Site médiéval – Peyrusse-le-Roc (12)


Peyrusse-le-Roc : Un voyage dans le temps au cœur du Rouergue

Perché sur un éperon rocheux dominant la vallée de l’Audierne, Peyrusse-le-Roc est un village médiéval qui semble figé dans le temps. Ses ruelles étroites, ses maisons aux toits de lauzes et ses vestiges imposants invitent à un voyage fascinant à travers les siècles.

L’histoire de Peyrusse-le-Roc est intimement liée à sa situation géographique exceptionnelle. Le site est occupé dès l’Antiquité, comme en témoignent les vestiges d’un oppidum gaulois. Au Moyen Âge, sa position stratégique en fait une place forte convoitée. Le village est fortifié et doté d’un château, de remparts et de plusieurs tours.

La première mention de Peyrusse-le-Roc date du Xe siècle. Le village est alors la propriété de la famille de Peyrusse, qui lui donne son nom.. Dérivé du latin “petrosa rupe” (roche pierreuse), son nom évoque parfaitement sa situation géographique exceptionnelle. Au XIIe siècle, il devient le chef-lieu du plus grand bailliage du Rouergue, une province historique du sud de la France.

Peyrusse-le-Roc connait son apogée aux XIIIe et XIVe siècles. La ville est prospère grâce à son activité commerciale et artisanale. De nombreux bâtiments sont construits à cette époque, dont le château, l’église Notre-Dame-de-Laval et les tours du Roc del Thaluc.

Le château, symbole de puissance:

Le château de Peyrusse-le-Roc, érigé au XIIe siècle est aujourd’hui très peu visible. Sa position dominante et ses fortifications massives en faisant un symbole de puissance et de prestige. Le château a subi de nombreux assauts au cours des siècles. L’église plus récente sur la place du village est une dépendance de cet ancien château dit “le château du Roi”.

Les tours du Roc del Thaluc, sentinelles de pierre:

Ces deux tours, servaient de sentinelles pour surveiller les environs et protéger les habitants. Elles offrent aujourd’hui un panorama exceptionnel sur la vallée et les villages environnants. Les deux tours sont ce que l’on appel “le château inférieur”.

Une forteresse stratégique pour les souverains :

Peyrusse-le-Roc, un bourg médiéval juché sur une crête rocheuse, a traversé une histoire dense et tumultueuse. Dès 767, la forteresse fut assiégée par Pépin le Bref, et en 1031, le roi Robert II le Pieux y marqua une pause.. La cité de Peyrusse est prise par les Anglais en 1163. Puis, elle est occupée par Simon de Montfort. En 1269, Peyrusse fut l’hôte d’Alphonse de Poitiers, le frère de Saint Louis. En tant que capitale du plus vaste bailliage du Rouergue, la ville abritait 187 soldats, 4 chevaliers et 40 familles de la noblesse. Ses mines d’argent et ses marchés hebdomadaires contribuaient à sa prospérité économique. En 1341, le village comptait 700 feu, soit 3500 habitants. En 1369, Charles V octroya à la commune une charte de privilèges, renforçant ainsi son statut et son influence. Peyrusse-le-Roc se dévoile donc comme un observatoire privilégié de l’histoire du Rouergue, et son patrimoine architectural est un hommage éloquent à cette époque.

La guerre de Cent Ans marque le début du déclin de Peyrusse-le-Roc. Le village est assiégé et pillé à plusieurs reprises. Les remparts sont endommagés et le château est en partie détruit.

Les guerres de religion accentuent le déclin du village. Peyrusse-le-Roc est pris et repris par les catholiques et les protestants. La population est décimée et l’économie est ruinée.

