Château de Beaufremont (88)

A seulement onze kilomètres de Châteauneuf dans les Vosges, on trouve le village de Beaufremont. Petite commune de moins de cent habitants et pourtant, on peut y voir au sommet d’une colline, les ruines d’un château-fort qui était grandiose.

Le château est cité pour la première fois sur un diplôme de l’empereur Frédéric Ier, daté de Mont-Bar au royaume de Bourgogne le 14 novembre 1157. Il a été fondé stratégiquement dans une région limitrophe à la Lorraine et à la Champagne par les ducs de Lorraine. Certaines sources expliquent que le château devait déjà exister dans une certaine mesure en l’an 1030, époque à laquelle existait Odon de Bauffremont. La maison de Bauffremont est l’une des plus anciennes et des plus illustres familles de la noblesse française. Une légende explique qu’elle est rattachée à Bowermund,  chef burgonde qui, après s’être fait baptiser et avoir pris comme devise « Dieu aide au premier Chrétien », prit part en 427 à la défaite des Huns. Bowermund aurait construit une place forte sur une colline des bords de Meuse à laquelle ses fils auraient donné son nom.

Depuis le 12ième siècle, la forteresse subit de nombreuses modifications successives et d’agrandissements au cours des siècles. En exemple, la reconstruction du corps de logis au début du 16ième siècle pour Claude d’Aarberg ou encore les courtines reconstruites aux 13ième, 14ième et 15ième siècle  Le colombier que l’on peut voir à l’extérieur des murs d’enceinte est construit en 1607 et transformé en chapelle Saint-Joseph en 1870 par le curé Mourot.

A son apogée, le château était une véritable forteresse flanqué de dix-huit tours imposantes dont l’épaisseur des murs pouvait faire 5 mètres. Deux enceintes et des fossés profond encerclaient le site. On comptait aussi trois pont-levis et des murailles environnées.

Le château est détruit lors de la Guerre de Trente Ans en 1634 sur les ordres du cardinal de Richelieu qui craignait l’envergure du site. Après la Révolution, le château est à nouveau détruit, puis, il est vendu. Un cultivateur et trois familles d’ouvriers s’installèrent dans ce qui restaient de logements et de greniers après les destructions. L’ancienne maison du portier, une partie des écuries, la bouverie et le pressoir, situés à environ cent mètres au-dessous du château furent occupés par une puis deux familles de cultivateurs Des dépendances agricoles sont construites.

En 1860, la famille de Bauffremont achètent le château de leurs ancêtres.

L’enceinte, le logis seigneurial, les fossés et la contrescarpe sont classés au titre des Monuments Historiques par arrêté du 30 septembre 1994.

L’’association « Les amis du château et du site de Beaufremont » s’occupe de la sauvegarde du site. Il n’est pas possible d’entrer dans l’enceinte du château sans autorisation, il s’agit d’une propriété privée !!!

Sources : Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal, 1978, Jean-Charles Chapellier, Essai historique sur Beaufremont, son château et ses barons, Épinal, Imprimerie de veuve Gley, 1860, wikipedia, Vestiges du château » [archive], notice no PA00107091, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Les ruines sont visibles “rue du Taureau” à Beaufremont, ou depuis le chemin qui part à gauche de la mairie.

A proximité :

  • La colline et la chapelle Saint-Hilaire
  • La grotte de Chèvreroche dans le bois de Moyemont
  • La roche tournante de Landavillle-le-Haut

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.