Les abris sous roche de Rochedane – Pont-de-Roide-Vermondans (25)

Les abris sous roche de Rochedane: Un site préhistorique fascinant

Le Mésolithique et le Néolithique en Franche-Comté ont vu l’utilisation des abris-sous-roche, ou baumes, comme habitats temporaires. Ces cavités rocheuses, formées par l’action du gel, étaient des lieux privilégiés pour des activités telles que la cuisine, le partage, le repos, la fabrication d’objets et la création artistique.

La construction de la voie ferrée en 1877 a eu un impact important sur la région, et pas seulement sur le plan du transport : elle a également permis la découverte de l’abri-sous-roche de Rochedane.

  • Outils en pierre: Des grattoirs, des pointes de harpons, des burins en silex et en quartz témoignent de l’habileté technique des occupants des abris.
  • Art mobilier: Le site est surtout connu pour ses 77 galets gravés et 122 galets peints, datés de la période azilienne (11 000 à 9 500 ans avant notre ère). Ces galets, aux motifs variés et souvent énigmatiques, constituent un véritable trésor artistique et offrent un aperçu des expressions symboliques et culturelles de ces populations préhistoriques.

Un site fouillé et étudié:

  • Les abris de Rochedane ont été fouillés dès la fin du XIXe siècle et au XXe siècle, par des archéologues tels que Gustave Courty et André Thévenin.
  • Les recherches menées sur ce site ont permis d’en apprendre beaucoup sur le mode de vie des chasseurs-cueilleurs du Magdalénien et de l’Azilien, leurs techniques de chasse et de pêche, leur organisation sociale et leurs expressions artistiques.

Le climat était froid et humide. La grotte de Rochedane a été habitée pendant toute la période glaciaire et on y trouve des ossements d’animaux des régions froides comme l’ours des cavernes, le cerf, la marmotte et le renne. Les habitants de Rochedane étaient organisés en clans. Chaque clan avait son territoire de pâturage et son troupeau de rennes.

Une couche spécifique de la grotte, mesurant environ 40 centimètres, contenait des pointes à crans, des os et des dents de cheval. Cette couche, située entre les assises magdalénienne et moustérienne, représente sans aucun doute l’époque de Solutré. C’est la seule station de ce type confirmée en Franche-Comté. La grotte de Rochedane est particulièrement notable car elle a été habitée depuis l’époque moustérienne et a été minutieusement étudiée par le docteur Muston.


L’art azilien se développe en Europe occidentale à la fin du Paléolithique, entre 14 000 et 11 600 ans avant notre ère. Il succède à l’art magdalénien et se caractérise par un style unique et distinctif.

Caractéristiques principales:

  • Motifs géométriques: L’art azilien est dominé par des motifs abstraits et géométriques, tels que des triangles, des losanges, des chevrons et des hachures.
  • Gravure et peinture: Les techniques employées incluent la gravure sur pierre et os, ainsi que la peinture sur galets et parois de grottes.
  • Symbolisme: La signification exacte des motifs aziliens reste un mystère, mais certains chercheurs les associent à des pratiques chamaniques, à des représentations symboliques du monde ou à des éléments décoratifs.
  • Variété régionale: On observe des variations dans les styles et les motifs selon les régions, avec des groupes distincts en Ariège, dans les Pyrénées, en Cantabrie et en Italie.

La vie quotidienne dans les abris sous roche il y a 12 000 ans

Un environnement sauvage et imprévisible

Il y a 12 000 ans, le climat en Europe était encore marqué par la dernière glaciation. Les paysages étaient dominés par des steppes herbeuses et des toundras, ponctuées de bosquets et de forêts clairsemées. La faune était riche et variée, avec des troupeaux de bisons, de chevaux et de rennes, ainsi que des prédateurs tels que les loups et les ours.

Un abri naturel

Les abris sous roche offraient un refuge précieux contre les intempéries et les dangers du monde extérieur. Ils étaient généralement situés sur des versants exposés au sud, pour profiter du soleil et de la chaleur. L’intérieur des abris était souvent aménagé avec des foyers, des zones de travail et de stockage, et des espaces de vie.

