Les Baraques du 14 – La vieille Loye (39)

 

Dans cet article, nous allons parler de société secrète, ou plutôt d’une communauté secrète vivant dans une immense forêt. La forêt de Chaux se situe en Franche-comté, c’est la seconde plus grande zone forestière de France. Elle fait vingt-huit kilomètres de long pour une quinzaine de kilomètres de large. Elle est fréquentée et utilisée depuis la nuit des temps. Si la Bretagne héberge la forêt magique et féerique de Brocéliande, la Franche-comté n’est pas en reste avec la forêt de Chaux et ses multiples légendes.

Un dragon, se mêlant parfaitement au décor…

Il faudrait y consacrer plus d’une journée pour tout découvrir, dans d’autres articles on parlera par exemple de la légende de la belle Nanette, de la commanderie templière de Falletans ou encore des chênes sacrés ( chêne à vierges ) que cache la forêt. Ici nous allons nous intéresser aux bons cousins charbonniers. Cette communauté vivait au cœur de la forêt au VI ième siècle après J-C. On nous explique que Thibaud et son ami Gauthier ont traversé cette forêt en 1050 pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils rencontrent alors un peuple vivant en autarcie, ils sont décrits comme semi-sauvage en 1527.  Le saint patron, bienveillant sur ces pauvres hommes, les initient à la religion et à un certain savoir-faire. Cette rencontre fera naître une communauté très secrète, avec comme principe le fait de garder précieusement leurs façons de travailler et de vivre. Ce savoir se retransmettait à l’aide d’un langage fait de symboles et de signes. Cette fraternité dura plus de 800 ans. Les sociétés secrètes plus modernes telles que les Franc-Maçons se seraient inspiré des bons cousins charbonniers.

Un oratoire a été érigé en pleine cœur de la forêt de Chaux (sur la route forestière Grandjean en direction de la Bretenière) pour ne pas oublier le passage de Saint-Thibaud dans le secteur, on y retrouve bien sûr des symboles bien distincts… La statue représentant Saint-Thibaud est en bois

L’oratoire est  construit sur l’emplacement d’un ancien oratoire détruit lors de la Révolution en 1790. L’oratoire se présente comme une meule de charbon de bois, avec à son sommet, une flamme en cuivre. Il est placé sur une dalle de forme triangulaire, et l’on observe, des triangles rouges sur son contour.

En 1850, le préfet du Jura fait interdire le carbonarisme*, cependant, nos bons cousins charbonnier ont eu le temps de planquer leurs outils dans l’immensité de la forêt de Chaux. La cache a depuis, permis à d’autres initiés, de récupérer les biens et de continuer leurs pratiques et coutumes.

*Carbonarisme (charbonnerie en Français) :  Société secrète répandue dans l’Europe, on l’a retrouve surtout en Italie (Carbonari)

Sur le sentier des Baraques du 14 : On croise 3 anciennes bornes, je vous laisse l’honneur de les déchiffrer…

En continuant le sentier, on fait marche vers un chantier de carbonisation, en été, on y vient faire des fêtes…

 

Le site des baraques du 14 vous proposes de découvrir un hameau reconstitué où vivaient ces hommes et leurs familles : les bûcherons charbonniers. On peut voir quelques maisons, un rucher et deux fours à pain. Nos bons cousins charbonniers, au secret bien gardé, après 800 ans de vie dans les bois, ne dévoileront jamais leurs rites. Cette fraternité reste un réel mystère. De là naîtrons sûrement quelques légendes, néanmoins, on sait que certains de ces hommes sont né dans la forêt, ont vécu dans la forêt et son mort dans la forêt sans jamais avoir été au delà de la forêt.

Cette maison est la plus ancienne de Franche-Comté, elle date du 16ième siècle. Elle est construite à l’aide de bois et de terre.

Les métiers dans la forêt étaient divers et variés, on retrouve :

  1. Les bûcherons, ils se sont installés au cœur de la foret dans les années 1000. Ils maniaient haches et passe-partout.
  2. Les charbonniers, apparu vers l’an 1050, ils étaient chargés de transformer le bois en charbon
  3. Les écorceurs, ils coupaient les écorces au printemps pour les vendre aux tanneurs de Dole
  4. Les scieurs de long, ils modelaient les troncs en longues planches, ou en poutre.
  5. Les voituriers, à l’aide d’attelage de chevaux (parfois des boeufs), ils transportaient le bois jusqu’à un cour d’eau, pour laisser la suite aux radeaux.

L’écrivain Bernard Clavel, né dans la région, utilise et s’inspire de ce décor pour son roman « Marie bon pain ».

La suite de la visite se poursuit en forêt, et nous fait tomber nez-à-nez avec deux arbres remarquables…. Tout d’abord, l’arbre d’or :

 

L’histoire raconte le mal être d’un petit arbre persécuté depuis sa naissance, il tente alors d’en finir et de fuir les hommes. Il trouve refuge dans l’immense forêt de Chaux. Malheureusement, l’arbre n’est pas le bienvenu, en raison de sa douloureuse histoire. Désirant mourir, il se laisse aller jusqu’à cet endroit. L’hamadryade (nymphe des arbres) vient à son secours et lui dit ceci : Tu as beaucoup souffert à cause des hommes, maintenant ils viendront à tes pieds pour t’admirer.

Après une pluie d’étoiles, l’arbre devient doré et magique.

 

 

 

 

 

A cent pas de l’arbre d’or, on perçoit un autre arbre étrange…

 

 

 

 

 

 

 

 

L’arbre à voeux :

Aux temps des Celtes, on vénérait déjà les majestueux arbres de la forêt de Chaux. A ce jour, les visiteurs viennent parfois de très de loin pour déposer un vœu dans l’écorce du chêne sacré. Les trop curieux ont lu des vœux provenant de pays lointains mais garde-à-vous, il ne faut en aucun cas lire les vœux des dépositaires, ni faire lire votre propre vœu par vos accompagnants, ce qui annule la magie.

L’arbre promet de par sa puissance, une liaison entre la terre et le ciel par le lien de ses racines et son tronc, il joue donc le rôle d’un fantastique médiateur.

 

Quelques photos : 

 

 

Pour s’y rendre : Depuis Dole, prendre direction Poligny (le Deschaux), jusqu’à Villette-lès-Dole puis aller direction Goux, traverser les villages de La Loye, Augerans, Belmont, puis arriver à Montbarrey, prendre la direction de la Vieille-Loye (D11), puis D240, traverser le village en allant tout droit (rue du chalet), puis tourner à droite rue de la Motte, continuer tout droit jusqu’au parking des baraques du 14 à l’entrée de la forêt.

A proximité :

  • Les Salines Royales d’Arc-et-Senans
  • La commanderie templière de Falletans (propriété privé)
  • Fontaine de la Belle Nanette (forêt de Chaux)
  • Oratoire Saint Thibaud (forêt de Chaux)

 

Sur la carte :

 

 

 

 

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *