Fontaine des Chartreux – Cahors (46)

La Fontaine des Chartreux à Cahors est un site emblématique chargé d’histoire et de signification. Nichée à quelques pas du célèbre pont Valentré, elle offre aux visiteurs un havre de calme et de beauté naturelle. Ses eaux cristallines, parfois d’un vert émeraude, sont une source de fascination pour les habitants de Cahors et les touristes qui s’y arrêtent.

Cependant, la Fontaine des Chartreux est bien plus qu’une simple curiosité pittoresque. Elle détient un héritage qui remonte à l’Antiquité. Autrefois dédiée à Divona, la déesse celtique des eaux, cette source était un lieu de culte majeur du Ier siècle avant J.C. au Ier siècle après J.C. Des découvertes archéologiques, notamment des monnaies romaines datant de cette période, témoignent de la vénération de Divona en ces lieux.

La déesse Divona était une divinité celtique des eaux vénérée dans l’antiquité. Son nom est associé à la Fontaine des Chartreux à Cahors, où elle était particulièrement vénérée.

  1. Déesse des Eaux : Divona était considérée comme la déesse des eaux, ce qui signifie qu’elle était vénérée pour son pouvoir sur les sources, les rivières, les ruisseaux et autres éléments aquatiques. Les divinités liées à l’eau avaient une grande importance dans les sociétés anciennes en raison de la nécessité vitale de l’eau pour la vie et l’agriculture.
  2. Origine Celtique : Divona est d’origine celtique, ce qui signifie qu’elle était vénérée par les peuples celtes qui habitaient l’Europe occidentale, y compris les régions de la France actuelle. Les Celtes avaient de nombreuses divinités liées à la nature et à ses éléments.
  3. Culte et Offrandes : Le culte de Divona impliquait probablement des rituels et des offrandes pour apaiser la déesse et assurer la disponibilité continue de l’eau. Les monnaies romaines trouvées à la Fontaine des Chartreux à Cahors, datant de l’Antiquité, suggèrent que des actes de dévotion sous forme d’ex-voto étaient courants.
  4. Influence sur la Toponymie : Le nom de Divona a laissé une empreinte durable sur la région, puisque la ville de Cahors a été nommée “Divona Cadurcorum” à l’époque gallo-romaine, en référence à la déesse et à la tribu locale des Cadurques.

Au fil des siècles, la Fontaine des Chartreux a vu son utilisation évoluer. Au Moyen Âge, elle alimentait un moulin, puis en 1362, elle fut cédée au couvent des Chartreux, donnant ainsi naissance à son nom actuel. Le dallage de la vasque de la fontaine porte également une histoire particulière, avec des dalles funéraires provenant de l’église Notre-Dame de la Daurade, détruite en 1808, utilisées pour sa reconstruction au XIXe siècle.

De nos jours, cette résurgence impressionnante, s’étendant sur environ 140 mètres de profondeur, joue un rôle essentiel en fournissant de l’eau potable à la ville de Cahors depuis 1853. Des pompes électriques ont été installées en 1926 pour faciliter ce processus, et des canalisations acheminent l’eau vers les foyers de la ville. La Fontaine des Chartreux, mêlant histoire, spiritualité et utilité pratique, demeure une véritable pépite en périphérie de Cahors.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis le centre de Cahors, prendre le Pont Louis Philippe, puis tourner à droite sur Chemin de la Chartreuse, cette route mène à une impasse. Un parking a été aménagé au bord du Lot. Poursuivre à pied en direction du Pont Valentré. La fontaine se situe 150 avant le pont, sur la gauche.

A proximité :

  • Le Pont Valentré à Cahors
  • L’Arc de Diane à Cahors (vestige gallo-romain)
  • La Tour du pape Jean XXII à Cahors

Sur la carte :

Statistiques :

  • 1 636 257
  • 683 825
  • 732
  • 592
  • 23 mai 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.