Temple romain d’Izernore (01)

Ce sanctuaire gallo-romain se situe à Izernore dans le département de l’Ain. Autrefois, il faisait parti de l’agglomération d’ “Isarnodurum“, vaste Vicus qui comprenait des habitations, des thermes, des commerces, un théâtre et des fermes.

Avant de devenir un site romain, il faut voyager dans le temps, bien avant le deuxième siècle après Jésus-Christ, C’était une bourgade gauloise appartenant aux Séquanes. Mais voilà, avec la conquête romaine, le territoire se transforme et devient romain à son tour. A propos, il est d’ailleurs fort possible que le temple romain ait été construit sur les bases d’un monument celtique.

L’agglomération d’Isarnodurum connait un essor favorable entre le 2ième et le 4ième siècle après J.-C. Les deux siècles qui suivent restent un mystère. Néanmoins, d’après une description datant du 6ième siècle, une catastrophe d’origine humaine ou naturelle a eu lieu. On pense notamment aux invasions barbares. Une mention écrite du 6ième siècle évoque un monument déjà en ruine. Mille année plus tard, vers 1650, le temple est de nouveau remarqué. Les trois colonnes de marbres sont belles et bien décrites.

Voilà maintenant 200 ans que le site est fouillé. Les premières fouilles organisées par Thomas Riboud (à qui l’on doit aussi la sauvegarde du Monastère Royal de Brou) remonte a 1784. Les deux archéologues travaillant pour lui mettent à jour les murs de trois salles et décrivent l’existence de deux temples successifs. D’autres fouilles se poursuivent, une en 1813, puis une autre en 1822 réalisé par le célèbre folkloriste Désiré Monnier. Le doigt en bronze d’une statue est retrouvée par les habitants d’Izernore dans un champs à proximité. Le site est classé aux Monuments Historique en 1840.

Une nouvelle campagne de fouille reprend en 1906. Deux villae (villa romaine) sont remarquées, celle de Pérignat et celle de Bussy. En 1910, la clôture de protection du site est installée. En 1962, ce sont des bâtiments à vocation artisanale et agricole qui sont remarqués, les fouilles ont permises de mettre la main sur une bague en or, et des fragments de céramique sigillée. Par la suite, un réseau d’aqueducs et de puits sont également découvert.

Voilà tout ce qu’il reste d’Isarnodurum. La suite est sans doute cachée en partie sous “la nouvelle ville”. Emportant même le secret de la divinité qui était priée en ce lieu. Certains indices mènent à penser que c’était le Dieu Mars (appellation d’un champs de Mars à proximité). D’autres pensent au Dieu Mercure, parce que des inscriptions sur les murs d’un presbytère voisin indique Mercure. Une statuette de Sucellos a été retrouvé près du site, il s’agit d’un dieu d’origine Celtique. Un débat qui n’a pas fini de faire couler de l’encre malgré de faibles indices. Parfois, quand on ne sait pas, il faut savoir le dire. La divinité pour laquelle le temple a été construit reste donc encore un mystère.

Bonne découverte !!

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis la Grande Rue au centre d’Izernore, tourner rue de la Voie Etroite puis à gauche, Rue du Temple. Vers la sortie de la commune, prendre à gauche Chemin des Colonnes. C’est une impasse qui mène au temple gallo-romain. On peut facilement se garer au bout de cette impasse.

A proximité :

  • Musée archéologique d’Izernore
  • Les vestiges du château de Bussy
  • Saut de Charmines
  • Saut de l’Oignin

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.