La Chapelle des sorcières du Bollenberg – Orschwihr (68)

Culminant à 363 mètres d’altitude, le Bollenberg est une colline formée de calcaire Jurassien. Elle est située à l’Est, au milieu des vignobles d’Orschwirh. Tous les ans, lors de la soirée du 14 aout, un étrange rituel entraine énormément de monde en ce lieu. La colline est éclairée par un feu géant appelé “Haxafi” dont le bûcher est fabriqué par les villageois. Devinez qui brûle-t’on ? Je vous le donne en mille : La sorcière.

Mais avant d’évoquer les apparitions et les légendes liées à la colline, remontons loin dans l’histoire pour évoquer le passé de cet endroit mystique. Il faut aller jusqu’à l’époque celtique. On pense en effet, que ce peuple effectuait au Bollenberg des rituels sacrés. A l’époque celtique, la date des fêtes religieuses était déterminée par la position du lever du soleil placé dans l’alignement de certaines montagnes. Celles-ci étaient dénommées à partir du radical du dieu gaulois “Belenos”. Ainsi, l’alignement Bollenberg – soleil levant a lieu le 2 février, le jour de la Chandeleur et de la fête celtique de l’Imbolc. Belenos est un dieu Gaulois, dont les autres appellations sont Baal, Belen et Beltane. Cette divinité représente la lumière, la brillance, en d’autres termes, il est le dieu du soleil et de la santé. Il a été assimilé précocement à Apollon.

Après les celtes, se sont les romains qui se sont installés au Bollenberg. Un établissement gallo-romain, certainement une villa gallo-romaine se trouvait sur la pente actuellement couverte de vignes. Plus bas, se trouvait une voie romaine.

Début de la christianisation du site au 6ième siècle, une église dédié a Saint-Martin est construite sur la villa gallo-romaine. Les chercheurs du 19ième siècle en trouve les vestiges ainsi que des sarcophages mérovingiens. L’église Saint-Martin était importante dans la région de Rouffach, elle voit de très nombreux pèlerins jusqu’en 1 550. On raconte qu’elle était en ruine à la Guerre de Trente-Ans, et totalement détruite après la Révolution Française de 1789.

Pour connaitre l’histoire des sorcières du Bollenberg, on se réfère dans un premier temps, à un ouvrage de 1880. Il évoque, plusieurs siècles auparavant, la présence de criminels ayant le droit d’asile dans une ancienne ferme du village, et la présence d’un ermite qui vivait modestement à côté de cette ferme. En 1768, on fait construire une chapelle dédié à Apolla sur le sommet d’une colline que l’on disait hantée. C’est ainsi le point de contact entre le culte païen et le culte chrétien. On nous expliques donc que des sorcières se réunissaient là, à l’endroit où la chapelle est construite, pour pratiquer des sabbats et dans le but d’entrer en contact avec Satan. Ainsi, le prince des ténèbres distribue les sorts qu’elles pourront par la suite jeter sur les troupeaux, sur les champs et aussi parfois sur les gens.

Ainsi, le Bollenberg est souvent cité dans des documents anciens retrouvés à Rouffach faisant références à des procès de sorcellerie. Parlons maintenant de quelques évènements. Plusieurs témoins : voyageurs, curieux, porteurs, fêtards… se seraient aventurés sur la colline hantée de nuit. Tous, décrivent à peu prêt la même chose. Autour de minuit, ils voient un palais illuminé, la porte s’ouvre, ils font face à tout un groupe de personnes attablées autour d’une immense table. Les témoins sont invités par l’hôte, qui se lève expressément lors de l’ouverture de la porte. Mais les témoins déclinent l’invitation, et ne tarde pas à décamper. On les retrouve généralement au petit matin, allongés par terre, perdus, expliquant ce qu’ils ont vécus.


D’autres témoignages ciblent principalement les sorcières, en expliquant qu’elles étaient très nombreuses, agressives, fourbes, méchantes au plus haut point. Elles n’hésitaient pas une seule seconde à entrainer les victimes et à les égarer ou même de les menacer. Elles étaient capable d’ enlever un enfant chrétien et de le mettre au bûcher en offrande au maitre Satan. On disait qu’elles se sentaient “comme chez elles” au Bollenberg et que toutes les sorcières d’Alsace se réunissaient ici ainsi que dans la vallée de Munster. Elles se déplaçaient avec des balais ou avec des animaux.

Autour du 18ième et du 19ième siècle, on raconte voir des dames blanches. Soit les témoins voient une dame blanche seule, errant sur le sommet de la colline, Soit les témoins voient plusieurs dames blanches danser des rondes autour d’une flamme.

Pour conclure, il faut savoir que la colline du Bollenberg est l’un des endroits le plus sec de France. Elle abrite une flore exceptionnelle qui a depuis toujours attirée les femmes des environs qui venaient ici cueillir des plantes médicinales. Au Moyen Age, on pouvait facilement être accusé de sorcellerie si l’on était vu entrain de cueillir ces plantes. En Alsace, en deux siècles (1440 – 1660), 5000 femmes ont été exécutées. Dans la région de Rouffach, on dénombre 62 procès pour sorcellerie.

La chapelle actuelle est construite au 19ième siècle afin de retrouver un lieu christianisé et ainsi, empêcher toutes sorcières de revenir !

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Elle est située entre Rouffach et Orschwihr. Depuis Orschwihr., prendre tout simplement la rue du Bollenberg. La route mène jusqu’à un parking situé au pied de la colline. Continuer à pied sur les chemins de traverse des vignes. Au croisement de la Croix, partir à droite jusqu’à la chapelle.

A proximité :

  • Château du Hugstein à Buhl
  • Château de la Neuenbourg à Guebwiller
  • Le Chaudron du diable à Lautenbach
  • Abbaye de Murbach

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.