Ruines du château – La Châtelaine (39)

C’est proche d’Arbois dans le Jura que nous nous trouvons cette fois, sur le territoire de la commune de La Châtelaine, un petit village comptant 150 habitants. Le point de départ se situe sur le parking de l’église, un sentier de randonnée mène au site médiéval et permet également de descendre jusqu’aux Planches-près-Arbois.

Une fois tout en bas, en se rapprochant de la falaise à droite de l’éperon rocheux, on trouve la grotte des Planches (autrefois ouverte au public, et actuellement fermée pour une durée indéterminée). C’est là où vivait des hommes et des femmes à l’âge du bronze finale (-1400 à -800 Av. J.-C.). En bas, à gauche de l’éperon, dans la reculée des planches, la cascade des tufs fait venir de nombreux visiteurs tout au long de l’année.

Remontons 200 mètres plus haut et retournons sur la plateforme de l’éperon rocheux. C’est là que l’on trouve les vestiges d’un château et d’habitations datant du moyen âge.

Histoire du château :

Une mention datant de 1053 parle déjà d’un château en ce lieu. La description fait état d’un Logis seigneurial et de fortifications. Au début du 14ème siècle, l’épouse d’Othon IV de Bourgogne, Mahaut d’Artois effectue quelques long séjours au château de la Châtelaine. En 1305, elle fait élever la grande tour qui est la pièce maîtresse de l’enceinte protégeant l’ensemble castral et le bourg. Mahaut d’Artois tombe subitement malade et meurt à Paris le 27 novembre 1329

Délaissé durant quelques années, en 1352, il est restauré et rénové par Guillaume d’Eternoz pour le compte de Marguerite de France (Marguerite Ire de Bourgogne).

La mort de Charles le Téméraire signe le début de la Guerre de Succession de Bourgogne, opposant le Roi de France Louis XI et la duchesse Marie de Bourgogne. Jean IV de Chalon-Arlay dirige cette province, il était l’allié de Charles le Téméraire, il devient donc un ennemi pour Louis XI qui envoi ces troupes pour détruire le château vers 1479.  En 1520, les quelques passants observent un château complètement abandonné.

Gilbert Cousin est l’un d’entre eux, voici la description qu’il en fait : Un peu plus bas que Valempoulières est une place bâtie sur un rocher élevé, sans aucunes murailles, et qu’on appelle vulgairement La Châtelaine. Son antique noblesse se manifeste par ses ruines et son église encore en partie debout. Maintenant, elle se trouve à peu près réduite à l’état de hameau ; dans le château lui-même, on cultive des jardins. (…)Le lieu est très sec : il manque tellement d’eau qu’on n’y cherche en vain un puits ou une fontaine.

En 1622, le seigneur de la Châtelaine demande à ce que le château soit détruit. Le site est utilisé par la suite comme carrière de pierres.

Légende :

Une légende raconte qu’un seigneur, vieux, aigri et radin vivait là dans ce château. Il passait le plus clair de son temps à récolter des pièces d’or, des bijou, et autres trésors… Il était seul, ne désirant ni femme, ni enfants, il s’était promis que personne n’obtiendrait son butin à sa mort. Ces idées l’obstinaient à en devenir fou. Ainsi, une nuit, il fait fondre toutes ces pièces d’or ainsi que tout objet en or. Les mois suivants étaient chargés, il passait son temps à sculpter d’énormes blocs d’or pour les transformer en quilles d’or.

Après les avoir admirer durant un bon moment, la suite devient flou. Il aurait sois disant creusé un trou profond, dans une grotte, ou sous une cave, afin d’y enfouir les quilles. On ne sait point si c’est vrai, elles n’ont pour l’heure jamais été retrouvées…

Description du château et du bourg :

L’enceinte du château mesure 120 × 160 mètres. On y trouvait un logis seigneurial et un donjon carré. Des tours de guets ont été repérés le long de la falaise. Au bourg castral, on pouvait voir une église avec son clocher, un cimetière, plusieurs maisons d’habitations, une citerne (ou un puit), L’entrée du bourg s’effectuait par une tour-porche, laquelle permettait l’accès aux maisons protégées par une grande et haute muraille. Le tout sécurisé par des tours de gardes. On remarque également quelques souterrains.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Arbois, prendre la départementale 469 en direction de Champagnole. Monter jusqu’au belvédère du Fer à Cheval puis tourner à gauche sur la départementale 248 jusqu’à la Chatelaine. Se garer vers le cimetière et suivre le sentier qui descend sur la gauche du cimetière, il mène aux ruines du château.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.