Musée du château des ducs de Wurtemberg – Montbéliard (25)

Le château de Montbéliard, un joyau architectural niché dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté, est un témoin majestueux de l’histoire. Son origine remonte au XIIIe siècle, lorsque le comte Richard de Montfaucon décide de bâtir une forteresse sur un éperon rocheux. Au fil des siècles, le château a été agrandi et transformé, passant d’une forteresse médiévale à une résidence princière de la Renaissance. Il a été le fief des comtes de Montbéliard, puis des ducs de Wurtemberg, qui l’ont occupé pendant plus de trois siècles.

Les ducs de Wurtemberg, une lignée princière allemande, ont marqué l’histoire du château de Montbéliard de leur empreinte. Ils ont fait du château leur résidence principale et ont contribué à son embellissement et son agrandissement. Leur règne a été marqué par une période de prospérité et de développement culturel, faisant du château un centre intellectuel et artistique de renom.

L’architecture du château de Montbéliard est un mélange harmonieux de styles, reflétant les différentes époques de sa construction. On y trouve des éléments médiévaux, tels que les tours et les remparts, ainsi que des éléments de la Renaissance, comme la cour intérieure et les galeries. Le château est également orné de nombreuses sculptures et peintures, témoignant du raffinement et de la richesse de ses anciens occupants.

Le musée abrite une collection archéologique fascinante. Cette collection retrace l’histoire des habitants de la région, depuis le Mésolithique jusqu’à l’époque gallo-romaine. Voici un aperçu des découvertes archéologiques majeures :

  1. Mésolithique (12 500 à 5 500 avant J.-C.) :
    • Les chasseurs-cueilleurs nomades ont laissé des harpons en os, des pointes de flèches et des outils en silex dans des abris-sous-roche et des campements en plein air.
    • À Rochedane, ils ont gravé et peint des galets, marquant les premiers indices d’une expression artistique.
  2. Néolithique (5 800 à 2 100 avant J.-C.) :
    • L’apparition d’habitats fortifiés de hauteur coïncide avec le développement de l’agriculture.
    • Des céramiques et des haches polies découvertes à Gonvillars et Gondenans-les-Montby illustrent les évolutions technologiques majeures de cette période.
  3. Âge du bronze (2 000 à 800 avant J.-C.) :
    • L’utilisation de ce métal précieux a entraîné une modification profonde de l’économie et des structures sociales.
    • Deux dépôts d’objets au Mont Julien à Pont-de-Roide et la remarquable parure féminine de la Dame de Mathay témoignent de relations commerciales florissantes.
  4. Époque gallo-romaine :
    • Les riches collections comprennent de la statuaire religieuse et des objets de la vie quotidienne.
    • Elles retracent l’évolution de la vaste agglomération antique de Mandeure sur plus de 400 ans.

Cette partie du musée est lié à Georges Cuvier :

Georges Cuvier, né le 23 août 1769 à Montbéliard et mort le 13 mai 1832 à Paris, est un naturaliste et paléontologue français qui a marqué l’histoire des sciences naturelles. Il est considéré comme l’un des fondateurs de l’anatomie comparée et de la paléontologie des vertébrés.

Cuvier a grandi dans une famille protestante modeste et a été éduqué dans les écoles de sa ville natale. Dès son plus jeune âge, il a montré un intérêt pour l’histoire naturelle et a commencé à collectionner des spécimens d’animaux et de plantes. En 1788, il a été engagé comme précepteur par le comte d’Héricy, un noble français qui a reconnu son talent et l’a encouragé à poursuivre ses études en sciences naturelles.

En 1795, Cuvier a été nommé professeur d’anatomie comparée au Muséum national d’histoire naturelle de Paris, où il a travaillé pendant plus de trente ans. Il a été élu membre de l’Académie des sciences en 1796 et a été nommé secrétaire perpétuel de l’Académie en 1803.

Cuvier a développé une méthode d’analyse des fossiles qui lui a permis de reconstituer l’anatomie et la physiologie des animaux disparus. Il a été l’un des premiers à reconnaître l’existence de catastrophes naturelles qui ont entraîné l’extinction de certaines espèces animales. Il a également établi une classification des animaux en quatre embranchements : vertébrés, mollusques, articulés et radiés.

Cuvier a été un défenseur de la théorie du fixisme, qui soutient que les espèces sont immuables et ont été créées telles qu’elles sont aujourd’hui. Cette théorie a été remise en question par les travaux de Charles Darwin sur l’évolution des espèces. Cependant, les contributions de Cuvier à l’anatomie comparée et à la paléontologie ont été fondamentales pour le développement des sciences naturelles.

Cuvier a été un personnage influent de son époque, et il a été impliqué dans de nombreuses institutions scientifiques et politiques. Il a été nommé conseiller d’État en 1811 et a joué un rôle important dans la réorganisation de l’éducation en France sous Napoléon. Il a également été impliqué dans la création de l’Université de France en 1808.

Son passage au château a laissé une empreinte durable, faisant de Montbéliard un lieu de référence pour l’histoire naturelle

Dans les méandres des films, des bandes dessinées et des comics, les univers fictifs foisonnent d’êtres imaginaires qui tirent leurs traits extraordinaires d’espèces bien réelles. Des dragons légendaires en passant par le terrifiant monstre d’Alien, de sirènes et la mystérieuse vouivre, cette exposition vous invite à explorer l’anatomie comparée et les sciences de l’évolution (paléontologie, biologie, etc.) à travers l’étude d’espèces fantastiques.

L’accès au château de Montbéliard est facile et adapté à tous. Situé en plein cœur de la ville, il est accessible en voiture, en transports en commun ou à pied. Des places de parking sont disponibles à proximité et le château est équipé pour accueillir les personnes à mobilité réduite. Le château de Montbéliard est ainsi ouvert à tous, offrant à chacun la possibilité de découvrir ce joyau du patrimoine français.

Sources : Wikipedia, Mistral, DRAEAC, Ville de Montbéliard.

Adresse :  7 Rue des Tours, 25200 Montbéliard

Statistiques :

  • 1 637 598
  • 684 542
  • 733
  • 596
  • 28 mai 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Un commentaire

  1. Sylviane
    9 mai 2024
    Reply

    Un très beau château à visiter. Nous avons eu la chance de voir cette exposition qui était très réussie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.