Moulin de Chadebec – Hameau de Chadebec – Bonnefond (19)

La Corrèze regorge de lieux méconnus, un peu secrets, ignorés par le grand flux de touristes préférant ne pas s’égarer des grands sites et laissant ainsi la place aux quelques randonneurs qui s’engagent sur de magnifiques sentiers. La commune de Bonnefond (en comptant les hameaux voisins) est une vraie mine d’or en la matière. On peut par exemple évoquer le menhir du Pilard, la fontaine Saint-Médard, le village abandonné de Clédat, la croix médiévale, les ruines d’un prieuré, un puits à balancier, des croix de chemins anciennes, des tumulus perdus dans les bois, des ponts remarquables, un tilleuls de plus de 400 ans au centre de la commune.

Et puis, il y a ce moulin de Chadebec. Pour le visiter, on se gare facilement dans le hameau du même nom. On s’engage sur un chemin, bordé par de très vieux murs en pierres. La bruyère y pousse en abondance et donne un charme particulier, d’autant plus qu’à mesure que l’on s’approche du moulin, on aperçoit un étang, agrémentant encore un peu plus le décor.

Avant toute chose, il faut savoir qu’il existait au 12ième siècle dans ce secteur une grange cistercienne dépendant de l’abbaye d’Aubazine. Les moines ont donc aménagés une digue en gradins au 12ième siècle pour y construire, un moulin à eau (enchâssé dans la digue). En règle général, un moulin à eau utilise l’énergie cinétique de l’eau pour actionner une roue à aubes qui entraîne une turbine. La turbine à son tour entraîne une transmission qui actionne les meules pour moudre les grains ou d’autres mécanismes pour produire de l’énergie électrique par exemple. La roue à aubes peut être en bois ou en métal et est disposée de manière à être immergée dans l’eau. L’eau est ainsi dirigée vers la roue à aubes à travers un canal d’amenée ou une tuyauterie. Dans ce cas unique en Limousin, on ne voit pas de roues apparentes, car la roue horizontale dite “en cuillère ou à cuillers” se situe sous le moulin. Le mécanisme du moulin est donc profondément encastré sous la digue.

L’utilisation de ce moulin s’étend du 12ième siècle jusqu’à 1950. La vie des moines étaient simple. Ils priaient tout en travaillant. Ils n’avaient pas spécialement de lieu de culte, mais se rendaient à l’église de Bonnefond tous les dimanches pour la messe. Ils ne consommaient pas de viandes, ils utilisaient les prairies pour se fournir en produits laitiers, et exploitaient l’étang qu’ils ont creusés comme production piscicole. Le rendement n’est pas assez important, au 13ième siècle, les frères partent dans les Monts du Cantal. Mais les lieux sont repris et exploités par les habitants locaux.

En 1950, l’activité cesse. Ce sont les paysans du coin qui utilisaient encore le moulin, afin de moudre le grain et nourrir les bêtes. Le moulin a été récemment restauré en respectant les méthodes anciennes par des artisans locaux et des bénévoles et ce grâce aux habitants, à la municipalité de Bonnefond et à l’association Renaissance des vieilles pierres. Merci à eux !

Ps : Le moulin peut se visiter certains jours de l’année, ou en groupe toute l’année, il faut se renseigner à la mairie de Bonnefond.

Ps2 : Un grand merci à la personne passionnée qui nous à ouvert les portes du moulin, pour tout nous expliquer.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Bonnefond, prendre rue Anna Vergne, tourner à droite avant la sortie du village, puis tourner de nouveau à droite rue de Rabais, continue sur cette route jusqu’à l’étang de Chadebec, le moulin se trouve au bout de l’étang.

A proximité :

Sur la carte :

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.