Commanderie templière de Vaour (81)

La Commanderie de Vaour, un trésor caché dans le département du Tarn, recèle une histoire riche et mystérieuse qui remonte à sa fondation en 1140. Au cœur du paysage médiéval français, cette commanderie a été le témoin de l’ascension et de la chute des Templiers, ainsi que de l’héritage durable laissé par l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Dans cet article, nous plongerons dans les détails captivants de la Commanderie de Vaour, explorant son origine, son rôle crucial dans la région et son évolution à travers les âges.

Les Origines de la Commanderie

Les prémices de la Commanderie de Vaour remontent à l’année 1140, marquée par la généreuse donation de terres par les chevaliers de Penne à l’intention de Pierre Humbert. À cette période, la contrée ne comptait qu’une poignée de chevaliers templiers, les autres ayant établi leur résidence dans diverses localités telles que Cahors ou encore Montricoux. Ces intrépides chevaliers, en échange de leur protection envers la population locale, jouissaient d’une exonération des taxes seigneuriales


Les Templiers, également connus sous le nom de l’Ordre du Temple, étaient un ordre militaire et religieux fondé au XIIe siècle lors des croisades. Leur nom complet était “les Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon”. Leur mission principale était de protéger les pèlerins chrétiens en route vers la Terre sainte pendant les croisades, mais ils sont rapidement devenus une force militaire puissante et une institution financière influente.

Les Templiers ont développé un système financier sophistiqué, créant l’un des premiers systèmes bancaires européens, ce qui leur a permis de collecter d’énormes richesses. Cependant, leur puissance et leur richesse ont attiré la suspicion, et en 1307, le roi de France, Philippe IV, a lancé une série d’accusations de blasphème et d’hérésie contre l’ordre. Cela a conduit à l’arrestation, au procès et à l’exécution de nombreux Templiers.

L’ordre a été supprimé en 1312 par le pape Clément V, mettant ainsi fin à son existence officielle. Les Templiers sont depuis devenus le sujet de nombreuses théories du complot et de légendes, notamment l’idée qu’ils auraient caché d’immenses trésors. Le mystère qui entoure les Templiers continue de captiver l’imagination populaire, faisant d’eux l’une des figures les plus emblématiques de l’histoire médiévale européenne.

Influence et Expansion

Au fil du temps, la puissance de la Commanderie de Vaour s’est étendue de manière significative. Elle a exercé son influence sur sept cantons et même jusqu’au Quercy. Cette expansion a été possible grâce aux dons généreux des religieux de Septfonds, de Chancelade et du comte de Toulouse, qui ont soutenu financièrement la commanderie.


Les commanderies templières étaient des établissements essentiels pour le fonctionnement de l’Ordre du Temple. Ces commanderies constituaient un réseau de centres administratifs, militaires et religieux qui soutenaient les activités des Templiers à travers l’Europe et les territoires sous contrôle chrétien au Moyen-Orient. Voici un aperçu général de leur fonctionnement :

  1. Structure hiérarchique : Chaque commanderie était dirigée par un commandeur, un chevalier de rang élevé, assisté d’une équipe de chevaliers et de frères servant sous ses ordres. La hiérarchie était stricte et basée sur le mérite, avec un Grand Maître à la tête de l’ensemble de l’ordre.
  2. Fonctions multiples : Les commanderies remplissaient diverses fonctions. Elles servaient de quartiers généraux régionaux pour coordonner les activités militaires et administratives, y compris la collecte de fonds, le recrutement de nouveaux membres et la formation des chevaliers. Elles fonctionnaient également comme des centres religieux, où les Templiers participaient à des prières et à des messes.
  3. Autosuffisance : Les commanderies étaient souvent construites dans des zones rurales et étaient autosuffisantes. Elles comprenaient des terres agricoles, des moulins, des écuries, des forges, des ateliers et d’autres installations pour garantir la subsistance des membres de l’ordre.
  4. Financement : Les commanderies servaient également de centres financiers pour l’ordre. Les Templiers avaient développé des compétences bancaires avancées et offraient des services financiers, y compris le stockage sécurisé des biens, les prêts et les transferts de fonds. Cette activité contribuait à la richesse de l’ordre.
  5. Réseau international : Les commanderies étaient interconnectées, formant ainsi un réseau mondial qui facilitait la communication et le transport des informations, des troupes et des ressources entre les différentes régions sous contrôle templier.
  6. Défense et sécurité : En plus de leurs rôles religieux et économiques, les commanderies étaient des centres de défense. Elles étaient souvent fortifiées pour résister aux attaques potentielles, car les Templiers étaient engagés dans des combats en Terre sainte et en Europe.

