Le Val Sans Retour – Tréhorenteuc (56)

Si je vous dis “l’Arbre d’Or”, “le Miroir aux fées” ou encore “le siège de Merlin”, ça vous dis peut-être quelques choses ? Nous voici en plein cœur de la forêt légendaire de Brocéliande, le Val sans Retour dont le point de départ se situe juste avant d’arriver à Tréhorenteuc et se prolonge jusqu’à Paimpont.

Le Val sans Retour porte très mal son nom. Tout d’abord parce qu’on est rentré à la maison, c’est qu’il y a bien un retour. Et aussi parce que ce site naturel est exceptionnel, surprenant par la richesse et par la variété de paysages qu’il offre, on en regrette presque un retour !!!

Officiellement, c’est la forêt de Paimpont, mais elle a été renommée suite aux écrits de Félix Bellamy qui identifie en 1850 le Val sans Retour en forêt de Brocéliande. Il faut dire que le décor se prête parfaitement aux légendes Arthuriennes… commençons donc la visite :

Ci-dessus le miroir aux fées. Depuis le parking, une petite marche de 500 mètres permet d’atteindre ce charmant petit étang situé dans le fond du Val sans Retour, juste à côté de l’Arbre d’Or. Une légende raconte que sept fées âgées de plusieurs centaines d’années viennent toutes les nuits (et parfois la journée) admirer leurs reflets dans l’eau. Elles avaient signer un pacte, celui de rester à l’écart des hommes. Mais un jour, un beau chevalier se rend a l’étang pour se désaltérer. Les sept sœurs ont eu tout juste le temps de se cacher. L’une des sœurs, la fée Marine trouve le chevalier fort charmant, elle tombe même littéralement amoureuse de lui et se détache du groupe pour s’avancer vers lui. La rupture du pacte déclenche une guerre sans limite entre fées qui dura des siècles. La légende explique que le sol du Val sans Retour est rougis par le sang des fées.

Le Val sans Retour est nommé ainsi parce parce qu’aucun chevalier n’en revenait. Il est également nommé le Val aux Faux Amants parce qu’y étaient retenus tous les chevaliers qui avaient été infidèles à leurs femmes.

Le Val sans Retour est créé par la fée Morgane qui pour l’histoire, tombe follement amoureuse du chevalier Guyamor (son amant). Ce dernier va la décevoir en l’a trompant à plusieurs reprises. Après ce drame terrible et insurmontable, elle cherchera à se venger. Elle consulte alors Merlin pour apprendre la magie. C’est ainsi que la fée Morgane enchante ce lieu et en fait une prison pour tous hommes infidèles.

En photo de couverture : L’arbre d’Or. Plusieurs incendies ont ravagés la forêt de Brocéliande dans les années 1990. Une association de sauvegarde du val sans retour est créée, et les adhérents ont voulu faire une sorte de monument pour célébrer la renaissance de la forêt.

Cinq chênes calciné entourent l’arbre d’or (c’est un châtaigner), l’ensemble est protégé par un champ de pics en bois.

D’autres curiosités géologiques et historiques nous mènent aux légendes arthuriennes, on remarquera par exemple le siège de Merlin qui est une formation de schistes basculés, brûlés, parsemés de longues inclusions de quartz ; le rocher des Faux-Amant dont la légende nous replonges avec la fée Morgane qui découvre son bien-aimé chevalier et l’une de ces prétendantes, en colère, la fée se venge et pétrifie les deux amants sur la crête du Val puis jette le sortilège sur tout le Val. Le chevalier Lancelot du Lac tombe amoureux de la reine Guenièvre, il lui restera fidèle en amour et grâce à lui, le sortilège sera levé et les prisonniers libérés (253 chevaliers exactement selon la légende).

On note également l’Hotié de Viviane ou maison de Viviane, la légende explique que c’est la demeure de la fée Viviane, qui retient prisonnier l’enchanteur Merlin dans une prison d’air. Plus sérieusement, il s’agit du reste d’un monument funéraire datant du Néolithique final. Des fouilles sont entreprises dans les années 1980, les archéologues ont découvert des haches polies, des céramiques et des bijoux…

Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de tout explorer. Mais nous avons tout de même pu faire une superbe balade formant une boucle. Départ au parking, l’Arbre d’or, le Miroir aux fées, puis le sentier sur la droite de l’étang, à contre courant, on suit le ruisseau du Gué de Mony jusqu’à un second étang que l’on contourne par la gauche, puis on continue le sentier jusqu’au petit pont de bois, on tourne sur la gauche et on commence l’ascension jusqu’au sommet de l’arête. On poursuit la marche sur des plaques rocheuses sur 400 mètres puis on bifurque à droite pour gagner une route carrossable. On descend directement pour se rendre au village de Tréhorenteuc pour visiter son église du Graal, pour finir, retour au parking. Cette petite randonnées comptabilise environ 5 kilomètres, compter 1h30 à 2h de visite. A éviter absolument en période de chasse.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Ploërmel, prendre la D141 jusqu’à Tréhorenteuc. Avant d’arriver à Tréhorenteuc, vous verrez un grand parking sur la droite, c’est le point de départ du Val sans Retour.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.