Les Pierres Jumelles – Menhirs des Droites Pierres – Ecoivres – Mont-Saint-Eloi (62)

Les Pierres Jumelles d’Ecoivres (Mont-Saint-Eloi) sont des monuments mégalithiques situés dans le département du Pas-de-Calais en France. Il s’agit de deux menhirs en grès de forme conique, mesurant respectivement 3 mètres et 3,80 mètres de hauteur, qui ont été érigés il y a environ 5 000 ans.

Les deux blocs de grès brut sont à l’origine de nombreuses légendes et questionnent archéologues et historiens. On commence par : d’où proviennent les deux mégalithes ? comment ont-ils été transportés sachant que le plus lourd pèse huit tonnes ? et par qui ?

Les nombreuses dénominations peuvent peut-être nous aider à répondre : Pierres Jumelles, Pierres d’Acq, Pierres du Diable, Pierres Droites, les Demoiselles, ou encore les Demoiselles d’Acq.

Avant de poursuivre le point de vue historique, parcourons les légendes et l’imagination collective au sujet de l’inexplicable. La première légende évoque l’histoire de deux jeunes filles habitant le village d’Acq. Cette nuit-là, il y avait un grand bal organisé à Villers-au-Bois, les deux jeunes filles s’y rendent et oublient de respecter l’heure à laquelle elles devaient rentrer. Au petit matin, elles prennent le chemin et en traversant un champ afin de gagner un peu de temps, elles sont instantanément pétrifiées par une force divine. Encore aujourd’hui, on les appelle “les Demoiselles d’Acq”. La seconde légende, plus terre à terre, mentionne Baudouin Ier de Flandre, dit “le Bras de Fer” qui désire rendre hommage aux batailles gagnées contre son ennemi juré, Charles II le Chauve. Ainsi en l’an 862, il demande à ces hommes de dresser deux grandes pierres en guise de bornes. La troisième légende nous transporte vers l’an 570. La reine franque Brunehaut, princesse wisigothique, souhaite faire reconstruire une ancienne voie romaine reliant Arras à Boulogne-sur-Mer en passant par Thérouanne. Refaire la chaussée Brunehaut est un projet titanesque, et bien trop pressée, la reine Brunehaut que l’on nomme également Brunehilde signe un pacte avec le Diable pour terminer la route en une seule nuit seulement. Le pacte précise bien que tout doit être terminé avant le chant du coq pour gagner l’âme de la reine. Maligne, la reine fait chanter le coq avant le lever du soleil. Trompé, le Diable devient furieux et lance très puissamment les deux pierres qu’il portait. Elles finissent par se planter dans un champ. Ainsi est né la légende des Pierres du Diable. Pour la petite histoire, en 613, Clotaire II arrête la reine Brunhaut lors d’un déplacement, et l’amène à Renève (en Côte d’Or – Bourgogne). Là-bas, il fait supplicier Brunehaut âgée de 70 ans; durant trois jours, humiliée par l’armée de Clotaire II. Le dernier jour, sa chevelure, un bras et une jambe sont attachés à la queue d’un cheval indompté transformant son corps en lambeaux. Son corps brisé est ensuite brûlé. Ses restes sont apportés et enterrés à l’abbaye Saint-Martin d’Autun qu’elle avait fondée. Aujourd’hui une partie de son sarcophage se trouve au musée Rolin à Autun. 

On sait que dans les légendes, il y a toujours une part de vérité. Les deux menhirs sont espacés de 9 mètres. Dans cet espace et autour des pierres, dans un périmètre restreint, ont été mis au jour des tombes celtiques et d’autres datant du Moyen Âge. La légende de Baudouin 1er, les tombes de l’époque carolingienne et la tradition orale affirmeraient la thèse de grandes “stèles” érigés en 862. D’autres, adeptes du monde celtique, mettent en corrélation les tombes de soldats celtes et les deux mégalithes en désignant un endroit sacré, fréquenté par les druides. Les préhistoriens, quant à eux, pensent avoir mis la lumière sur cette affaire. Les pierres proviennent d’une colline située à un kilomètre de là et ont été érigées en -3000 Av J.-C. C’est-à-dire, au Néolithique, bien avant les druides et les Gaulois. Le site a été réutilisé au travers des époques, ce qui explique les tombes celtiques et du Moyen Âge découvertes en 1820.

Les pierres Jumelles sont classées à l’inventaire des Monuments Historiques depuis 1889.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Arras, prendre la départementale 341 en direction d’Houdain. A hauteur d’Ecoivres, tourner à gauche, passer devant le cimetière et continuer tout droit, et prendre la première route qui tourne à droite, aux deux croisements : aller toujours tout droit, Chemin du Bois Rigaut. 200 mètres pour trouver le parking à gauche de la route.

A proximité :

Sur la carte :

Statistiques :

  • 1 616 626
  • 672 943
  • 726
  • 529
  • 20 avril 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

2 Comments

  1. Manon
    8 novembre 2023
    Reply

    J’adore ce genre de légende, je me demande commence elles naissent et comment elles évoluent avec le temps. En tout cas, ça me fascine. 😀

  2. Elijah
    4 avril 2024
    Reply

    J’admire l’ancien peuple qui a élevé ces monuments, à dire qu’on ne sait que très peu de choses sur ces menhirs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.