Chapelle Saint Léonard – Pfaffenheim (68)

La Chapelle Saint-Léonard est une chapelle située à Pfaffenheim, une commune française du département du Haut-Rhin en région Grand Est. Elle a été construite au XIIe siècle et est dédiée à saint Léonard, un saint patron des prisonniers et des malades.

Le couvent des femmes :

Autrefois, il existait à cet endroit un couvent de chanoinesses de Saint-Augustin, fondé à Hüsern, un hameau disparu entre Pfaffenheim et le Schauenberg. Au départ, il s’agissait d’une communauté de Béguines qui décidèrent de vivre en communauté et d’adopter la règle de saint Augustin introduite dans la région par Marbach. La règle de Saint Augustin n’est pas un code strict de conduite comme les règles de Saint Benoît ou de Saint François, mais plutôt un ensemble de principes et de conseils pour mener une vie spirituelle centrée sur la prière, l’étude et le travail. Elle insiste sur la nécessité de vivre en communauté, de partager tous les biens, de se consacrer à la prière et à l’étude de la Bible, et de travailler pour subvenir aux besoins de la communauté et des pauvres. Elle encourage également les membres de la communauté à être humbles, à vivre dans la chasteté et à se consacrer à l’amour de Dieu et du prochain. La communauté fut transférée à la “Megde Zell” près de Gueberschwihr, après un incendie en 1180, avant d’être autorisée à s’installer à Hüsern en 1236. Le couvent fut confirmé par le pape Innocent IV en 1247 et placé sous la direction spirituelle et la règle des Dominicains de la province d’Allemagne en 1248. Les couvents étaient des proies faciles pour les petits seigneurs, et le couvent de Hüsern ne faisait pas exception à cette règle, subissant des incendies et des aliénations de biens. Finalement, les religieuses s’établirent à Petit-Bâle en 1274 après que leur domaine eut été pillé par les troupes de Rodolphe de Habsbourg en guerre contre l’évêque de Bâle. Elles y construisirent un monastère, nommé Klingenthal, en l’honneur de leur bienfaiteur Walter von Klingen. Les dons affluèrent dès la fondation du couvent à Husern, ce qui fit de Klingenthal le couvent le plus riche de la ville de Bâle à l’époque de la Réforme. Parmi les donateurs, la famille des Eptingen se montra particulièrement généreuse, et chaque année le 27 juillet, jour des “Sept Donnants” (“Siebenschläfertag”), Klingenthal organisait une procession en leur honneur. Le couvent a subsisté jusqu’à sa suppression par la Réforme au XVIe siècle.

Les vestiges de la chapelle Saint-Léonard :

La chapelle Saint-Léonard a été fouillée pour la première fois en 1993, révélant des vestiges du XIIe siècle, des tombes anciennes (notamment des tombes d’enfants) et des structures annexes, y compris un bassin de rétention d’eau. La chapelle a été vendue et en partie détruite en 1793. Les travaux de restauration ont été interrompus pendant un certain temps mais ont repris grâce à un ancien parent d’élève qui a suggéré de continuer l’entretien du site. Depuis, une dizaine de bénévoles se retrouvent régulièrement pour embellir le site, en travaillant sur les murs latéraux, en recrépir l’avant de la chapelle, et en consolidant les parties supérieures des murs et en les couvrant de tuiles. Les travaux sont effectués avec des matériaux récupérés sur place ou fournis par la commune de Pfaffenheim. L’endroit est désormais un lieu idyllique pour les promeneurs, avec des bancs et des tables pour pique-niquer à l’ombre ou au soleil, et un cahier pour enregistrer les émotions et les impressions des visiteurs. Des visites guidées gratuites sont parfois organisées (se renseigner à la mairie).

A propos de Saint-Léonard :

La vie de Saint Léonard de Noblat, également connu sous les noms de Léonard de Limoges, Léonard le Noblet ou Léonard de Noblac, est entourée de légendes et de traditions orales. Sa biographie a été rédigée tardivement au XIe siècle et relate qu’il aurait été converti au christianisme en même temps que Clovis, par Saint Rémi. Après avoir refusé l’épiscopat proposé par Clovis, Saint Léonard devint ermite dans les forêts du Limousin et libérait les prisonniers dignes de l’être. En récompense, il reçut des terres à Nobiliacum, où il fonda une abbaye et où fut érigé le village de Saint-Léonard-de-Noblat en son honneur. La légende raconte également que les prisonniers invoquant Saint Léonard depuis leur geôle voyaient leurs chaînes se briser et beaucoup restaient avec lui, travaillant dans les bois et les champs.

Le culte de Saint Léonard a été établi au XIe siècle par Jourdain de Laron, évêque de Limoges, et sa renommée s’est étendue avec la venue de pèlerins célèbres tels que Gaucher d’Aureil et Walram von Naumburg. Sa notoriété a été établie par la libération miraculeuse de Bohémond de Tarente en 1103 et Richard Cœur de Lion a visité son tombeau en 1193. L’abbaye de Noblat est devenue une étape importante sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et le culte de Saint Léonard s’est répandu dans toute l’Europe occidentale. Charles VII, roi de France, s’est rendu à Noblat en 1438 pour vénérer le tombeau du saint et lui demander de mettre fin à la guerre contre les Anglais.

Cette légende de Saint Léonard de Noblat est intéressante à étudier car elle reflète les croyances et les pratiques religieuses de l’époque, ainsi que la façon dont les traditions orales peuvent se transformer en récits hagiographiques.

Bonne visite !

Sources : Panneau sur site, Wikipedia, Bernard KELLER, Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin
 - Georges Stoffel 1868, L'Alsace ancienne et moderne ou Dictionnaire géographique - Jacques Baquol 1865.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Pfaffenheim, prendre la rue du Schauenberg, puis la route du Schauenberg, passer devant l’oratoire, puis au prochain croisement, prendre la petite route qui part sur la gauche, puis tout de suite à gauche, continuer jusqu’au prochain croisement où vous pourrez vous garer. Continuer à pied sur le chemin de droite pendant 50 mètres avant de voir la chapelle et les vestiges.

A proximité :

  • Chapelle Notre-Dame de Schauenberg
  • La Table des Druides
  • Le Rocher du Coucou

Sur la carte :

Statistiques :

  • 1 617 423
  • 673 385
  • 726
  • 529
  • 20 avril 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Un commentaire

  1. Bertrand
    19 avril 2024
    Reply

    Explications passionnantes envers ce lieu que j’apprécie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.