Fontaine du Creux-Anne – Magny-Lambert (21)

La Fontaine de “Creux Anne” (ou Cruanne), également connue sous le nom de Puits “St Martin” Cette fontaine, nichée au cœur de la nature, a été le témoin privilégié de pratiques ancestrales teintées de superstitions, dont les racines plongent dans les rites druidiques. Ces traditions ont été par la suite reprises et adaptées par les prêtres du Christianisme. Ces rites se sont perpétués jusqu’aux alentours de l’année 1860, témoignant ainsi de leur profonde ancrage dans les croyances populaires. En période de sécheresse, neuf jeunes filles, durant neuf jours consécutifs, se relayaient pour vider des seaux d’eau de la fontaine. Tout en accomplissant ce geste rituel, elles adressaient des prières ferventes au Ciel, implorant la pluie salvatrice. Les eaux de cette fontaine étaient réputées pour leurs vertus fortifiantes. On disait qu’elles avaient le pouvoir de renforcer les membres fragiles et rachitiques des jeunes enfants. De nombreuses mères, venant parfois de très loin, se rendaient à la fontaine pour y tremper les linges destinés à emmailloter leurs nourrissons. Cette fontaine, au-delà de sa fonction pratique, a donc toujours été un lieu de croyances et de rituels, témoignant de la relation étroite entre l’homme et les éléments naturels.

Selon les dires du touriste Nesle, pendant de nombreuses années, les jeunes enfants étaient plongés dans l’eau de cette fontaine, réputée pour fortifier leurs membres rachitiques. Les mères de Villaines et des villages alentours effectuaient ce pèlerinage avec soin, prenant bien garde d’envelopper leurs nourrissons dans des linges préalablement trempés dans le puits Saint-Martin. Cette coutume ancestrale témoigne de la vénération des anciens Gaulois pour les eaux sacrées des fontaines.

La légende raconte qu’en temps de sécheresse désolante, neuf jeunes filles se réunissaient mystérieusement auprès de la source durant neuf jours consécutifs. L’une d’entre elles, pénétrant dans le bassin d’environ un mètre de profondeur, vidait l’eau à l’aide de seaux présentés par ses compagnes, tout en priant pour implorer la pluie. Une fois cette tâche accomplie, elles se rendaient à l’église pour entonner des cantiques et psalmodier diverses oraisons. Leurs vœux étaient généralement exaucés, à moins qu’une d’entre elles ne soit pas… sage.

Les habitants des communes voisines accordaient une grande confiance au succès de cette cérémonie, en particulier ceux de Villaines, qui se rendaient en procession au “Creux Anne”. L’archéologue dijonnais Moreau-Colombet a visité cette source et a rapporté dans un article paru dans le bulletin de la société historique du Châtillonnais (1949-1950) que cette coutume avait disparu depuis fort longtemps, aucune des personnes âgées interrogées n’en ayant souvenir.

Selon l’abbé Lucotte, ancien curé de Villaines, au XIXe siècle, le curé de Magny-Lambert interdit, comme entachée de paganisme, une coutume annuelle qui avait lieu au Creux Saint-Martin. (Ailleurs, les prêtres du début du christianisme ne jugèrent pas nécessaire de supprimer l’objet de ce culte, ils en changèrent simplement le nom ; Creux Anne devint Creux Saint-Martin.)

Aujourd’hui, dans ce petit domaine du Creux Anne, dédié à la déesse qui présidait à la naissance des sources, nous pouvons admirer une voûte en berceau au cintre surbaissé, couvrant le puisard de la source. Au fond, une niche vide depuis longtemps de la statuette qu’elle devait abriter. À une dizaine de mètres en avant, un ancien lavoir en pierre, et à côté, une croix qui ne semble pas très ancienne. (Ce charmant domaine, envahi d’arbustes et d’oiseaux, est un véritable havre de paix.)

Sources : Panneau sur site, Diocèse de Dijon, Bulletin de la société historique du Chatillonnais 1949-I950, COURTEPEE; Description(... ) du duché de Bourgogne, t .4, p.275. Denizot. Pèlerinage à N.fil. d'Etang. Dijon, 1843 (Denizot y parlerait de la fontaine de Cou-Anne (Creux d'Anne) consacrée à Néhanne ou Anne
et de la coutume d'y jeter du pain.

Depuis Magny-Lambert, se rendre à Rue Basse, passer devant l’église, puis continuer sur rue de la Potelle. 210 mètres plus loin, tourner à droite et continuer tout droit jusqu’à la fontaine du Creux Anne.

Statistiques :

  • 1 637 600
  • 684 544
  • 733
  • 596
  • 28 mai 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Un commentaire

  1. Olivier
    9 mai 2024
    Reply

    C’est vraiment un lieu très beau et une jolie fontaine. La légende est intéressantes également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.