La fontaine de Barenton – Paimpont (35)

On ne pouvait pas vadrouiller en Bretagne sans aller voir la fontaine de Barenton. Alors on s’y met, direction le lieu-dit : Folle Pensée (j’adore ce nom) en pleine forêt magique de Brocéliande. Une fois le véhicule garé, on entame une boucle pédestre à travers bois. Le site est lié à la légende Arthurienne, alors attendez-vous à croiser du monde !

Les premières mentions de la fontaine de Barenton figurent en l’an 1160. Le poète anglo-normand Robert Wace (Wace de Jersey) est l’auteur du Roman de Rou et du Roman de Brut, dans lequel il relate les aventures du roi Arthur. Il parle donc de la fontaine pour la première fois sous le nom de Berrenton (Bher / Andon signifiant source bouillonnante). Les années suivantes, la fontaine apparaît dans un autre roman, “Yvain, le Chevalier au Lion”, écrit par Chrétien de Troyes.

D’après les deux auteurs, la fontaine de Barenton est miraculeuse. Pour Wace, les villageois viennent puiser l’eau, et dès qu’ils en versent sur le perron, ils déclenchent instantanément la pluie. Chrétien de Troyes reprend la même base de l’histoire, il place Calogrenant, l’un des chevaliers de la Table Ronde, au pied de la fontaine, il déclenche une tempête, mais un étrange chevalier noir apparaît et défie Calogrenant. C’est alors qu’Yvain intervient pour protéger son cousin, il déclenche la tempête à son tour et combat le chevalier noir. Il gagne et devient le gardien de la fontaine.

Les celtes sont passés par là. Dans la mythologie celtique gauloise, le dieu Borvo était lié au culte de l’eau bouillonnante et sa vénération permettait de guérir. Bien plus tard, on disait que c’était le territoire des fées. Les légendes expliquent que l’on venait ici chercher des pouvoirs magiques ou des prédictions auprès d’elles. Pour exemple cette tradition dont les jeunes filles venaient à la fontaine, posaient une épingle sur la surface de l’eau, et devaient dire à voix haute « Ris, ris fontaine, je vais te donner une belle épingle ». Suite à quoi, si des bulles remontent à la surface, la jeune fille en question se mariera avant Pâques. Pour les jeunes hommes, la tradition les fait venir les nuits de pleines lunes, il fallait se pencher devant la fontaine pour voir dans le reflet de l’eau, la future mariée.

Comme vous pouvez le remarquer, les pouvoirs de la fontaine sont diverses et variées, et ce n’est pas tout. On prétendait qu’elle soignait la maladie mentale. On comprend mieux maintenant le nom du hameau avoisinant de Folle Pensée.

Bonne balade !

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Tréhorenteuc, prendre la départementale 141 en direction et jusqu’à Folle Pensée. Traverser le hameau de Folle Pensée, ça fini en impasse. Mais un grand parking visiteur vous attend.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.