Des chasseurs-cueilleurs habiles et adaptables

Les hommes et femmes de cette époque étaient des chasseurs-cueilleurs experts. Ils étaient dotés d’une connaissance fine de leur environnement et des techniques de chasse et de pêche sophistiquées. Ils utilisaient des outils en pierre taillée, en bois et en os, tels que des lances, des harpons, des arcs et des flèches.

Une organisation sociale basée sur la famille et la coopération

Les groupes humains étaient généralement composés de familles élargies, regroupant une vingtaine à une centaine d’individus. La répartition des tâches était sexuée, les hommes chassant et les femmes s’occupant des enfants, du foyer et de la cueillette. La coopération et l’entraide étaient essentielles pour survivre dans cet environnement.

Des expressions artistiques et spirituelles

Les hommes et femmes de cette époque avaient développé des formes d’art et de spiritualité. Ils ont laissé des traces de leur créativité sur les parois des abris sous roche, sous forme de gravures, de peintures et de sculptures. Ces représentations incluent des animaux, des figures humaines et des symboles abstraits, qui nous éclairent sur leurs croyances et leur vision du monde.

Un mode de vie rythmé par les saisons

La vie des chasseurs-cueilleurs était rythmée par les saisons. Au printemps et en été, les groupes étaient plus mobiles et se déplaçaient à la recherche de nourriture. Ils installaient des campements temporaires dans des lieux propices à la chasse et à la cueillette. En automne et en hiver, ils se réfugiaient dans les abris sous roche pour se protéger du froid et des intempéries.

Un héritage précieux

Les abris sous roche et les vestiges qu’ils contiennent nous offrent un aperçu fascinant de la vie des hommes et femmes il y a 12 000 ans. Ils nous permettent de comprendre comment ils survivaient dans un environnement, comment ils s’organisaient socialement et comment ils exprimaient leurs croyances et leur créativité.

La Dame Verte : Une apparition mystérieuse

La légende de la Dame Verte raconte qu’une femme vêtue d’une longue robe verte se manifeste parfois dans les abris sous roche de Rochedane. Certains affirment l’avoir aperçue furtivement, se cachant dans les recoins sombres ou se glissant entre les rochers. D’autres prétendent avoir entendu son chant mélodieux ou le bruissement de sa robe dans le vent.

L’origine de cette légende reste obscure. Certains la voient comme une incarnation de la nature, une protectrice des lieux sauvages. D’autres la relient à des fées ou des esprits bienveillants qui veillent sur les habitants de la région.

La Tante Arie et son âne Marion : Un conte très présent au pays de Montbéliard

Une autre légende, plus connue, raconte l’histoire de la Tante Arie et de son âne Marion. Selon le récit, cette femme solitaire et son fidèle compagnon auraient vécu pendant un certain temps dans l’un des abris sous roche de Rochedane.

La légende raconte que la Tante Arie était une Fée guérisseuse renommée, dotée de pouvoirs extraordinaires. Elle utilisait les plantes et les secrets de la nature pour soulager les maux des habitants de la région. Son âne Marion, quant à lui, était un guide précieux, capable de trouver des chemins secrets et de transporter des charges lourdes.

Malheureusement, la Tante Arie et son âne Marion ont fini par disparaître, laissant derrière eux une aura de mystère et de fascination.

Bonne balade !

Depuis la place Général de Gaule de Pont-de-Roide-Vermondans, prendre la rue du 12 Septembre. Au croisement, tourner à gauche et continuer sur la rue du 12 Septembre, au second croisement prendre l’impasse à gauche “les Essarts”. Continuer jusqu’au bout de l’impasse, vous verrez un petit parking à droite ainsi qu’un panneau indiquant le site préhistorique.

  • Le fort des Roches à Pont-de-Ronde-Vermondans
  • Ruines du château de Neuchâtel à Neuchâtel-Urtière
  • La source Eléonore à Pont-de-Ronde-Vermondans
  • La grotte du Bisontin à Liebvillers

Statistiques :

  • 1 659 195
  • 696 083
  • 741
  • 625
  • 14 juillet 2024

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Mysteres

Méta

Pages

2 Comments

  1. Cyrille
    19 mars 2024
    Reply

    C’est une jolie balade et le lieu est très bien aménager.

  2. Lea
    23 mai 2024
    Reply

    C’est fou de penser que des gens vivaient ici il y a si longtemps !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.