Château de Dramelay – Dramelay (39)

L’escapade se déroule dans la petite commune de Dramelay dans le Jura. On se gare facilement près du lavoir et on commence une bonne marche par du plat, avant de débuter l’ascension qui mène aux ruines du château, à la chapelle et au village abandonné..

Arrivé aux ruines du château de Dramelay, on constate qu’il ne reste plus guère. Pour sûr, les vestiges d’une tour datant à l’origine du 12 ou 13ème siècle. Une mention informe qu’il existait déjà une tour au 9ième siècle. Le socle de la base de cette tour mesure 10,24 mètres et les murs font 2,20 mètres d’épaisseur. Il y avait quatre niveaux, le troisième niveau, habitable, servait également de pièces de défenses, avec une chambre de tir et une archère. Au second niveau, on trouvait une porte d’accès surmontée à 9 mètres de hauteur par rapport à la base de la tour. Au premier niveau, on suppose que c’était une zone de stockage de denrée alimentaire.

On ne voit plus que la tour, mais il faut imaginer un immense château, avec un haut donjon d’un côté, une tour faisant face, une autre tour plus petite, séparé par un haut mur d’enceinte avec chemin de ronde. Le tout, protégé naturellement par des ravins et des fosses.

Un haut-lieu Templier :

Le premier seigneur de Dramelay mentionné est Amédée de Dramelay, en 1044. Un siècle plus tard, Bernard de Dramelay (Tramelay), quatrième Grand Maître du Temple en 1152, meurt lors d’un siège en Palestine le 16 aout 1153 avec tous les Templiers qui étaient sous ses ordres. Le fief de Dramelay passe en 1242 sous la possession de Jean Ier de Chalon. Entre 1361 et 1400, le château passe aux mains des seigneurs de Châtel-Belin (Salins-les-Bains) puis aux Chalon-Arlay, princes d’Orange avant d’être complètement détruit.

La tour est classée aux Monuments Historiques.

La chapelle :

La chapelle aurait été érigé par Amédée de Dramelay en 1200. C’était l’église paroissiale du bourg de Dramelay-le-Château. En 1980, une partie de la nef et la toiture de la chapelle sont restaurées. Aujourd’hui, elle est isolée dans les profondeurs d’un bois, entourée d’un puits, de quelques anciens murs d’enclos et de maisons abandonnées.

Le village abandonné :

La dernière maison du village a été détruite durant la Seconde Guerre Mondiale. le 17 mai 1944. Il faut imaginer un assez grand village avec plusieurs dizaines de maisons d’aspect médiévale et dont l’origine remonte avant le 14ième siècle. Seulement voilà, en 1479, Louis XI, envoi son armée et fait détruire le village et le château. En 1852, un célèbre historien régional, Alphonse Rousset décrit un village entouré d’une muraille et accessible par deux portes. Le village était animé de deux foires dans l’année, et de marchés installés dans les halles. Le village se transforme en hameau, en 1850 on comptait encore neuf maisons, vingt années après, vers 1870, il n’en restait plus que six. Trois artisans sont restés quelques temps : un tailleur, un cordonnier et un sabotier.

Sources : Panneaux sur site, wikipedia, Alphonse Rousset.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Dramelay, passer par le lavoir, descendre sur le chemin et prendre celui de gauche qui longe le ruisseau des Prélieux sur 500 mètres avant d’atteindre un grand virage où commence l’ascension. Monter sur 350 mètres, puis tourner à gauche, compter 200 mètres pour atteindre les ruines.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.