècle, à la suite du décès de Mathilde de Courtenay. La seigneurie de Nevers passa successivement entre les mains de la maison de Flandre, puis de la maison de Bourgogne, et enfin de la maison de Clèves. Les comtes de Nevers négligèrent le château qui, par la suite, ne servit plus que de résidence à un capitaine et à une garnison. Impliqué dans divers conflits, dont la guerre de Cent Ans, les guerres de Religion et la Fronde, le château subit des sièges répétés, des incendies et des pillages qui le dégradèrent progressivement.

Ainsi, le château de Druyes, autrefois témoin de gloire et de conflits, connut une série de transformations et de déclins au fil des siècles, jusqu’à ce qu’il ne reste que les vestiges de son passé médiéval.

La restauration du château du XIXe siècle à nos jours

Le château de Druyes, érigé en monument historique en 1924, ne trouva un véritable élan de préservation qu’à partir de la seconde moitié du XXe siècle, où les résidents de Druyes et les autorités publiques se mobilisèrent pour le soustraire à la menace de délabrement. Ce n’est qu’en 1960 que la commune de Druyes prit possession du château, lançant ainsi des travaux de consolidation et de valorisation. L’avènement de l’association “Les Amis du Château de Druyes” en 1978 contribua à dynamiser et faire rayonner le site. Puis, en 1986, le château fut transféré au conseil général de l’Yonne, poursuivant ainsi les efforts de restauration et d’aménagement. L’année 1992 marqua l’ouverture du château au public, proposant des expositions et des animations diverses.

Bonne visite !

Depuis le centre de Druyes-les-Belles-Fontaines, prendre Rue Chanzy, puis Route de Courson, prendre à gauche en direction du château jusqu’au parking visiteur, traverser le vieux bourg à pied pour atteindre le château-fort.

Statistiques :

  • 1 646 778
  • 689 296
  • 736
  • 614
  • 14 juin 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

2 Comments

  1. Elodie
    30 mars 2024
    Reply

    Le château se mêle dans un magnifique paysage, peu de choses à voir à l’intérieur mais petit détour conseillé dans le vieux village en contrebas

  2. René
    23 mai 2024
    Reply

    Beau château, mais un peu trop en ruine à mon goût. J’aurais aimé voir ce qu’il était à son apogée. La vue est tout de même magnifique, et l’histoire du lieu est passionnante. Intéressant à visiter, mais pas inoubliable non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.