Autel de la Baronnie – Noirétable (42)

 

Nous sommes dans la Loire, entre Noirétable et le charmant petit village de Cervières. Depuis la route départementale (D24), il faut marcher une petite centaine de mètres à travers bois pour atteindre un amas de pierres d’une longueur de plus de 50 mètres de long. C’est cet amassement rocheux que l’on appelle “Autel de la Baronnie”.

Sur ces pierres, on observe plusieurs dizaines de cupules, parfois de tailles importantes. L’une d’entre elles ressemble à un fauteuil assez confortable. (photo de droite ci-dessous)

 

 

Nous avons donc ici un concentré de spectaculaires curiosités géologiques sur une longueur de 50 mètres, d’une largeur de 30 mètres, et d’une hauteur atteignant parfois 4 mètres. Ces cuvettes, plus ou moins grosses, sont parfois munies d’une tranchée. Ces lignes creusées rejoignent d’autres bassins, ou sortent directement aux abords de la pierre.

 

Ci-dessus, la pierre branlante vue depuis l’Autel de la Baronnie. Ces pierres branlantes, nous en trouvons un peu partout en France. Ordinairement composé de deux rochers, le premier, bien enterré dans la terre, sert de base au second. Le second rocher, superposé, est en contact avec le premier par une partie étroite, le faisant tenir en équilibre. De ce fait, dans la plupart des cas, on peut grâce à l’effort humain, donner une pulsation, amenant à un phénomène de vibration, ou d’oscillation.

Dans la tradition populaire française, nous retrouvons les pierres tournantes, les pierres qui vire et ces fameuses pierres branlantes. Pour ces premières, les légendes rapportent qu’elles cachent un trésor, et que la nuit de Noël, à minuit, elles font un tour sur elles-mêmes.

Tandis que ces pierres branlantes, dans la tradition, elles deviennent des monuments celtiques. On imaginait des tribus vivre dans la forêt et entourer cette pierre lors les cérémonies religieuses.  L’historien de la littérature, essayiste et critique littéraire Fortunat Strowski, habitant le village de Cervières, fait référence à cette pierre branlante dans son livre “La flèche d’Or” édité en 1917.

 

Ce qui motive d’autant plus nos anciens historiens à penser que cet endroit servait de lieu de culte celtique, est le fait de trouver toutes ces cuvettes sur les pierres avoisinantes la pierre branlante et celle du siège. Les cuvettes pouvaient potentiellement servir aux sacrifices, et les tranchées pour l’écoulement du sang. Le bassin de l’une de ces pierres est assez grand pour accueillir le corps d’un humain allongé. Tandis que la roche formant un siège, aurait pu aider les femmes à accoucher. Certains de nos anciens préfèrent y voir une pierre d’épreuve, ou une pierre de justice. Le principe consistait à amener les présumés coupables d’un crime ou d’un délit, on les faisait asseoir sur la pierre, et on les interrogeait. La pierre devait ressentir le mensonge grâce à un éventuel pouvoir vibratoire dû au magnétisme…et se mettait à vibrer…

Tout ceci reste à ce jour, une légende, car rien ne prouve que l’endroit était fréquenté par les Celtes. L’explication la plus sensée indique que les bassins se sont formé par un phénomène naturel : l’érosion.

 

Quelques photos :

 

 

 

Pour s’y rendre : Depuis Noirétable, prendre la D24 en direction de Cervières. Surveiller la droite de la route en bordure de bois après le hameau “la Baronnie”. Deux petits panneaux indiquent la Pierre Branlante et L’Autel de la Baronnie. Le plus pratique est de se garer au prochain croisement, sur la droite au lieu-dit, les Chassagnes.

A proximité : 

 

Sur la carte : 

 

 

 

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.