Carrières de meules – Massif de la Serre – Offlanges (39)

La Serre, avec son calcaire jurassique, a joué un rôle crucial dans le choix des roches pour la meunerie. Des sites archéologiques témoignant de l’exploitation du massif depuis le néolithique ont été révélés, apportant un éclairage sur l’évolution des techniques, de la meule fixe à la meule rotative.

Les fouilles récentes, dirigées par Luc Jaccottey en collaboration avec l’Aresac, ont ravivé l’histoire des meules de Moissey. Lors d’une recherche archéologique intensive en 2006, les carrières d’Offlanges ont été mises au centre de l’attention, révélant une dizaine de carrières et des traces d’exploitation remontant à l’Antiquité.

Le Grès de la Serre : Matière Première des Meules

Dès le néolithique, le grès de la Serre, recouvrant ce petit massif granitique, a été exploité pour créer les premières meules destinées à la mouture des céréales. Les carrières de Malange, datant de 5000 avant Jésus-Christ, ont révélé les premières traces de cette ingénierie meunière. Des meules en grès de la Serre ont également été découvertes sur des sites francs-comtois, tels que le lac de Chalain.

Les Carrières d’Offlanges : Un Ballet de Taille de Meules

Objets Découverts : Témoins du Temps

Carriers au Moyen Âge : Maîtres de la Pierre Meulière

Au Moyen Âge, entre 1371 et 1475, des textes médiévaux mentionnent plusieurs carriers dans la Serre. Les travaux d’extraction de meules, documentés par Luc Jaccottey, révèlent un processus complexe. Les meuliers creusaient des canaux circulaires, utilisant des outils métalliques et des coins pour détacher les meules de la pierre. La datation de ces travaux, situés entre le XIIe et XVIIIe siècle, demeure délicate, mais des informations périphériques, telles que des factures de meuliers, suggèrent une chronologie.

L’Héritage des Moulins : Une Fenêtre Ouverte sur les Productions de Meules de la Serre

Ces carrières, jalonnant le paysage entre le Moyen Âge et l’époque contemporaine, ont contribué aux améliorations des techniques d’extraction, permettant un plus grand nombre d’extractions sur un même site. Les meules, véritables clés de voûte des moulins de l’époque, ont évolué pour répondre aux besoins de la société.

Le dernier acteur de cette longue saga de carriers dans le massif de la Serre était Joseph Mallot, qui a clos son chantier en 1909. Témoin d’une époque où les meules étaient encore au cœur de nombreuses activités, Mallot marque la fin d’une ère. Son travail de carrier a été essentiel pour répondre aux besoins de la société de son temps.

Sources : Panneau sur site, Luc Jaccottey, Annabelle Milleville, Moissey.com

Depuis Dole, prendre la Départementale 475 en direction de Gray, une fois à Moissey, prendre direction d’Amange, vous verrez alors une intersection avec un panneau indiquant le site de l’Ermitage, tourner à gauche et continuer jusqu’au parking de l’ermitage. Puis, continuer à pied sur la petite route goudronnée jusqu’à la croix du Dode, s’engager sur le sentier derrière la croix, il amène directement au site des carrières de meules.

Statistiques :

  • 1 663 681
  • 698 587
  • 742
  • 631
  • 20 juillet 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

2 Comments

  1. samy
    16 novembre 2023
    Reply

    C’est un très bel article qui permet de faire connaître le massif de la Serre d’une façon différente et pas seulement par la grotte de l’ermitage.

  2. Emma Lefebvre
    16 novembre 2023
    Reply

    Je connaissais le sentier du loup garou à Amanges mais je ne savais pas qu’il y avait ce genre des carrières de meules si ancienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.