Le Tombeau du Roi, une énigme historique:

Ce monument énigmatique, datant du XIVe siècle, intrigue les historiens depuis des siècles. Il est découvert au fond d’une fosse de 6,50 mètres de profondeur en 1957, Le toit, qui est d’un seul bloc, a deux pentes séparées par deux moulures cylindriques. Entre ces moulures, on trouve des fleurs en forme de rosaces à huit pétales, disposées en ligne. Une pente est décorée avec une branche de figuier, montrant à la fois les feuilles et les fruits. L’autre pente est ornée d’une vigne portant ses grappes. Son nom et sa fonction font l’objet de nombreuses spéculations. Certains y voient la tombe d’un roi wisigoth, tandis que d’autres penchent pour la sépulture d’un seigneur local.

Au XVIIe siècle, le village est démantelé et ses fortifications sont rasées. Peyrusse-le-Roc n’est plus qu’une petite bourgade agricole.

Le village connait un renouveau d’intérêt au XXe siècle. Le patrimoine historique de Peyrusse-le-Roc est valorisé et le village est classé parmi les “Plus beaux villages de France” en 1982.

L’église Notre-Dame-de-Laval :

Témoin silencieux d’un passé glorieux, ce sanctuaire gothique, édifié entre les XIIIe et XIVe siècles, fut jadis un lieu de culte et de pèlerinage important.

L’église, d’une ampleur impressionnante, mesurait 40 mètres de long et 20 mètres de large. Ses murs étaient ornés de pilastres armoriés, de rosaces remarquables et de peintures murales. Douze chapelles latérales, aux ogives finement nervurées, s’ouvraient sur la nef, offrant un espace de recueillement et de prière. Des enfeux, niches funéraires creusées dans les murs, abritaient les dépouilles de personnages importants de la région. L’un d’eux, dégagé en 1959, présente un arc ogival décoré de motifs floraux, datant du XIVe siècle. En lieu et place d’un clocher, un beffroi indépendant, situé à cent mètres de l’église, rythmait la vie du village en sonnant les heures et les événements importants. Des fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour des chapiteaux romans et des fragments de sculptures gothiques, précieux témoignages d’une époque révolue.

Petite parenthèse : Aujourd’hui, Peyrusse-le-Roc est un village paisible et charmant qui attire chaque année de nombreux visiteurs. Le village est un véritable musée à ciel ouvert, qui offre un voyage fascinant dans l’histoire du Moyen Âge.

En plus de son riche patrimoine historique, Peyrusse-le-Roc offre également de nombreux attraits naturels. Le village est situé au cœur d’un paysage magnifique, idéal pour la randonnée pédestre et cycliste.

La synagogue : Sa construction daterait du XII ou du XIIIème siècle. Les anciens racontent qu’après la destruction de Jérusalem en 70 Après. J.-C., des Juifs dispersés demandent refuge à Peyrusse et l’autorisation d’y bâtir un lieu de recueillement. Si l’authenticité de cette légende reste incertaine, l’existence d’une synagogue médiévale à Peyrusse ne fait aucun doute.

L’édifice, adossé au rocher et construit en pierre taillée, présente une forme carrée et sobre. Deux portes et une petite ouverture à plein cintre percent ses murs épais. Un escalier étroit relie les deux étages, tandis qu’un puisard comblé de débris intrigue les archéologues.

Malgré son apparence austère, l’édifice intrigue par ses proportions et ses ouvertures inhabituelles pour une simple tour. La première mention officielle de la synagogue ne date que du XVIIe siècle, dans une déclaration des Consuls de Peyrusse, situant clairement l’édifice dans le domaine royal.

L’absence de documents historiques précis sur la communauté juive de Peyrusse laisse planer un mystère sur son histoire. La synagogue, témoin silencieux d’un passé oublié, invite à explorer les traces de cette présence juive et à exhumer les secrets de ce village médiéval.

Questions que soulève la synagogue:

  • Quelle est la date exacte de sa construction ?
  • A-t-elle toujours été utilisée comme lieu de culte ?
  • Quelle était la taille de la communauté juive à Peyrusse ?
  • Quelles sont les raisons de son déclin ?

