Ruines de l’abbaye – Mont-Saint-Éloi (62)

Les ruines de l’Abbaye du Mont-Saint-Éloi se trouve assez facilement au sommet de la commune de Mont-Saint-Éloi dans le Nord-Pas-de-Calais, à seulement 8 kilomètres au Nord-Ouest d’Arras.

Tout débute avec un récit légendaire sur Saint-Éloi ou Éloi de Noyon. Mais qui était-il ? Saint Éloi est un personnage historique important dans le christianisme. Il était un orfèvre et un moine qui a vécu au 7ème siècle en France. Il est surtout connu pour son rôle en tant que conseiller et mécène des rois Dagobert Ier et Clovis II du royaume franc. Il est également considéré comme le patron des orfèvres, des forgerons et des mécaniciens, en raison de sa profession d’orfèvre avant de devenir moine. Il est fêté le 1er décembre. Il est également considéré comme le saint patron des Noyonnais. Il est souvent représenté avec un marteau et des outils de forgeron, ou tenant un modèle de cloche. Il est également crédité de la création de la cloche de la cathédrale de Noyon. Il est vénéré comme un saint protecteur des artisans et des travailleurs manuels.

Alors qu’il était évêque de Noyon et de Tournai, il se rendait sur cette colline que l’on appelait auparavant le “Mont Blanc” pour s’isoler et prier. La colline était un lieu calme et apaisant, tant aimée par le Saint, qu’il y fait construire un oratoire et aménagé un ermitage. Il est rejoint par Vindicien d’Arras disciple de Saint-Éloi et par une dizaine d’autres disciples.

Éloi mourut le 1er décembre 660. Les reliques du Saint reposent dans la cathédrale de Noyon.

L’ermitage perdure durant deux siècles malgré quelques assauts des Vikings.. Saint Vindicien aurait fondé l’abbaye. Il meurt en l’an 712.. Le Saint tombe malade à Bruxelles et se fait transporter jusqu’à l’abbaye du Mont-Saint-Éloi, où il est inhumé. En l’an 929, le tombeau et les reliques de Saint Vindicien sont découvert au hasard par un écolier dans une foret aux alentours. L’autorité religieuse de l’époque décide de faire construire une chapelle pour abriter les reliques de Vindicien, et placer une communauté religieuse pour les protéger des nouvelles invasions vikings..

En 1068, le pape Grégoire VI fait une réforme sur l’église, la communauté religieuse devient une abbaye de chanoines réguliers. Les deux siècles suivant, l’abbaye gagne en importance et en richesse, on évoque la succession de 46 abbés. De 1208 à 1221, la deuxième église est rebâtie dans un style gothique.

En 1750, afin de moderniser l’ensemble de l’abbaye, l’abbé Roussel demande a démolir l’église d’origine et fait reconstruire une église dans un style classique. 1789, la Révolution Française invite expressément à fermer tout les sites religieux et à les démanteler. Le dernier abbé du Mont-Saint-Eloi, Augustin Laignel est guillotiné. En 1793, le site devient une carrière de pierres.

En 1836, pour préserver les maigres vestiges, le site est acheté par l’état et par le département. Durant la Première Guerre Mondiale de 1914-1918, le site est utilisé comme poste d’observation, et sera malheureusement bombardé par de nombreux tirs d’artillerie, détruisant le dernier étage de l’une des tours et donnant à l’ensemble son aspect actuel. Les tours mesurent environs 44 mètres de hauteurs (53 mètres à l’origine) et datent de la reconstruction de 1765.

A noter que le village s’est construit autour du site, à flanc de colline, en partie avec les pierres de l’abbaye. Ajoutons également que les hommes préhistoriques sont passés par là, des traces d’occupations ont été trouvées. Le matériel a été déposé au musée d’ethnologie de Béthune et de géologie de Lille.

Le site est classée Monument Historique depuis 1921. Il est devenu la propriété du Département du Pas-de-Calais depuis 2008. Accès libre et gratuit.

Sources : Panneaux sur site, wikipedia,  Ancienne église abbatiale » [archive], notice no PA00108351, base Mérimée, ministère français de la Culture, Adolphe de Cardevacque, L’Abbaye du Mont-Saint-Eloi (1068-1792), Alphonse Brissy, 1859

Quelques photos :

Pour s’y rendre :

Depuis Arras, prendre la départementale 341 en direction d’Houdain. A hauteur d’Ecoivres, tourner à droite et monter jusqu’au Mont-Saint-Eloi. Depuis le sommet, les ruines sont facilement visibles.

A proximité :

Sur la carte :

Statistiques :

  • 1 644 647
  • 688 159
  • 736
  • 614
  • 14 juin 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Un commentaire

  1. Ernest Levasseur
    23 février 2024
    Reply

    En me promenant sur les hauteurs du Pas-de-Calais, je suis tombé par hasard sur les ruines de l’abbaye de Saint-Éloi. La façade occidentale de l’église abbatiale, avec ses deux tours jumelles, se dressait encore fièrement, malgré les siècles et les guerres. J’ai été fasciné(e) par la beauté et la majesté de ce qui restait de cet édifice religieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.