La Pierre aux Fées – Saint-Micaud (71)

La Pierre-aux-Fées, également connue sous le nom de menhir de Saint-Micaud, est un mégalithe préhistorique situé dans le département de Saône-et-Loire en Bourgogne, en France.

A l’origine, deux immenses blocs de pierre étaient dressés, séparés à une distance de seulement cinq ou six mètres l’un de l’autre. En 1860, l’un des deux est tombé et a été brisé. Les débris ont été utilisé dans la construction d’un bâtiment pour la ferme voisine dites “des Ragots”.

Le second menhir s’est effondré également, plus tard, pendant la nuit du 24 au 25 janvier 1871, pour une raison inconnue mais l’on suppose que des chercheurs de trésors sont passés par là ou bien peut être, tout simplement le gel de l’hiver. Le propriétaire du terrain décide de creuser une profonde tranchée et de basculer l’immense pierre qui prenait un peu trop de place à son goût.

A une époque lointaine, quant ces deux pierres étaient encore debout. Une légende évoquait un couple marié, l’homme, paysan du village et sa femme. Un jour, lors d’une procession qui passait sur un chemin voisin, le mari refusait d’y participer, ni même de prier. Sa femme, ne pouvait que suivre son époux dans cette opposition. Ainsi, par punition divine, tout deux sont transformés en pierre, peut être par Dieu, par des Anges, ou par les Fées

Victor Berthier, président de la Société d’Histoire Naturelle d’Autun demande à ce que la pierre soit déterrée pour l’étudier. dans un premier temps Nous sommes en 1911. Il obtient l’aide d’Eugène Schneider, Maître de forge, afin d’amener le menhir en bordure de route sur une distance de 37 mètres et de le dresser pour qu’il puisse être admiré par tous.

Le menhir mesure 6,35 mètres de hauteur et est constitué d’un bloc d’arkose. Ce bloc a été extrait de la terre avant d’être sculpté et érodé sur trois de ses faces, tandis que la quatrième a été lissée par bouchardage. Le poids total du menhir est d’environ 15 tonnes, ce qui en fait le plus grand menhir de Saône-et-Loire.

Le menhir est orné de gravures énigmatiques. Les archéologues ont observé sur le menhir plusieurs gravures, dont un trident serpentiforme. D’autres motifs tels qu’un dessin en forme de “U” et une crosse peuvent également être vus. On peut remarquer des gravures anthropomorphes également. Selon l’archéologue Joseph Déchelette, ces gravures représentent des symboles associés à un culte gallo-romain dédié à la déesse mère Magna Mater. En outre, Déchelette a identifié une gravure représentant un foudre de Jupiter, qui est constitué de deux tridents inversés reliés par une ligne verticale. En 2014, les spécialistes découvrent un “soleil” sur l’une des faces après avoir effectués de nouvelles études.

On peut également deviner un visage sculpté (naturellement, ou par la main de l’homme?) sur le haut du menhir : La sculpture en forme de visage au-dessus du menhir pourrait représenter une divinité importante ou une figure spirituelle de la culture qui l’a créée. Les archéologues ont souvent étudié les sculptures et les représentations artistiques des cultures anciennes pour en apprendre davantage sur leurs croyances religieuses et spirituelles.

Il est également possible que la sculpture ait été ajoutée à un stade ultérieur, après la construction initiale du menhir. Les monuments anciens ont souvent été utilisés et réutilisés à travers les générations, et les ajouts ultérieurs peuvent fournir des informations sur les changements de culture et de religion au fil du temps.

Le menhir de Saint-Micaud a 5500 ans, il date donc du Néolithique Moyen. Les pierres auraient été prélevées à quatre kilomètres de là, dans le bois de Chaleutre.

Bien que ces motifs soient fréquents dans les monuments mégalithiques de la région atlantique, la présence d’une figure anthropomorphe sur le menhir est plus spécifique à la région du sud de la France. La Pierre-aux-Fées est donc un monument important pour les archéologues et les chercheurs intéressés par l’étude des pratiques religieuses de l’époque mégalithique en France.

Le menhir de Saint-Micaud est classé au titre des Monuments Historiques depuis le 26 août 1928.

Sources : Wikipedia, Commune de Saint-Micaud / Panneau sur site. Histoire du canton de Sennecey-le-Grand / Léopold Niepce · 1875

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

La Pierre aux Fées se trouve assez facilement, elle est située au bord de la route principale qui traverse la commune de Saint-Micaud, 50 mètres après la mairie, dans un muret d’une propriété privée.

A proximité :

  • Carrière archéologique de St-Boil
  • Grotte et roche percée de Culles-les-Roches
  • Village pittoresque de Mont-Saint-Vincent

Sur la carte :

Statistiques :

  • 1 614 184
  • 671 714
  • 725
  • 521
  • 13 avril 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.