Une autre version plus officielle évoque que la tour n’ait jamais été vraiment un lieu de culte mais plutôt une tour de défense, mais que la communauté juive de Peyrusse-le-Roc a bien prospéré au XIIIe siècle. La tour qui servait pour la défense du site, aurait été transformé en synagogue au XII ou XIIIi ème siècle.

Vestiges d’un passé hospitalier: L’Hôpital des Anglais

Construit au XIIIe siècle, cet édifice hospitalier se distingue par son volume imposant et sa cheminée majestueuse. Il servait de refuge aux malades, aux pauvres et aux pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, leur offrant un gîte et un abri provisoires. L’origine de son appellation “Hôpital des Anglais” demeure énigmatique. Un incendie ravage le bâtiment en 1678 et en 1690 par une vieille dame qui devait vivre dans le bâtiment.

Le beffroi et la porte de la Barbacane, témoins de l’ère communale:

Le beffroi, symbole de l’autonomie communale, et la porte de la Barbacane, élément du système de défense du village, datent du XIIIe siècle. Ils constituent des vestiges importants de l’organisation urbaine de Peyrusse-le-Roc à l’époque médiévale.

Sept structures architecturales de la commune sont reconnues comme monuments historiques. Cela inclut l’hôpital des Anglais, le marché couvert et la synagogue, qui ont tous été inscrits en 1992. En 1993, la porte de la Barbacane a été ajoutée à la liste. L’église Notre-Dame-de-Laval a reçu le statut de classée en 1995, année où le château Inférieur a également été inscrit. Le dernier ajout à cette liste est le château de la Caze, inscrit en 2018.

Sources : Wikipédia, Panneaux sur site, dépliant, Note sur la synagogue de Peyrusse-le-Roc de G Nahon · 1963. Peyrusse-le-Roc en Rouergue: L'antique Petrucia François Angelergues · 1977

Peyrusse-le-Roc est une destination incontournable pour les amateurs d’histoire, de patrimoine et de nature. Le village est un véritable havre de paix, où il fait bon se ressourcer et se laisser transporter par la magie du temps passé.

Informations pratiques:

  • Situation: Peyrusse-le-Roc est situé dans le département de l’Aveyron en région Occitanie.
  • Accès: Le village est accessible par la route D87.
  • Parking: Des parkings gratuits sont disponibles à l’entrée du village.
  • Office de tourisme: L’office de tourisme de Peyrusse-le-Roc propose des visites guidées du village et des environs.

Sites à visiter:

  • Les tours du Roc del Thaluc
  • L’église Notre-Dame-de-Laval
  • Le pont du Parayre
  • Le Tombeau du Roi
  • Les vestiges de l’hôpital des Anglais
  • Le beffroi et la porte de la Barbacane

Activités:

  • Randonnée pédestre
  • Cyclisme
  • Baignade
  • Pêche

Depuis Decazeville, prendre la D221 jusqu’à Valzergues, puis, passer Galgan, continuer sur la D287 jusqu’à Peyrusse-le-Roc.

  • Musée de géologie Pierre-Vetter à Decazeville
  • La Découverte (mine) à Decazeville
  • Le fort d’Aubin
  • Église Saint-Blaise à Aubin

Statistiques :

  • 1 646 528
  • 689 132
  • 736
  • 614
  • 14 juin 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

2 Comments

  1. Loriane
    12 février 2024
    Reply

    C’est vraiment un site incroyable à voir. Les deux tours en haut du rocher sont impressionnantes. Il faut juste une bonne paire de chaussures de randonnée et de bonnes jambes pour affronter les dénivelés mais ça en vaut la peine. De plus, à la fin de votre visite vous pouvez vous rafraîchir dans le café situé rue du Gitat où la personne est vraiment très sympa.

  2. Pierre
    13 février 2024
    Reply

    Un incontournable en Aveyron ! n’hésitez pas à vous renseignez à l’office du tourisme !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.