Les Trois Pierres – Les Fourgs (25)

C’est à 4,5 kilomètres à vol d’oiseau au Nord-Est de la commune “Les Fourgs” dans le Doubs que l’on trouve les Trois Pierres. De tailles modestes, certaines un peu cachée par la végétation, on pourrait facilement passer à côté sans se rendre compte de leurs significations. Bien heureusement, elles sont indiqués sur la carte IGN France par une étoile rose, et l’on trouve à proximité, un panneau pédagogique expliquant leur histoire.

Que représentes les trois pierres et pourquoi sont elles si importantes ? Il s’agit en fait d’un point stratégique signalé depuis fort longtemps.

Au Moyen-Age, le site servait de borne-frontière à la croisée des trois Comtés : celui de Savoie, celui de Neuchâtel, et le dernier de Bourgogne. Il est dit que lors de guerres ou de querelles, les seigneurs, les comtes, ou encore les évêques se rejoignaient en ce lieu pour établir un accord ensemble.

Aujourd’hui les Trois Pierres sont dans un bosquet, à l’abri des regards. Le chemin des bornes passe pas très loin. Normal, la frontière Franco-Suisse actuelle n’est qu’à 350 mètres de là. A 200 mètres au Nord-Est des pierres, on trouve la ferme d’alpage du Gros Vitiau, malheureusement dévasté par un incendie en 2018.

Le Séquestre de Vitiau :

Les Bernois tente une incursion en 1553 et en profitent pour redéfinir la frontière a leurs avantages. Les pourparlers ne parviennent pas à un accord sur l’emplacement de la borne-frontière aux abords des Trois Pierres. Un terrain appelé “séquestre de Vitiau” est établi, situé entre la borne 6, le site sélectionné par les Comtois et celui choisi par les Bernois

Le temps s’écoule, cette différence persiste et les tensions diminuent légèrement sans parvenir à une résolution du conflit. La signature du traité de 1648 met fin à toutes les contestations de la frontière entre Les Fourgs et Sainte-Croix. La délimitation est alors définitivement établie, partageant en deux équitablement le territoire en question.

En 1598, un meurtre est perpétré au lieu-dit “séquestre de Vitiau”. Claude Maire Sébile, un habitant des Fourgs, est abattu d’un coup d’arquebuse. Les quatre hommes de Sainte-Croix responsables de cet homicide prennent la fuite. Aucune poursuite judiciaire n’est entreprise à l’époque. Ce n’est qu’en 1623 que la justice rouvre l’enquête pour finalement la classer sans suite en raison de l’ancienneté de l’affaire. Il est probable qu’un désaccord concernant l’exploitation de la forêt ait été à l’origine de ce crime.

Source : Panneau sur le site.

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Aux Fourgs, suivre la route de la Haute Joux à l’est de la commune, dans un virage, emprunter le sentier qui traverse un bois et prend la direction de la ferme “le Gros Vitiau”. Dans le champs, un passage sur la gauche permet d’accéder à une pâture, engagez-vous et continuer tout droit jusqu’à un bosquet. Un panneau pédagogique se trouve devant les Trois Pierres.

A proximité :

Sur la carte :

Statistiques :

  • 1 617 481
  • 673 414
  • 726
  • 529
  • 20 avril 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Un commentaire

  1. Louis-Gabriel
    4 avril 2024
    Reply

    Histoire captivante alors que certains n’y verront qu’une pierre au beau milieu d’un pâturage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.