Grotte de la Baume – Sancey-le-Long (25)

La grotte de la Baume (ou Baume de la Roche) de Sancey est une grotte située dans le département du Doubs, dans la région Bourgogne-Franche-Comté en France.

Depuis la route principale, il faut compter 1,5 kilomètre de marche avant d’atteindre le porche de la grotte. Cette baume fait partie d’un réseau de quelques grottes dans le Doubs qui aurait servi de refuges aux villageois durant les conflits ou lors d’invasions. Nous allons y revenir plus tard. Une fois sur place, nous constatons un porche d’entrée impressionnant par sa taille. En levant les yeux, on remarque aisément un ancien mur en état de ruine. Après un court passage de type couloir, on constate l’installation d’une échelle qui permet d’accéder à la suite de la visite. A l’intérieur, les galeries souterraines s’étendent sur 1400 mètres environ.

Au moyen âge, il faut imaginer une grande muraille au niveau du porche d’entrée. Une porte en fer permettait d’accéder à l’intérieur. Pour plus de confort, des cloisonnements en bois et des planchers sur poutres ont été aménagés sur trois étages.

Mais bien avant le moyen âge, la grotte était déjà fréquenté.

  • A l’âge du Bronze Final III (-1400 à -800 Av. J.-C.), la cavité aurait déjà temporairement servi de refuge, notamment une cachette de fondeur, et de sépultures.
  • Durant l’Hallstatt final (550-480 av. J.-C.), la Tène I et la Tène II : les celtes venaient déposer leurs morts dans la grotte.
  • A l’époque Gallo-romaine (du 1er siècle au 3ième siècle après J.-C.) : Construction d’une première fortification pour se protéger des envahisseurs.
  • Au moyen âge (13ième siècle) : la grotte sert de refuge de façon temporaire, par intermittence et de courtes durées.
  • Entre 1570 et 1590, la grotte sert de cachette pour un groupe de mercenaire albanais, déserteurs de l’armée Espagnole.
  • Au 17ième siècle, elle sert de refuge lors de l’invasions des suédois (1639), et durant la guerre de Dix Ans (1634-1644).
  • En 1668 et en 1674, elle est à nouveau habité durant de courtes durées lors des conquêtes de Louis XIV
  • En 1820, les curieux ayant visités la grotte, prétendent avoir vu de nombreux meubles cassés, de la poterie brisée mais également un canon en fer, et des médailles antiques.
  • En 1828, on pouvait encore voir le plancher posé sur de grosses poutres et les traces de deux fours à pain..

Les fouilles archéologiques du 20ième siècle offrent un panel d’objets divers et du mobilier de toutes les époques. Une monnaie de la Tène, quelques tessons protohistoriques, de très nombreux ossements humains, des parures, des traces de foyers, de la céramique, des fibules, 3 potins Séquanes, Une bague-amulette décoré de trois têtes de Taureaux est trouvée dans un état de conservation exceptionnelle. des vases brisés, des objets métalliques. De très nombreuses pièces de monnaies romaines et gauloises ont été découvertes, mais aussi des ex-voto, ce qui laisse supposer que durant l’époque gallo-romaine, le lieu ait pu servir d’habitation, de temple ou de cimetière protégé. A noter que l’on peut remarquer de nombreux trous de boulins le long des paroi rocheuses.

La vie dans la grotte de Sancey : En 1637, les Comtois se préparent à l’invasion. La grotte cesse d’être un lieu de curiosité et deviens un refuge pour les habitants. On apporte les meubles et les objets de valeurs. On aménage un discret chemin qui n’existait pas auparavant. L’entrée de la grotte était surveillée en permanence. Les villageois attendaient que l’on sonne l’alerte pour se rendre dans la cache. Le 19 février 1639, le château de Belvoir est assiégé par les mercenaires et les suédois envoyé par le Cardinal Richelieu. Sébastien Ligier de Sancey, dit le capitaine de la Baume, donne la cloche et demande aux habitants de le suivre jusqu’à la caverne. Les centaines d’habitants de Sancey et alentours, hommes, femmes, enfants, accourent jusqu’à la cavité et y restent jusqu’au mois de Juin de la même année. Dans ce laps de temps, onze enfants sont nés dans la grotte. La vie à l’intérieur de la grotte était somme toute assez précaire. Plus difficile que dans une grotte-château. Le lieu était humide et froid, il n’était pas envisageable d’allumer un feu, par peur d’être repéré. Sans compter au manque d’air, et à la surpopulation dans un espace restreint. Ne parlons même pas de l’hygiène, ni de l’intimité. Pour la petite histoire, le colonel Rosen (Reinhold de Rosen) fini par trouver la grotte avec ces hommes. Mais la fortification résiste, et les réfugiés se défendent courageusement en lançant des pierres, tuants quelques uns des soldats. Le groupe de Rosen part finalement en retraite.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis la commune de Sancey, prendre la D464 en direction de Provenchère. A la sortie de Sancey-le-Long et après une petite série de virage, tourner à droite au lieu-dit “Acanthe”. Le plus pratique étant de se garer le long de ce chemin goudronné au départ mais vite caillouteux. Marcher sur ce chemin durant 1,2 kilomètre, puis au niveau du bois de la Baume, continuer tout droit sur le sentier qui mène directement à la Baume.

A proximité :

Sur la carte :

Statistiques :

  • 1 645 960
  • 688 831
  • 736
  • 614
  • 14 juin 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

4 Comments

  1. NicolasdeMaiches
    5 novembre 2023
    Reply

    Superbe randonnée effectué en groupe jusqu’à la grotte, très glissant à l’intérieur, faites très attention

  2. Valentin
    8 novembre 2023
    Reply

    Je ne connaissais pas l’histoire de la grotte, merci à vous pour tous ces renseignements

  3. Éléna
    4 avril 2024
    Reply

    Impossible d’y aller sans vos précieuses indications, merci à vous

  4. Chloé
    26 avril 2024
    Reply

    J’ai adorée la balade par contre impossible de monter l’échelle, trop glissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.