Un Moment Clé : 1303

En 1303, pendant la période la plus intense du conflit opposant Philippe le Bel et le pape Boniface VIII, Bernard de la Roche, qui était le percepteur de Vaour et le maitre de Provence, a joué un rôle de grande importance. Il est apparu dans un acte où les prélats et les ecclésiastiques des sénéchaussées de Beaucaire, Carcassonne et Rodez ont pris parti pour le roi de France. Cet acte, rédigé le 25 juillet 1303 à Montpellier, témoigne de la complexité des alliances et des intérêts en jeu à cette époque.

L’Ère des Hospitaliers

Après la dissolution de l’ordre du Temple, tous les biens de la Commanderie de Vaour ont été dévolus à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, également connu sous le nom d’ordre de Malte. Les Hospitaliers ont préservé et administré la commanderie jusqu’à la Révolution française.


L’Ordre de Malte, également connu sous le nom de l’Ordre souverain et militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, est une institution religieuse et militaire qui remonte à l’époque des croisades. Fondé au XIe siècle, son origine est liée à la création d’un hôpital à Jérusalem pour soigner les pèlerins chrétiens. L’Ordre a évolué au fil du temps pour devenir une force militaire puissante et une organisation caritative internationale.

Pendant les croisades, les membres de l’Ordre de Malte se sont engagés dans des activités militaires pour protéger les pèlerins chrétiens et ont joué un rôle clé dans la prise de Jérusalem en 1099. Cela a conduit à la création de l’Ordre souverain de Saint-Jean de Jérusalem. Au fil des siècles, l’Ordre a établi sa base à Rhodes après avoir été chassé de Terre sainte, puis à Malte en 1530, où il a pris le nom d’Ordre de Malte.

L’Ordre de Malte est devenu une puissance maritime importante, combattant les Ottomans et protégeant les routes commerciales en Méditerranée. Cependant, en 1798, Napoléon Bonaparte a envahi Malte, forçant l’Ordre à abandonner l’île. Avec la Révolution française, de nombreuses propriétés de l’Ordre en Europe furent saisies, marquant un déclin significatif de son pouvoir.

Au XIXe siècle, l’Ordre de Malte a été restauré sous une forme différente en tant qu’ordre religieux et caritatif.

Évolution Architecturale

L’architecture de la Commanderie de Vaour est un mélange fascinant de styles médiévaux. La commanderie était entourée d’un mur d’enceinte de forme trapézoïdale. Parmi les bâtiments remarquables, on trouvait une grange restaurée soutenue par neuf contreforts massifs, une cuisine avec un four à pain, et un réfectoire au rez-de-chaussée du logis.

Située au rez-de-chaussée du donjon couronné de hourds s’élevant à 20 mètres de hauteur, l’église témoigne avec grandeur de la foi et de la dévotion des Templiers.

Déclin et Préservation

Au cours des siècles, la Commanderie de Vaour a connu des périodes de déclin et de restauration. En 1910, le donjon s’est effondré. Aujourd’hui, les visiteurs peuvent explorer ces vestiges impressionnants librement.

La Commanderie de Vaour a été inscrite au titre des monuments historiques en 1927.

Sources : Charles Portal et Edmond Cabié, Cartulaire des Templiers de Vaour (Tarn), 1894, Wikipedia, Tarn Tourisme, Pierre Dupuy, Histoire du différend d'entre le pape Boniface VIII et Philippes le Bel roy de France, 1655 

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis le centre de la commune de Vaour, prendre la rue du Levant, monter jusqu’au croisement, aller tout droit, puis tourner tout de suite à gauche “Route du Château” en direction du cimetière. La petite route mène à un parking, la commanderie templière est visible depuis le parking.

A proximité :

  • Dolmen de Vaour
  • Village pittoresque de Cordes-sur-Ciel
  • Menhir sur la commune de Vieux (81)
  • Château-musée de Cayla à Andillac
  • Dolmen de St-Paul à Sainte-Cécile-du-Cayrou

Sur la carte :

Statistiques :

  • 1 659 249
  • 696 120
  • 741
  • 625
  • 14 juillet 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

2 Comments

  1. Mathieu Lambert
    25 septembre 2023
    Reply

    Quelle découverte fascinante ! J’ignorais complètement l’histoire de la commanderie templière de Vaour. Merci pour ce passionnant article 😀

  2. Celeste
    5 octobre 2023
    Reply

    C’est un lieu qui a une grande importance pour moi, car c’est là que j’ai grandi. Ce village est particulièrement charmant et agréable. 🏰🎭 C’est un endroit où l’histoire se mêle à la convivialité, créant ainsi une atmosphère unique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.